Partagez | 
 

 DWIGHT ◮ Oops, I got caught...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


PRETTY FACE


MessageSujet: DWIGHT ◮ Oops, I got caught...   Lun 19 Nov 2012 - 21:52


Dwighty & Quinny ☺

Je faisais les cents pas dans le salon « Qu'est-ce qu'il fait... ». Je me dirigeais vers la fenêtre et je poussais le rideau, espérant apercevoir Dwight arriver devant le bâtiment pour y pénétrer. Mais rien, personne, si ce n'est quelques passants inintéressants. Il était plus de vingt-deux heures, et je commençais sérieusement à m'impatienter. Non, je n'attendais pas Dwight pour passer un moment sympathique entre frère et sœur, détrompez vous. J'attendais simplement qu'il rentre, qu'il mange et qu'il aille se coucher pour que je puisse enfin me préparer pour aller à une soirée. Oui, une soirée, vous avez bien entendu... Depuis la mort de mes parents, je ne sortais plus trop, mais comme j'avais quitté New York et que je ne connaissais personne, il fallait que je fasse des efforts histoire de me former un petit cercle d'ami. Et cette soirée organisée par des gens de mon nouveau lycée allait sans doute m'y aider. Seulement, elle commence à minuit, et pas sûre que Dwight accepte de me laisser sortir comme ça. Du coup, pour éviter un conflit, j'allais faire le mur, en toute discrétion une fois qu'il serait dans les bras de Morphée. Quoi ? C'est pour lui éviter de crier que je fais ça hein... Bref. Il fallait que je m'occupe et j'eus la merveilleuse idée de me promener dans l'appartement, pour fouiller dans les coins qui m'étaient encore inconnus, pour voir ce qui s'y cachait. Après inspection, pas grand chose apparemment. La dernière pièce a fouiller n'était autre que la chambre de Dwight. Sans réfléchir, je pénétrais dans celle-ci pour y découvrir une chambre joliment meublée et surtout, impeccablement rangée. Je souriais en voyant la façon dont son lit était fait, c'est vrai, c'était un militaire...

J'inspectais la chambre puis je vis sur des photos sur une étagère. Je m'approchais afin de saisir les photos encadrées les une après les autres. Je découvrais des photos de Dwight lorsqu'il était militaire, posant un peu plus jeune avec sa mère. Je m'attardais sur celle de sa mère... C'était une belle femme... Mon père avait apparemment toujours eut bon goût. Je regardais attentivement les traits de la femme pour les comparer avec ceux de Dwight, et je fus contrainte de reconnaître qu'il avait pas mal de traits en communs avec mon père. J'avalais difficilement ma salive, sentant ma gorge se nouer, je reposais vite la photo de sa mère et lui pour en découvrir une nouvelle. Une autre jeune femme, elle aussi très jolie. Elle envoyait un baiser au photographe et semblait très amoureuse... Son regard était langoureux, son visage illuminé, ses traits sublimes... Était-ce sa petite amie ? Non impossible, il a trente ans et il est seul ici, ça ne peut pas être ça. Une ex à qui Dwight tient toujours ? Hmm intéressant... Je reposais le cadre pour me diriger vers sa table de chevet. Je vis une sorte de morceau de métal dépasser du tiroir. J'ouvrais donc le tiroir délicatement, histoire de ne pas le faire tomber -je serai dans de beaux draps s'il se rendait compte de ma visite dans sa chambre-, puis je prenais la chaîne. C'était une plaque, accrochée à une autre. Un souvenir de ses années en tant que militaire. J'inspectais le reste du contenu de ce tiroir, en ayant prit soin de reposer les plaques, puis je vis des lettres.

L'espace d'un instant, j'hésitais, puis je finissais par me convaincre que je ne faisais rien de mal si je regardais juste de qui provenaient ces lettres. Je sortais donc le petit paquet de lettres, pour les regarder et parmi les noms des expéditeurs je vis une certaine Catherine. J'arquais un sourcil, en relevant les yeux pour regarder la photo de la jeune femme que j'avais remarquée tout à l'heure « Eh bah, tu l'as fait prisonnier de tes filets chérie... ». Je secouais légèrement la tête, amusée puis du bruit se fit entendre. Je me tournais brusquement vers la porte de la chambre de Dwight, et j'entendais la clef dans la serrure de la porte d'entrée « Merde ». Je fus prise de panique rangeant rapidement les lettres à la même place, idem pour les plaques et je veillais de ne rien avoir déplacé, de manière à ce que je ne me fasse pas attraper.

Je sortais en catastrophe de la chambre, refermant soigneusement la porte avant de courir jusqu'à la fenêtre, en prenant un air songeur. Je tournais la tête en le voyant entrer... Ouf, c'était moins une. Je croisais les bras en m'approchant de lui, observant un court instant sa canne qu'il venait de poser un bref instant. Je lançais en souriant, pour le taquiner « Elle s'appelle comment ? ». Voyant qu'il n'avait pas l'air de trop comprendre, ou plutôt de ne pas être très réceptif, je reprenais « Tu rentre tard... Du coup, j'ai déjà mangé ». J'allais dans la cuisine, pour ouvrir le réfrigérateur et sortir le peu de nourriture qu'il restait. Je roulais des yeux avant de dire « J'ai presque tout finit m'enfin tu te feras autre chose ». Oui, j'avais pas mal mangé, et il ne restait que des restes... Egoïste et gourmande ? Moi ? N... Oui, vous avez raison. Mais bon, c'est comme ça qu'on m'aime -ou pas-. Je passais ma main dans mes cheveux « Bon bah, j'suis crevée ça fait trois piges que j't'attends. Donc bonne nuit », puis je lui fis un signe en guise d'au revoir sans attendre sa réponse. J'allais m'enfermer dans ma chambre, feignant d'aller dormir, alors que je me préparais discrètement pour ma soirée...
Revenir en haut Aller en bas
votre administrateur
PRETTY FACE

▌Love me or love me not :
« Chaque jour pendant ces deux années, je me disais que je perdais un peu chaque jour une vie que je rêvais d’avoir, et j’ai finalement perdu deux ans. Mais j’ai l’impression que ce n’est pas la seule chose que j’ai perdu… »

▌Age : trente ans
▌Occupation : ancien militaire devenu pompier
▌Statut : célibataire
▌Date d'arrivée : 11/11/2012
▌Messages : 70
▌Points : 123
▌Célébrité : henry cavill
▌Double compte : skye a. warren

