Partagez | 
 

 Will you help me this time ? ▲ Skye & Caelan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


PRETTY FACE

▌Love me or love me not :
▌Age : Vingt-neuf ans
▌Occupation : Pédiatre
▌Statut : Célibataire endurci
▌Date d'arrivée : 18/11/2012
▌Messages : 155
▌Points : 266
▌Célébrité : Joseph Morgan
▌Double compte : Nope
▌Crédits : Babine (avatar), tumblr (gifs), pepperland (sign)

MessageSujet: Will you help me this time ? ▲ Skye & Caelan   Dim 20 Jan 2013 - 20:56



    Mais qu’est-ce que je fais là, bon sang ? Ca devait bien être la troisième fois que Caelan se posait la question depuis qu’il était entré dans ce bar. Mais même après la troisième fois, il ne fit pas mine de quitter les lieux, et resta assis sur son tabouret, les coudes fermement posés sur le comptoir, comme s’il était un habitué des lieux. Et il n’était pas loin d’être un habitué, maintenant. Mais curieusement, il n’aimait toujours pas cet endroit. Il s’y rendait souvent quand il avait sa soirée de libre, que rien n’était prévu à son programme et qu’il n’avait pas envie de passer de longues heures en tête à tête avec lui-même dans son très grand et très vide appartement. Il avait choisi ce bar comme il aurait pu choisir n’importe quel autre, simplement parce que la première fois où il y était entré, il avait eu la plaisante surprise d’y boire un très bon whisky, ce qui n’était pas donné à tous les pubs de Sydney. Et puis, le fait qu’il y ait fait une très bonne rencontre, ce soir là, avait également joué dans l’image qu’il en avait gardée par la suite. Par très bonne rencontre, il fallait comprendre qu’il avait abordé une femme magnifique avec qui il avait passé une nuit à grimper aux rideaux, qui n’avait même pas cherché à avoir son numéro en quittant son appartement au petit matin : une perle rare. Mais même s’il était revenu, son soir de chance ne s’était plus reproduit par la suite, et il s’était rabattu sur le whisky, qui était au moins une source sûre. Ainsi, à chaque fois qu’il s’était senti étouffer entre ses quatre murs, il était allé jusqu’à ce bar, s’était assis au comptoir, et s’était imprégné du brouhaha ambiant comme si cela pouvait faire remonter sa jauge à relations sociales sans qu’il n’ait besoin de faire le moindre effort. Car non, il n’adressait généralement la parole à personne, et n’avait pas envie que quiconque fasse cet effort à sa place. Il était là pour se sentir entouré, pour être le témoin de la vie qui bourdonnait autour de lui – pas pour en prendre une part active. S’il voulait réellement sortir, discuter, sociabiliser, ce n’était pas ici qu’il le ferait. La seule chose qu’il tolérait, c’était la présence féminine qu’il pouvait gagner pour la nuit, mais là aussi, il avait des critères très difficiles, et il n’était pas là pour sauter sur tout ce qui bougeait. Il avait dépassé ce stade depuis l’adolescence, merci bien. S’il fallait avoir une conquête d’un soir, il voulait la choisir avec soin. Souvent, il ne jetait pas le moindre regard à toutes celles qui lui tournaient autour, et finissait par quitter les lieux, abruti d’assez de boucan pour se sentir vacciné de toute interaction sociale pendant plusieurs jours. Mais ce soir, il n’en était pas encore là. Il en était uniquement au stade où il se demandait pourquoi il continuait à venir ici si souvent, et commençait à se demander sérieusement ce qui clochait chez lui, quand il fut interrompu dans ses pensées. Et la soirée devint franchement désagréable.

    « Bonsoir. » Caelan tourna la tête, et tomba nez à nez avec une plantureuse créature d’à peu près son âge. En un regard, il la détailla de pied en cap, décréta que sa poitrine était refaite, ses lèvres et son nez également, qu’elle avait du subir plus d’injections de botox qu’il n’avait eu de prises de sang dans sa vie, et qu’elle devait avoir une carte de fidélité sacrément usée dans son centre d’UV favori. Elle était magnifique, physiquement parfaite, et donc totalement dénuée d’intérêts à ses yeux. Il n’avait jamais trouvé attrayant une beauté factice et préférait de loin le naturel. Il hocha vaguement la tête dans sa direction pour lui retourner la politesse, et replongea dans son verre sans plus de cérémonie. Son jugement était rendu et il n’avait pas de salive à gaspiller pour elle. « Je peux vous offrir quelque chose ? » Il fixa un point droit devant lui pendant une seconde, avant de se tourner à nouveau vers la femme, lui désignant son verre d’une main. « J’ai ce qu’il faut, ça ira. » Lâcha-t-il sans même faire l’effort de paraître aimable. Il savait d’expérience que s’il montrait la moindre faille, le moindre indice qu’il s’adoucissait, elle prendrait ça comme une ouverture et ne le lâcherait pas de la soirée. Et ça, il n’en était pas question. « Hé Mitch, sers-moi un Martini, tu seras chou. Et remets la même chose au jeune homme. C’est pour moi. » Ajouta-t-elle en lui coulant un regard lascif. Caelan cligna des yeux, incrédule. Sérieusement ? Cette femme était un cliché ambulant, et pensait que tout ça allait marcher ? « Non, je ne veux pas la même chose. Je ne veux rien et surtout pas venant d’elle. » Lança Caelan au barman d’un ton appuyé, avant de foudroyer du regard l’inconnue qui s’accrochait. Mais ce genre de regard, qui faisait fureur sur la plupart des gens avec qui il l’utilisait, déclencha un éclat de rire chez son interlocutrice, et elle se mit à insister de plus belle. Rien de ce que Caelan pouvait dire ou faire ne semblait la déstabiliser, elle tourna chacune de ses phrases en dérision ou réussit à y trouver un double-sens à chaque fois, faisant perdre de plus en plus patience à Caelan, à mesure que passaient les minutes en face d’elle. Il se sentait comme un animal acculé dans un coin par un chasseur, incapable de se sortir de son pétrin par lui-même – et pourtant, elle n’était qu’une femme ! Mais n’étaient-ce pas les hommes qui étaient plutôt censés se comporter de cette façon insistante et désagréable ? Même lui n’en venait pas à ce point quand il tentait de draguer quelqu’un, il préférait s’avouer vaincu plutôt que d’avoir la désagréable sensation qu’il devenait lourdingue … Mais celle-ci semblait bien se ficher de ce qu’il pensait : elle le voulait dans son lit, et était prête à tout pour ça. Excédé, il tourna la tête pour chercher une issue de secours, sondant les gens à travers le bar dans l’espoir d’y trouver un visage connu qui lui servirait d’excuse pour se sortir de là. C’était ça ou devenir franchement désagréable avec la demoiselle … Et dans moins d’une seconde, il n’aurait plus de scrupules.