MessageSujet: Re: DWIGHT ◮ Oops, I got caught...   Mer 21 Nov 2012 - 20:39

quinn & dwight

Dwight devait bien avouer que ce soir-là, accoudé au bar de la ville, l’idée qu’il avait une adolescente à charge qui l’attendait chez lui et qu’il devait prendre certaines responsabilités lui apparaissaient comme complètement secondaires. Il était là, sirotant une bière, quinze minutes seulement après la fin de sa formation et la simple pensée de rentrer chez lui ne l’enchantait guère. Pas seulement à cause de Quinn, qui saurait se débrouiller toute seule, il en était sûre mais parce qu’il n’aimait pas la froideur et le vide que cet appartement représentait pour lui. Il était seul et son grand lit le lui rappelait sans arrêt. Mais comment reprendre une vie totalement normale lorsqu’on avait vécu deux ans et demi en captivité, torturé chaque semaine pour avouer des choses qu’il ignorait. Il savait qu’il n’était pas loin du point de rupture, qu’un rien allait le faire totalement craquer s’effondrer sans qu’il ne puisse se relever et pourtant, il repoussait toujours plus ses limites. Comme ce soir, il y était allé trop fort à l’entraînement contraint alors de ressortir la canne qui l’aidait parfois à marcher pour soulager son bassin malmené durant sa captivité et sa jambe droite, cassée à de nombreuses reprises. Mais à peine une demi-heure après son entrée dans ce bar, il sembla se souvenir qu’il était responsable de quelqu’un d’autre que lui-même à présent et il finit sa bière pour jeter de l’argent sur le comptoir, enfiler sa veste et sortir du bar. Il enfila son casque, grimpa sur sa moto, démarra pour rentrer chez lui. Il faisait ce trajet te un automate, sans plus réfléchir et en prenant des rues en sens interdit, sans se soucier de la loi, des interdictions. En tant que prisonnier de guerre, il savait qu’il aurait des avantages et il aurait été bien bête de ne pas en profiter tout de suite. Il avait l’intention de faire tout ce qu’il pourrait tant qu’il le pouvait. Même si conduire sans casque était exclu, il ne se gênait pas pour les feux rouges, pour les priorités tout en restant prudent pour ne blesser personne d’autre que lui-même en cas de souci. Il se gara devant son immeuble et c’est l’esprit ailleurs qu’il grimpa les marches une à une, boudant l’ascenseur comme il le faisait souvent. Il détestait cette boîte métallique, surtout depuis la fois où sa charmante voisine s’y était retrouvée avec son chien, un énorme moment d’angoisse pour lui qui ne supportait pas ces bestioles, sans aucune raison précise malheureusement.

Il s’empressa d’ouvrir sa porte et finit par s’y engouffrer après avoir salué un voisin qui descendait les marches. Il entra dans son appartement et trouva Quinn à la fenêtre, l’air songeur, dans une position des plus suspectes à ses yeux. Il fronça légèrement les sourcils mais prit un air normal lorsqu’elle tourna la tête. « Elle s'appelle comment ? » Absorbé par l’étrangeté de son comportement, il la regarda en arquant légèrement un sourcil l’air de se demander où elle voulait en venir puisqu’il ne répondrait jamais à une question de ce genre. « Tu rentre tard... Du coup, j'ai déjà mangé » Il continuait de l’observer en silence tandis qu’elle se dirigeait vers la cuisine et il sembla encore plus perplexe devant ce qu’il restait du repas qu’elle s’était préparée. « J'ai presque tout finit m'enfin tu te feras autre chose » Il aurait pu être amusé par son comportement s’il ne l’avait pas trouvé aussi horripilant. « Je n’ai visiblement pas le choix. » Egoïste et capricieuse, voilà comment il percevait sa jeune sœur qui lui semblait si inconnue à ses yeux. « Bon bah, j'suis crevée ça fait trois piges que j't'attends. Donc bonne nuit » Elle le quitta sans même se retourner et il finit de s’interroger sur la raison pour laquelle elle l’avait attendu si c’était simplement pour lui dire qu’il pouvait se débrouiller pour manger et qu’elle allait se coucher. Un comportement de plus en plus étrange à ses yeux paranoïaques. Mais il finit par finir le peu de repas qu’elle lui avait laissé et loin de s’attarder sur les manies d’une ado de dix-sept ans, il prit le parti d’aller se coucher sans demander son reste. Simplement vêtu d’un bas de pyjama une intimité qu’il ne se permettait qu’une fois seul, il se glissa sous les couvertures pour enfin trouver le sommeil. Malheureusement, à peine quelques minutes après avoir fermé les yeux, un détail qu’il avait remarqué plus tôt le réveilla, comme si sa conscience cherchait à lui faire comprendre quelque chose. Sa chambre, suffisamment éclairée par la pleine lune de l’extérieur, il ne prit pas la peine d’allumer la lumière et se glissa jusqu’à sa commode et découvrit que le dernier tiroir était entrouvert et un morceau de papier en dépassait. Il l’attrapa et découvrir l’une des nombreuses lettres que Catherine lui avait écrite lorsqu’il était en Afghanistan et son regard se porta immédiatement sur la porte. Son regard s’assombrit, Quinn était entrée dans sa chambre. Il n’avait pas ouvert ce tiroir depuis qu’il y avait enfermé ses souvenirs, cela ne pouvait être qu’elle. Prêt à en découdre, il ouvrit brusquement la porte de sa chambre pour se trouver en face de Quinn qui venait de faire pareil. Elle était impeccablement maquillée, coiffée et habillée de telle sorte qu’il était évident qu’elle n’allait pas au lit. Il arqua un sourcil, croisa les bras, mettant en évidence la lettre qu’il tenait encore à la main et s’appuya contre l’encadrement de la porte, toujours face à la jeune femme. « Tu allais quelque part ? Tu vois, je me suis trompée sur ton compte, je pensais que tu étais juste capricieuse mais en réalité, tu es également une horrible fouineuse et une fugueuse. Je ne me souviens pas avoir entendu parler d’une soirée ni avoir donné mon autorisation pour que tu y participes ! » Son calme, le ton apaisé de sa voix couvait une menace, une colère qu’il contenait à merveille. Parce qu’il s’agissait de sa sœur, d’une adolescente et qu’il ne devait pas perdre son sang-froid pour si peu. Mais elle devait comprendre quelles étaient les règles chez lui. Et le plus tôt possible. « Je ne me souviens pas non plus t’avoir donné le droit de fouiller dans mes affaires, si tu crois que tu vas pouvoir te permettre ici les petites choses luxueuses que tu avais chez toi, tu te trompes lourdement ! » Il ne pouvait être plus clair, elle n’irait nulle part ce soir et elle allait regretter d’avoir fouiner dans son placard.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


PRETTY FACE


MessageSujet: Re: DWIGHT ◮ Oops, I got caught...   Jeu 22 Nov 2012 - 20:39


Dwighty & Quinny ☺

J'avais patiemment attendu que Dwight aille se coucher pour retoucher un peu ma coiffure et me regarder une dernière fois dans le miroir avant de quitter ma chambre. J'attrapais mon petit sac dans lequel je rangeais mon téléphone, me dirigeant vers la porte de ma chambre quand une grande silhouette me barra la route. La tête plongée dans mon sac pour ranger mon téléphone, je l'avais immédiatement relevée pour me retrouver nez à nez avec Dwight. « Hey euh... Dwight, bah tu dors pas ?». Mon sourire s'effaça lentement et je fis une mine déconfite en réalisant que je venais de me faire attraper. En voyant l'expression sur son visage, je lâchais un long soupir, et m'asseyais sur mon lit en me laissant tomber, dégoûtée. Je m'attendais à un sermon interminable et ennuyeux à mourir, et j'avais raison. Lorsque je le vis me montrer une lettre que j'avais trouvé dans son tiroir, je me disais intérieurement que j'étais mal barrée. En le voyant s'appuyer contre l'encadrement de ma porte, je constatais qu'il n'allait pas me foutre la paix. Je jetais mon sac près de mon oreiller pour ensuite fixer Dwight, attendant que le supplice de l'entendre me faire la leçon commence. Je levais les yeux au ciel avant de répondre, sur un ton proche de l'insolence « Nan, j'allais juste prendre mon bain là, mais nue c'est tellement hasbeen... ». Susceptible, la suite ne me plu pas du tout. Capricieuse, je l'avoue, je le suis ! Que mes amis me le disent, ça passe, qu'on me dise que je suis une fouineuse, d'accord mais lui, il n'avait pas a me dire ça. Je répliquais, irritée « Tu te prends pour qui ? T'es pas obligé de m'insulter. J'ai dix-sept ans, toi t'es dans la trentaine, tu comprends pas que je puisse vouloir aller m'amuser. Donc je savais que t'allais dire non vu qu'apparemment, t'as pas l'air d'être le mec le plus drôle et le plus cool qui existe... ». Ouch... C'est vrai quoi, on ne se parlait que très rarement, et il n'avait pas l'air d'être super fun alors laisser sa sœur sortir seule pour se rendre à une soirée où elle ne connait encore personne, c'était perdu d'avance... Nan ? En tout cas, me dire le contraire serait un gros mensonge. La suite me gênait un peu. Je me sentais super mal parce que j'avais visiblement mal remis les lettres dans le tiroir et ma curiosité a laissé des traces. Sachant parfaitement que j'avais été démasquée et que je n'étais pas tellement dérangée par le fait d'avoir "fouillé" dans ses affaires comme il dit, je répondais, sure de moi « J'ai pas fouillé dans tes affaires ! ». Pourtant, cette lettre en était la preuve, mais je me sentais trop bête pour avouer. Je le dévisageais « Et je te permets pas de parler de mon ancienne vie ok ? J'vois pas le rapport. ». Oui, ça me touchait qu'on fasse des insinuations a ma vie d'avant. Tout d'abord parce qu'on incluait mes parents et que j'avais l'impression qu'il avait des choses a redire sur mon éducation, et c'était lointain désormais... Puis je suis très irritable maintenant, pour avoir un dialogue, croyez moi que ça va être compliqué et que ce n'est pas parce que je suis chez lui que je vais me soumettre et le laisser me parler comme-ci j'étais une moins que rien. Je me levais pour saisir la poignée de la porte, et je restais près de la porte comme pour l'inviter a sortir « Bon on va éviter de s'embrouiller, je vais a ma soirée, je reviens a quoi, deux heures et on en parle demain quand on sera reposés. Ok ? ». Je le fixais, en faisant limite les yeux doux, espérant que mon petit manège allait fonctionner...
Revenir en haut Aller en bas
votre administrateur
PRETTY FACE

▌Love me or love me not :
« Chaque jour pendant ces deux années, je me disais que je perdais un peu chaque jour une vie que je rêvais d’avoir, et j’ai finalement perdu deux ans. Mais j’ai l’impression que ce n’est pas la seule chose que j’ai perdu… »

▌Age : trente ans
▌Occupation : ancien militaire devenu pompier
▌Statut : célibataire
▌Date d'arrivée : 11/11/2012
▌Messages : 70
▌Points : 123
▌Célébrité : henry cavill
▌Double compte : skye a. warren

MessageSujet: Re: DWIGHT ◮ Oops, I got caught...   Mar 4 Déc 2012 - 11:17

quinn & dwight

« Hey euh... Dwight, bah tu dors pas ?» Le jeune homme arqua un sourcil sans prendre la peine de répondre, elle devait bien voir qu’il était aussi éveillé qu’elle et par chance, c’était son instinct qui l’avait tiré du lit. Avec les années, il avait appris à faire confiance à son instinct et celui-ci ne l’avait jamais trompé, même aujourd’hui, alors qu’il faisait face à une adolescente visiblement désobéissante. « Nan, j'allais juste prendre mon bain là, mais nue c'est tellement hasbeen... » Il continuait de l’observer, il ne quittait pas du regard chacun de ses mouvements, comme s’il voulait les imprimer, les graver dans sa mémoire pour pouvoir analyser son comportement par la suite et faire le portrait psychologique de la demoiselle. Il la regardait, l’air de lui demander d’éviter de se moquer de lui si elle ne voulait pas plus d’ennuis qu’elle n’en avait maintenant. Il n’était jamais très bavard, ne parlant que quand la situation l’exigeait et il n’allait pas répondre à ses provocations aussi facilement, il n’était pas un gamin immature qu’elle pouvait mener à la baguette et encore moins son père qui avait visiblement oublié d’élever son enfant comme il le fallait. Mais il ne pouvait pas s’attendre à mieux de la part d’un homme qui avait abandonné son fils pour faire sa vie ailleurs. Quoique connaissant sa mère, il ne s’en étonnait même pas finalement. Visiblement, ses remarques à lui firent mouche et irritèrent la demoiselle, ce qui était bien son intention, l’irriter comme elle était parvenu à le faire en fouillant dans ses affaires. Le fait qu’elle soit sur le point de sortir était finalement son second souci, moins important mais qui le mettait tout de même en colère. Elle semblait dans le même état, ce qui était parfait vu les circonstances. « Tu te prends pour qui ? T'es pas obligé de m'insulter. J'ai dix-sept ans, toi t'es dans la trentaine, tu ne comprends pas que je puisse vouloir aller m'amuser. Donc je savais que t'allais dire non vu qu'apparemment, t'as pas l'air d'être le mec le plus drôle et le plus cool qui existe... » Dwight ne cilla même pas lorsqu’elle lui fit remarquer qu’il venait de l’insulter, ni sur ses accusations. En revanche, il avait du mal à la comprendre, il n’était pas le mec le plus drôle ni le plus cool qui existe, au fond, cela le fit sourire, un vrai sourire apparut sur ses lèvres, cette jeune femme n’avait aucune idée des mots qui sortaient de sa bouche et de leur impact. Il prit le temps de la réflexion pour répondre. « Je ne t’ai pas insulté, je n’ai fait que constater ce que j’ai sous les yeux… Si tu veux que j'ai une autre image, ça ne tient qu'à toi » Une gamine capricieuse et fouineuse, il fallait bien qu’elle l’assume, c’était bel et bien ce qu’elle était à ses yeux à cet instant. « Et comment peux-tu être aussi sûre de ma réponse puisque tu ne m’as rien demandé ? » Il ne s’attarda pas sur les adjectifs « drôle » et « cool » qui visiblement, ne lui correspondaient pas mais qui pouvait le lui reprocher ? Il avait passé les quatre dernières années enfermé, privé de tout, avec à peine de quoi survivre, subissant tortures et sévisses de nombreuses fois par semaine. Mais allait-il pour autant en débattre devant elle qu’il connaissait à peine et qui était soi-disant sa sœur quand il ne voyait rien de commun entre elle et lui ? Certainement pas, il n’était pas aussi puéril pour lui balancer les horreurs qu’il avait subi simplement pour la faire taire. Sauf si bien sûr elle se permettait d’aller trop loin. Il resta dans l’encadrement de la porte, l’observant toujours sans la lâcher des yeux pour en venir au sujet qui finalement, l’intéressait le plus : la question de pourquoi elle avait cru possible de fouiner chez lui sans y être invitée. « J'ai pas fouillé dans tes affaires ! » Il baissa la tête vers la lettre qu’il avait trouvé, qui avait été impeccablement rangée avant son départ de ce matin et leva ensuite les yeux vers elle, franchement consterné qu’elle puisse mentir de manière aussi effrontée quand il détenait la preuve de son méfait entre les mains. Il esquissa cependant un sourire. « Ah, excuses-moi, je savais bien qu’il y avait des ondes négatives dans cette maison, je demanderai au fantôme qui hante l’appartement d’arrêter de me jouer de sales tours ! » Voilà des années qu’il ne s’était pas essayé à l’humour et il devait avouer qu’il était quelque peu rouillé mais se moquer d’elle était le meilleur moyen de lui faire comprendre qu’elle n’était certainement pas en train de le duper avec ses airs innocents qui ne trompaient personne.

« Et je te permets pas de parler de mon ancienne vie ok ? J'vois pas le rapport. » Il ne répondit rien et aussi surprenant que cela puisse paraître, il hocha la tête d’un air entendu. Cela, il pouvait le comprendre et le lui accordait mais il n’en resta pas là. « Et je ne te permets pas de fouiller dans ma chambre et de me mentir comme tu viens de le faire, on a un deal ? » Il arqua un sourcil une nouvelle fois, parfaitement fier de lui. Il acceptait de ne plus l’embêter avec un passé qu’elle avait laissé derrière elle et il respectait parfaitement cela, puisque lui-même voudrait bien oublier quelques détails de son propre passé. Mais ce n’était pas sans condition, surtout qu’il passa gentiment sur le fait que cela n’avait aucun rapport, lui le voyait, ce n’était pas sa faute s’il était le seul. Il la regarda ensuite se lever et se placer à côté de la porte, la main sur la poignée. Apparemment, c’était son invitation à prendre congé et il l’aurait presque fait s’il elle n’avait pas eu des mots malheureux. « Bon on va éviter de s'embrouiller, je vais à ma soirée, je reviens a quoi, deux heures et on en parle demain quand on sera reposés. Ok ? ». Il se redressa, quittant le coin de la porte, comme s’il allait capituler puis finalement, il se planta plutôt au beau milieu, comme pour s’assurer qu’elle ne partirait pas en courant mais surtout pour lui signifier que non, elle n’irait absolument nulle part. « Ah oui, c’est vrai que dans une troisième dimension où je ne jouerai pas le rôle du grand-frère responsable et absolument pas capable de m’amuser, ni « cool », ni vraiment « drôle », à ça, j’aurais pu répondre mais vas-y soeurette et ramènes moi des bières mais tu vois ce n’est absolument pas ce que je vais faire, au contraire, je vais conserver l’image que tu as de moi et te dire que tu vas faire demi-tour, remettre ton pyjama et te coucher si tu ne veux pas plus d’ennuis que tu n’en as déjà. » Ils n’avaient pas encore parler de ce qu’il lui réservait pour avoir fouillé dans ses affaires mais il avait déjà quelques idées et il faudrait qu’elle soit franchement suicidaire pour tenter une nouvelle fois de sortir maintenant qu’il était au courant de son côté fugueuse et fêtarde. Pourquoi fallait-il qu’il tombe sur une ado en pleine crise ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


PRETTY FACE


MessageSujet: Re: DWIGHT ◮ Oops, I got caught...   Mar 4 Déc 2012 - 15:03


Dwighty & Quinny ☺

Je lançais sur un ton glacial et désagréable « Oh puisque ce n'est qu'une constatation, je peux moi aussi constater que tu me pompe l'air et que t'es apparemment un gros relou ? », j'arquais un sourcil en penchant légèrement la tête, en faisant des tonnes pour montrer mon agacement avant de reprendre d'une petite voix « Je changerais d'attitude quand je jugerais cela nécessaire, pas avant ». J'avais les bras croisés et je m'étais tu pour le laisser parler... Je levais ensuite les yeux au ciel « Ah parce que t'allais dire oui ? La blague. On m'la fait pas à moi. ». Comme-ci il allait me laisser aller à une soirée pleine d'alcool, avec des jeunes délurés que je ne connaissais même pas, sachant qu'en plus il n'y avait pas d'adulte. Ça ne dérangeait pas mes parents puisqu'ils ignoraient dans quel genre de soirée j'allais mais lui c'était autre chose et je le savais. En entendant sa théorie sur de probables fantômes qui fouilleraient dans ses affaires, je baissais la tête en soupirant. Ok, je le prends pour un con, il me prend pour une conne. Compréhensible. Je relevais la tête en esquissant un sourire que les traits de mon visage trahissaient comme un sourire faux mais qui lui montrait néanmoins que j'avais compris son message et que ça m'irritait au plus haut point qu'il me prenne pour une conne comme je le faisais avec lui. Je ne répondais rien, même si j'avais envie de sortir une remarque désagréable, je me retins car je savais qu'il n'allait pas me lâcher si j'envenimais les choses... et je n'avais pas envie de lui parler plus que ça. Lorsqu'il avait parlé de mon ancienne vie, de mon éducation et donc, de mes parents, j'avais senti une boule dans ma gorge et je m'étais fortement pincée les lèvres pour ne pas trop montrer ce que je ressentais sur le coup. Je fermais les yeux un court instant en soufflant après qu'il ait acquiescé ma remarque d'un hochement de tête... Sa requête me fit faire de même. Je passais ma main dans mes cheveux avant de les laisser tomber sur mes cuisses, m'exclamant « Au départ j'ai juste regardé les photos sur ton étagère et après des plaques... J'voulais pas fouiller !! Puis j'ai pensé a des trucs et j'voulais me venger... Alors j'ai ouvert ton tiroir ». Oui, je voulais me venger ? Mais de quoi ? Dwight s'en contrefichait probablement, et ne comprendrais certainement pas, c'est pourquoi je ne m'étais pas étalée sur le pourquoi de cette soit disant "vengeance". D'un coup, je sentais mon coeur battre rapidement, j'avais envie de le foutre à la porte pour m'enfermer et pleurer sans m'arrêter, mais je me retenais. Peut-être qu'aller faire la fête allait me permettre d'oublier mon chagrin.

Je fus soulagée lorsque Dwight quitta l'encadrement de ma porte suite à ma réplique mais... il se planta au beau milieu de mon chemin alors que j'allais sortir de la chambre. Je lâchais la poignée de la porte, dégoûtée et je secouais la tête, serrant les dents. Je ricanais avec un sourire narquois en entendant ses propos « Ah oui, grand frère... C'est vrai, l'espace d'un instant j'avais oublié ce détail. J'te voyais comme un geôlier qui passe sa frustration sur une jeune fille qui veut juste s'amuser pour espérer passer un anniversaire digne de ce nom sans penser a ses parents morts et a sa nouvelle vie pourrie que le juge lui a si gentiment imposé ! ». Je le dévisageais, le toisant de haut en bas en levant les yeux au ciel « T'es sérieux ? Tu crois vraiment que tu peux me parler comme si j'étais ton clébard ? Et tu vas faire quoi si je vais pas me coucher ? Me mettre une laisse et l'accrocher devant la porte de ta chambre ??? T'as craqué toi ! ». Plus qu'énervée de l'entendre me donner des ordres comme ça, j'ajoutais en m'approchant de lui « Ou peut-être un collier électrique, dès que je bouge je me prends une décharge ? Ou peut-être que je vais avoir le droit a un coup de fouet par refus ?! Pffff... », je forçais le passage, lui mettant un léger coup d'épaule pour me diriger vers la cuisine, en réalisant que je passais presque devant la porte d'entrée, je levais les bras en l'air « Tirez pas, je vais juste dans la cuisine ! ». Je me mordais la lèvre, me demandant pourquoi on m'avait foutu dans cette prison, puis je prenais une bouteille d'eau dans le frigo, pour en boire deux gorgées tout en sortant de la cuisine pour me mettre derrière lui et ensuite demander « T'en veux un peu ? Gaspiller ta salive, ça a dû te déshydrater ! ». Gaspiller, oui absolument. J'avais l'intention d'aller à ma soirée, peu importe si j'arrivais en retard... Et même s'il était trop tard pour la soirée, j’appellerais les organisateurs ou d'autres personnes du lycée pour aller me promener avec eux. J'attendais sa réponse, en tendant comme une gentille petite fille docile la bouteille d'eau, un petit sourire aux lèvres...
Revenir en haut Aller en bas
votre administrateur
PRETTY FACE

▌Love me or love me not :
« Chaque jour pendant ces deux années, je me disais que je perdais un peu chaque jour une vie que je rêvais d’avoir, et j’ai finalement perdu deux ans. Mais j’ai l’impression que ce n’est pas la seule chose que j’ai perdu… »

▌Age : trente ans
▌Occupation : ancien militaire devenu pompier
▌Statut : célibataire
▌Date d'arrivée : 11/11/2012
▌Messages : 70
▌Points : 123
▌Célébrité : henry cavill
▌Double compte : skye a. warren

MessageSujet: Re: DWIGHT ◮ Oops, I got caught...   Mer 5 Déc 2012 - 10:33

quinn & dwight

« Oh puisque ce n'est qu'une constatation, je peux moi aussi constater que tu me pompe l'air et que t'es apparemment un gros relou ? » Oh oui, elle le pouvait. Il sourit, voilà bien longtemps qu’il n’avait pas vraiment souri mais finalement, Quinn était bien plus amusante qu’elle n’en avait l’air au premier abord. Il haussa légèrement les épaules. « A l’inverse que cette constatation ne me fait ni chaud ni froid, rien que l’emploi du mot « relou » me rappelle que tu n’as que dix-sept ans et que ton avis n’a aucun impact sur moi. » Il était toujours aussi calme, comme s’il voulait lui faire comprendre qu’elle pouvait dire ce qu’elle voudrait, il n’entrerait pas dans son jeu, surtout pas si elle continuait d’agir comme une gamine face à lui. « Je changerais d'attitude quand je jugerais cela nécessaire, pas avant » Il se retint de lever les yeux au ciel, une réaction qu’il aurait eu cinq ans auparavant, quand il était encore un jeune homme dragueur et malin, lorsqu’il s’amusait à faire des blagues et à s’amuser avec ses amis. Mais maintenant qu’il avait trente ans, ce genre de réaction puérile le faisait doucement rire, elle était agacée, parfait, il l’était autant qu’elle et il n’y avait pas de raison qu’il soit le seul. Elle n’allait pas impunément pouvoir faire tout ce qu’elle voulait dans son dos sans qu’il ne réagisse, il en était hors de question, il n’était absolument pas du genre à se laisser faire et elle l’apprendrait très vite, à ses dépens d’ailleurs. « Ah parce que t'allais dire oui ? La blague. On m'la fait pas à moi. » Il haussa légèrement les épaules à nouveau, en réalité, il n’avait absolument pas réfléchi à la question puisqu’il ne s’était pas imaginé qu’elle voudrait sortir aussi rapidement. Il aurait aussi très bien pu tomber sur une geek qui aurait préféré passer ses soirées devant l’ordi ou devant un bon bouquin plutôt que d’aller faire la fête toute la nuit. Mais non, il avait plus de chance que ça, il était tombé sur une fêtarde qui avait visiblement l’habitude de faire le mur sans demander au préalable la permission, ce qui l’agaçait. Il eut cependant un sourire en coin, plus vraiment sincère, plutôt du genre légèrement cruel. « Malheureusement pour toi, tu ne le sauras jamais puisque tu n’as pas pris la peine de demander. » Et par la même occasion, il lui signifiait qu’il n’avait pas l’intention de dire oui à l’avenir puisqu’elle avait préféré faire ça en douce pour la première fois. Elle l’avait donc braqué dans une décision qui aurait pu être plus souple si elle avait pris quelques secondes pour lui poser simplement la question. Quel gâchis. Mais au final, cela arrangeait Dwight, sa décision précipitée de la priver de sortie donnait l’impression que c’était de sa faute à elle et il n’avait plus besoin de se demander s’il lui aurait donné l’autorisation ou non. Un parfait plan pour qui n’a pas envie de se prendre la tête avec les bases de l’éducation des adolescentes. Et il était plutôt doué si on lisait correctement l’agacement de la jeune fille lorsqu’il fit mine de se moquer d’elle lorsqu’elle eut le culot de lui mentir. Il était satisfait de voir qu’il pouvait arriver à quelque chose et notamment, à obtenir aisément des aveux. Mais il vit aussi un changement d’attitude dans son comportement et il fronça les sourcils, c’était comme si tout à coup, elle était moins à l’aise, comme prête à fondre en larmes. « Au départ j'ai juste regardé les photos sur ton étagère et après des plaques... J'voulais pas fouiller !! Puis j'ai pensé a des trucs et j'voulais me venger... Alors j'ai ouvert ton tiroir » Il fronça encore plus les sourcils à ce moment-là, oubliant pendant un instant qu’elle avait été une horrible fouineuse et qu’elle s’était immiscée dans sa vie privée. Il voulut faire un pas dans sa direction mais resta finalement totalement immobile à la regarder. Il n’allait pas se mettre à la consoler d’une douleur qu’il ne pouvait pas comprendre et il n’était pas sûr d’être bien accueillit, sans oublier le fait qu’il ne savait absolument pas comment faire pour réconforter quelqu’un. Il le fit donc de la seule façon qu’il connaissait : en agissant comme si de rien n’était. « Te venger ? Mais de quoi ? Je ne suis pas responsable de ce qui arrive Quinn ! » Il parlait d’une voix moins autoritaire, comme s’il cherchait à lui faire comprendre que non seulement il n’y était pour rien, mais qu’en plus, il était dans le même bateau qu’elle, il avait hérité de la situation comme elle et en était une simple victime, non son bourreau. Avant ce soir, il ne lui avait pas donné une seule occasion de souhaiter se venger de lui. Il s’abstint pourtant de le dire, cherchant simplement la signification de ses mots. Il devait connaître son état d’esprit s’il avait envie de la comprendre et de s’entendre avec elle. Il n’avait en aucune façon l’intention de lui faire la guerre, il aurait souhaité que tout commence autrement en réalité.

Il savait en tout cas qu’il avait une nouvelle fois énervé Quinn lorsqu’elle reprit la parole. « Ah oui, grand frère... C'est vrai, l'espace d'un instant j'avais oublié ce détail. J'te voyais comme un geôlier qui passe sa frustration sur une jeune fille qui veut juste s'amuser pour espérer passer un anniversaire digne de ce nom sans penser à ses parents morts et a sa nouvelle vie pourrie que le juge lui a si gentiment imposé ! » Il arqua un sourcil, intrigué par deux détails. « C’est ton anniversaire ? » Stupide qu’il ne le sache pas en réalité mais il fallait bien dire que ce n’était pas vraiment sa priorité depuis qu’il était rentré chez lui en compagnie de la demoiselle. Et puis, il la mettait au défi de s’en offusquer, elle ne devait pas plus connaître la sienne de date d’anniversaire. Si elle avait voulu qu’il le sache, capricieuse comme elle l’était, elle lui aurait signifié bien avant. Mais finalement, tout ça n’était qu’un détail et il reprit après quelques secondes. « Je ne passe pas une quelconque frustration sur toi, j’essaye de veiller sur toi, si tu ne vois pas la différence, ce n’est pas ma faute et si tu refuses de me voir comme un grand frère, n’oublie pas que je suis en premier lieu ton tuteur légal et si tu prenais le temps deux secondes d’arrêter de pleurnicher sur ton sort, tu pourrais apprécier la nouvelle vie qui s’offre à toi ! » Il était un peu plus dur qu’il ne l’aurait voulu mais il n’allait pas la laisser piétiner son mode de vie nouvellement acquis simplement parce qu’elle était une horrible enfant pourrie gâtée. Si elle voulait goûter à la séquestration, il se ferait une joie de lui démontrer que cela n’avait rien à voir avec ce qu’il faisait avec elle. Franchement furieuse, elle se mit à déblatérer des âneries que un collier, une laisse, un collier électronique et tout le reste et il ferma un instant les yeux de frustration. Il n’avait jamais rien dit de tel, il avait juste exigé d’elle qu’elle reste dans sa chambre. Mais elle le bouscula et il la laissa passer, sachant pertinemment qu’elle n’irait nulle part s’il était réveillé. Mais elle s’amusa de son autorité. « Tirez pas, je vais juste dans la cuisine ! » Il la suivit, non pour la fliquer mais simplement parce que cette conversation était bien loin d’être terminée. « T'en veux un peu ? Gaspiller ta salive, ça a dû te déshydrater ! » Lui demanda-t-elle en lui tendant une bouteille d’eau. Il refusa poliment avant de s’accouda au bar qui séparait la cuisine du reste de la pièce à vivre et l’observa évoluer dans la cuisine. Il se rendit compte qu’il n’avait pas encore répondu à ses accusations colériques et maintenant qu’elle semblait calmée, il reprit. « Tu sais que j’ai l’intention de rester réveillé jusqu’à ce que je sois en pyjama, démaquillée et plongée dans le sommeil ? Je vais peut-être même décider de rester éveillé toute la nuit pour m’assurer que tu n’as pas décidé de te préparer à nouveau en douce… Je n’ai pas besoin de te mettre de collier… » Il s’interrompit quelques secondes avant de finalement se redresser et la regarder à nouveau. « En fait si j’étais toi, je n’irais nulle part parce qu’à chaque fois que tu rentreras de soirée sans mon autorisation, je te lèverai à quatre heures pour un footing matinal et si tu t’y refuses, je te traînerai en pyjama et dans l’état jusqu’en bas, que tu aies la gueule de bois, que tu sois crevée ou que tu sois comateuse ! » Il avait d’ailleurs l’intention de le faire dès le lendemain pour se venger de sa petite incartade dans ses affaires mais il n’en dit rien. Il continuait de l’observer, sachant pertinemment ce que ce genre de discours allait encore provoquer en elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


PRETTY FACE


MessageSujet: Re: DWIGHT ◮ Oops, I got caught...   Jeu 3 Jan 2013 - 21:46


Dwighty & Quinny ☺

Je levais les yeux au ciel en soupirant bruyamment « QUE dix-sept ans, allez, encore un... », ouais encore un qui me prenait pour une fille immature parce que je voulais m'amuser un peu pour compenser avec le sérieux de mes études et pour rattraper un anniversaire loupé. Pour beaucoup, lorsqu'on a dix-sept ans, on ne peut pas être mature vous voyez. Encore moins quand votre interlocuteur a trente ans et tente d'imposer son autorité de nouveau frère. Je lâchais un petit rire en arquant un sourcil « Bah voyons. J'en ai rien a faire, de toute façon, il y en aura d'autres », si ça se trouve, cette soirée aurait été naze alors bon. J'irai dans une soirée lorsque je connaitrais un peu mieux les gens avec qui j'étudie. Le fait de ressentir de la tristesse en abordant mon acte qui était comme une sorte de vengeance (assez stupide, je dois l'avouer), faisait remonter la colère que j'enfouissais depuis la mort de mes parents. Mais pour ne pas envenimer la situation, je me devais de me calmer, car si Dwight et moi nous détestions plus que tout dès le début, ça allait être un enfer pour moi et je savais parfaitement qu'avec une sale ambiance ici, j'allais me planter dans mes études et rester plus longtemps chez lui. Je haussais les épaules avant de répondre d'une petite voix, signe que je repoussais le plus possible l'arrivée de mes larmes « Pourquoi ?! Laisse tomber, tu pourrais pas comprendre. Tu sais, c'est un raisonnement de gamine de dix-sept ans, hein. », répondis-je en faisant un petit sourire forcé. Ouais, vu comme il me prenait de haut, me traitant limite de gamine un peu plus tôt, je n'allais pas lui expliquer pourquoi je parlais de vengeance, il ne comprenait pas. Autant lui épargner une réflexion désagréable de plus. Il n'avait pas tort, il n'était pas responsable, mais bon que voulez-vous, je suis têtue et blessée au plus profond de moi, alors si je décide qu'il est au moins un tout petit peu responsable du fait que je suis loin de tous mes repères et de mes amis, bah il l'est, point barre.

Je hochais la tête, les larmes aux yeux « C'était avant hier... Mais avec tout ce qui s'est passé, j'ai vraiment pas eut l'impression que c'était le cas... Le pire anniversaire de ma vie. », pardonnez le vocabulaire mais année de merde et anniversaire de merde, ça fait beaucoup. Je ne lui reprochais rien, il ne pouvait pas savoir et de toute manière, peu m'importait. Depuis la mort de mes parents, un "joyeux anniversaire" ce n'est pas imaginable. C'est pour ça que je voulais sortir, pour essayer de me mettre dans un environnement festif et tout ça. Je me raclais doucement la gorge, levant la tête pour reprendre mon air de fille forte et oublier les larmes qui étaient apparues dans mes yeux. Craquer devant lui, et puis quoi encore. Je me mordais la joue en l'entendant, secouant légèrement la tête... Je regardais autour de moi avant de le fixer « Je ne te vois pas comme un grand frère, ça c'est certain. Et je refuse de te voir comme mon tuteur légal. J'vois pas en quoi c'est normal que tu puisse me dire quoi faire, que tu aies le pouvoir de m'interdire de sortir, de respirer, de faire-ci ou encore ça. Pardonne moi de ne pas être docile comme un petit chien. Si tu t'attendais a ce que je te saute dans les bras pour te remercier de m'accueillir ici alors que t'avais apparemment pas le choix non plus, et si tu t'attendais a ce que je me soumette comme ça, bah tu t'es juste fourré le doigt dans l’œil mais jusqu'au coude... », je fis une courte pause avant de reprendre « ...pleurnicher sur mon sort, tu ferais quoi a ma place ? Tu sauterais de joie si on venait de t'arracher a une famille qui te plaisait bien, alors que tu prenais tes repères juste après la mort de tes parents ? Bonjour la nouvelle vie hein. Moi j'ai rien demandé a personne. Puis excuse moi, tu pourrais faire des efforts toi aussi, t'as pas envie que je bouleverse tes petites habitudes, ta petite vie mais j'ai pas trente piges, moi a la base je suis entourée de gens, d'amis, je sors, j'ai une vie sociale, tu pourrais m'aider et être compréhensif pour le coup. Alors avant de m'en demander des tonnes, fais quelque chose toi aussi. J'vais certainement pas être la seule a faire des efforts. ». Je cessais enfin de parler, sur un ton légèrement agressif et excédé. Je passais ma main dans mes cheveux, fermant les yeux un court instant pour me calmer. Tant qu'à faire, je n'allais pas me priver, il veut dialoguer ? Me gonfler alors que je voulais sortir ? Très bien, c'est ce que je faisais, et très volontiers lorsqu'il s'agissait de dire très franchement ce qui me déplaisait. Suite a son refus, je repris une gorgée d'eau pour refermer la bouteille et la garder en main. Calmement, il prit la parole, chose qui me fit ricaner, j'arquais un sourcil « T'as que ça a faire, rester éveiller toute la nuit ? Ca va vraiment pas toi. Mais si ça t'amuse, fais comme bon te semble hein ! ». Je reprenais ensuite mon sérieux, effaçant mon air arrogant... Quoi que, non, je le gardais encore un bref instant « Bah disons que je rentre vers quatre heures pour avoir le temps de me reposer et d'aller courir à dix heures alors... tu réveilleras pas grand monde a cette heure-ci. ». Il avait l'air content et fier de son idée, pensant que ça allait me déranger et me dégoûter mais pas de bol, il ne sait pas que je suis une sportive qui ne rechigne jamais lorsqu'il faut faire de l'exercice « Et... c'est tout ce que t'as trouvé pour me faire peur et me punir ? Non parce que je pense que c'est moi qui vais te réveiller avant d'aller courir tu vois. Si tu pense que sport rime avec corvée, pour moi c'est pas le cas... ». Je fis un sourire, quelque peu forcé, pour souligner mon sarcasme « Hanlala, on dirait qu'on va faire des joggings en famille. Hein, grand frère ? », j'avais terminé d'une voix grave, légèrement désagréable avant d'arrêter de sourire. Je regardais ma montre, pour ensuite dire « Je vais devoir me trouver un ami imaginaire, vu qu'apparemment ici je n'aurais pas le droit d'avoir une vie sociale. », la fête avait commencé, quelle plaie...
Revenir en haut Aller en bas
votre administrateur
PRETTY FACE

▌Love me or love me not :
« Chaque jour pendant ces deux années, je me disais que je perdais un peu chaque jour une vie que je rêvais d’avoir, et j’ai finalement perdu deux ans. Mais j’ai l’impression que ce n’est pas la seule chose que j’ai perdu… »

▌Age : trente ans
▌Occupation : ancien militaire devenu pompier
▌Statut : célibataire
▌Date d'arrivée : 11/11/2012
▌Messages : 70
▌Points : 123
▌Célébrité : henry cavill
▌Double compte : skye a. warren

MessageSujet: Re: DWIGHT ◮ Oops, I got caught...   Mer 9 Jan 2013 - 12:21

quinn & dwight

« QUE dix-sept ans, allez, encore un... » Dwight le connaissait ce sentiment, celui d’être sous-estimé par rapport à son âge. Il savait combien cela pouvait être agaçant parce qu’il s’agissait simplement de rabaisser quelqu’un en lui rappelant qu’elle ne connaît rien à la vie et qu’elle ferait mieux de se taire avant de faire la leçon à ses aînés. Dwight avait supporté ce discours, on le lui avait sorti de nombreuses fois, surtout à l’armée pour le stimuler et le forcer à se dépasser, et il en avait toujours ressenti un agacement certain. Et il comprenait la réaction de Quinn, il n’aurait pas réagi autrement et il ne s’était pas attendu à ce qu’elle réagisse autrement d’ailleurs. Il savait l’effet que cela faisait mais il ne regrettait pas ses paroles. [color=lightslategray]« Oui Quinn, que tu le veuilles ou non, tu n’as que dix-sept ans, ce n’est pas une insulte, c’est un fait, tu me l'as toi-même dit tout à l'heure. Tu crois qu’on ne m’a jamais dit « de toute façon, tu n’as que trente ans » ? Nous sommes tous le cadet de quelqu’un, pas la peine d’en faire tout un plat. » Elle était jeune, elle avait la vie devant elle, c’était bien loin d’être un défaut au contraire, elle pouvait décider maintenant de son avenir, faire ce qu’elle voulait, s’il était heureux d’avoir son âge, il regrettait parfois de ne pas avoir eu dix-sept ans deux fois pour prendre d’autres décisions Mais avoir des regrets à trente ans lui donnait l’impression d’en avoir vingt de plus alors il préféra faire taire ses voix dans sa tête qui exprimaient ses remords et continua d’observer la jeune femme qui lui faisait face. « Bah voyons. J'en ai rien a faire, de toute façon, il y en aura d'autres » Il resta stoïque mais il aurait bien laissé échapper un petit sourire en coin. Maintenant qu’il avait parfaitement conscience qu’elle était une fugueuse et du genre à faire le mur le soir, il allait prendre deux ou trois précautions avant d’aller se coucher, pas question qu’elle lui file entre les doigts sans prévenir. Il ne répondit rien en revanche, il n’allait pas relancer un débat sur le fait de savoir si oui ou non elle pourrait assister aux prochaines soirées dont elle entendrait parler. Pour lui, il en était hors de question et pas la peine de revenir là-dessus, elle découvrirait bien assez tôt ce qu’il en était de lui mentir et de vouloir dépasser son autorité. En revanche, il ne comprenait pas son changement d’attitude, sa façon d’éviter la question et la petite voix avec laquelle elle lui répondit. « Pourquoi ?! Laisse tomber, tu pourrais pas comprendre. Tu sais, c'est un raisonnement de gamine de dix-sept ans, hein. », Il fronça les sourcils avant de se demander de quoi elle pourrait bien se venger. Il ne voyait pas ce qu’il avait bien pu faire pour mériter tel traitement. Jusqu’à ce soir, il ne lui avait pas donné l’opportunité de lui faire goûter l’autorité dont il pouvait faire preuve, il ne voyait pas pourquoi elle voudrait lui faire payer quoique ce soit. C’était tout juste s’ils s’étaient parlés depuis qu’ils avaient mis le pied sur le sol Australien. Alors, malgré ses trente ans, il avait du mal à suivre le raisonnement de la jeune femme. « Et je t’ai dit que je ne percevais pas cela comme un défaut, ta façon de raisonner m’intéresse, surtout si elle me concerne et si tu as d’autres petites vengeances en rayon. J’ai le droit de savoir pourquoi tu souhaites me faire payer ce qui t’arrive. » Une explication, c’était tout ce qu’il demandait, il n’avait pas l’impression de lui réclamer la lune. Il voyait bien que ce sujet la fragilisait mais elle avait peut-être besoin de l’extérioriser après tout, il fallait bien qu’elle lui dise les choses s’ils voulaient s’entendre un jour. A supposer que Quinn ait envie de s’entendre avec lui.

Il fut en revanche pris par surprise en apprenant que c’était son anniversaire deux jours plus tôt. Il avait tenu son passeport entre ses mains et n’avait même pas pensé à regarder sa date de naissance pour pouvoir lui souhaiter. Il fallait bien dire qu’il s’agissait bien de sa dernière préoccupation et il n’avait pas fêté un anniversaire depuis trois ans, pourquoi y aurait-il pensé ? Il avait eu d’autres soucis en tête après tout. « C'était avant hier... Mais avec tout ce qui s'est passé, j'ai vraiment pas eut l'impression que c'était le cas... Le pire anniversaire de ma vie. » Il ne pouvait pas la contredire. Il regarda légèrement autour de lui. Il avait toujours détesté les fêtes, les effusions et compagnie, enfin, récemment en tout cas, il était plus discret depuis quelques années, depuis son entrée à l’armée. Il vit rapidement que ce sujet également était sensible pour Quinn et il ne se sentait étrangement fort peu à l’aise de discuter de ce genre de choses. « Tu aurais dû me le dire, ce serait ridicule que je te souhaite un bon anniversaire maintenant. » En effet, cela ne servait pas à grand-chose et il ne savait pas ce que cela aurait changé qu’elle le lui dise mais il avait l’impression d’avoir raté un truc en tant que frère et tuteur.

Mais la jeune femme reprit du poil de la bête et il en prit pour son grade. « Je ne te vois pas comme un grand frère, ça c'est certain. Et je refuse de te voir comme mon tuteur légal. J'vois pas en quoi c'est normal que tu puisse me dire quoi faire, que tu aies le pouvoir de m'interdire de sortir, de respirer, de faire-ci ou encore ça. Pardonne moi de ne pas être docile comme un petit chien. Si tu t'attendais a ce que je te saute dans les bras pour te remercier de m'accueillir ici alors que t'avais apparemment pas le choix non plus, et si tu t'attendais a ce que je me soumette comme ça, bah tu t'es juste fourré le doigt dans l’œil mais jusqu'au coude... », Au moins, les choses étaient claires, ils n’étaient pas frères et sœurs, il n’était visiblement même pas son tuteur légal mais qu’attendait-elle de lui exactement ? « ...pleurnicher sur mon sort, tu ferais quoi a ma place ? Tu sauterais de joie si on venait de t'arracher a une famille qui te plaisait bien, alors que tu prenais tes repères juste après la mort de tes parents ? Bonjour la nouvelle vie hein. Moi j'ai rien demandé a personne. Puis excuse moi, tu pourrais faire des efforts toi aussi, t'as pas envie que je bouleverse tes petites habitudes, ta petite vie mais j'ai pas trente piges, moi a la base je suis entourée de gens, d'amis, je sors, j'ai une vie sociale, tu pourrais m'aider et être compréhensif pour le coup. Alors avant de m'en demander des tonnes, fais quelque chose toi aussi. J'vais certainement pas être la seule a faire des efforts. » Il resta un instant silencieux. Il s’était promis de ne pas exploser, de ne rien dire, de rester calme mais elle en faisait trop, enfant pourrie gâtée qui n’avait pas l’habitude qu’on bouleverse ses habitudes. Il fronça les sourcils, il avait toujours été impulsif et les mots sortirent de sa bouche, la voix légèrement plus grave, plus forte. « Quand t’ai-je demandé de te soumettre ? Tu ne t’aies pas demandé si te priver de sortie n’était pas une punition pour avoir fouillé dans mes affaires ? Tu crois pouvoir te permettre n’importe quoi ici sans en subir les conséquences ? Toi aussi, tu te trompes, je ne t’ai pas demandé d’être une gentille fille, je voudrais juste qu’il y ait quelques règles pour qu’on puisse cohabiter facilement mais ce n’est pas en te comportant comme tu le fais que l’on va y arriver ! » Il fit un légère pause à son tour avant de poursuivre. « Si tu préfères que je te remette aux services sociaux pour qu’ils te baladent de familles en familles, tu n’as qu’un mort à dire. Et qui a dit que je n’ai pas eu le choix ? J’ai donné mon accord, j’ai accepté de te prendre avec moi pour t’éviter justement cette vie. » Il venait de sortit de deux années de captivité et pourtant, il avait accepté Quinn chez lui. Son but n’était pas de le lui reprocher, d’avoir sa reconnaissance éternelle mais de lui faire comprendre qu’une vie pire que celle-là pouvait l’attendre s’il faisait machine arrière dans ses démarches. Il finit par soupirer longuement, se passant une main dans les cheveux avant de reprendre. « Mes petites habitudes ? Quinn, tu crois que tu es la seule dont la vie a été bousillée récemment ? Mes petites habitudes, je les ai perdu le jour où on m’a capturé pendant deux ans, moi aussi je dois réapprendre à vivre normalement. Je ne t’empêche pas de sortir, je veux savoir où et quand, je veux le savoir Quinn, c’est tout ce que je te demande et de rentrer à des heures descentes, de ne pas revenir complètement bourrée parce que je n’ai pas l’intention de te ramasser, que tu ne te mettes pas en danger parce que peu importe ce que tu diras, moi je me considère comme ton tuteur, comme ton frère et je suis responsable de toi et il est hors de question qu’il t’arrive quoique ce soit. Même si tu me dis que tu peux te débrouiller toute seule, je refuse que tu te mettes bêtement en danger. » Termina-t-il finalement, sans rien ajouter de plus. Il en avait de toute façon bien trop dit pour l’instant.

Il la regarda raconter à peu près n’importe quoi, finir par un ton désagréable et il soupira, la rejoignant dans la cuisine. Il la regarda un long moment après son discours, ou plutôt son monologue puisqu’il n’était pas intervenu une seule fois et finit par hausser les épaules. « Parce que tu pars du principe que je vais te laisser décuver avant d’aller courir. C’est très agréable un petit footing, avec la gueule de bois, beaucoup moins, tu peux me faire confiance. » Elle n’avait pas encore goûté à ses courses, voilà pourquoi elle semblait si sûre d’elle. Il finit par sourire devant sa dernière remarque. « Tu as un sens de l’exagération fortement prononcé, on te l’a déjà dit ? » Il ne lui avait absolument pas interdit d’avoir une vie sociale, simplement de ne pas lui cacher ses sorties et de rentrer à des heures raisonnables, il n’avait pas l’impression de demander la lune mais il faisait face à une adolescente, il n’y pouvait rien.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


PRETTY FACE


MessageSujet: Re: DWIGHT ◮ Oops, I got caught...   

Revenir en haut Aller en bas
 

DWIGHT ◮ Oops, I got caught...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
twist of fate :: The city :: Oxford Street :: Quartier résidentiel :: Appartement de Dwight et Quinn-