_________________
    ❝STORM THE SORROW❞
    Along the way I find myself to be confined within me. No place for any other's mind to interfere, to grasp the meaning of it all, to overcome my limits, and dance away from any void and empty tones. Just tell me why, just tell me how I can survive this time. I’ve tried to peer into the core, but could not storm the sorrow. My hollow heart has bled me dry, left me to stray. Another time without a trace, condemn me now, send me to hell, for I'm already failing.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
votre administratrice
PRETTY FACE

▌Love me or love me not :

▌Age : vingt-six ans
▌Occupation : en réinsertion dans la vie active
▌Statut : célibataire
▌Date d'arrivée : 12/04/2012
▌Messages : 192
▌Points : 324
▌Célébrité : candice accola
▌Double compte : Dwight Northwood

MessageSujet: Re: Will you help me this time ? ▲ Skye & Caelan   Mar 5 Fév 2013 - 17:32

Ce soir-là, Skye avait décidé qu'elle ne passerait pas la soirée dans son minuscule appartement et qu'il fallait absolument qu'elle sorte, qu'elle fasse quelque chose, qu'elle bouge, qu'elle se reprenne en main. Après avoir passé les dernières semaines à se plonger corps et âme dans ses rapports de son dossier, à chercher les coupables de son arrestation, à trouver des réponses dans les endroits et auprès des personnes les plus improbables, après s'être à nouveau fâché avec sa sœur et après avoir été la victime de malaises suite à une très mauvaise hygiène alimentaire, elle prit conscience qu'il ne servait à rien de s'attarder autant sur le passé quand l'avenir lui tendait les bras. Il lui fallait saisir la chance qu'on lui offrait de reprendre sa vie, de recommencer à vivre correctement, elle en avait besoin, elle devait impérativement aller de l'avant et cesser de regarder en arrière. Vêtue de sous-vêtements, elle se tenait devant son armoire pour décider ce qu'elle allait porter pour sa première soirée. Le reflet dans le miroir en face d'elle lui indiqua qu'en une semaine, elle avait encore légèrement maigri et certains de ses traits s'étaient creusés, plus question que cela arrive, elle allait s'alimenter et reprendre des couleurs très rapidement. Un bref passage en salle de bain parvint à effacer ses cernes et à lui donner un teint harmonieux, elle remerciait sa mère de lui avoir enseigné l'art délicat de se maquiller et de camoufler les imperfections d'un visage. Et elle remerciait sa sœur et son propre apprentissage pour savoir comment faire la même chose avec son corps. Elle opta très rapidement pour une robe noire, qui ne manquerait pas de mieux la cacher que n'importe quoi d'autre, sans savoir pourquoi, elle voulait tout simplement se sentir belle ce soir et les talons qu'elle enfila à la suite lui indiquèrent qu'elle réussissait plutôt bien son entreprise. En réalité, tous ses efforts, elle ne les faisait pas pour elle-même mais bel et bien pour quelqu'un. Avant qu'elle ne se dispute violemment avec sa sœur, cette dernière l'avait informé qu'un ancien ami à elles désirait la voir pour s'excuser de ne pas être allé la voir en prison et qu'il souhaitait l'inviter à prendre un verre, une invitation plutôt évidente puisqu'avant la tempête, il avait déjà pensé à l'inviter et s'ils s'étaient fortement rapprochés. Et voilà maintenant qu'elle recyclait ses rencards alors que cela faisait cinq ans qu'elle ne l'avait pas vu, du moins c'est ce qu'elle pensait. Elle n'avait aucune idée de ce qui avait pu se passer avec lui mais elle était en sécurité en sa présence, ça elle en était sûre et c'était bien ce qui la poussait à être aussi sûre d'elle.

L'endroit où il lui avait donné rendez-vous n'était pas le restaurant le plus luxueux du coin mais au moins, il s'agissait d'un endroit neutre et ils avaient seulement parlé de boire un coup, peu lui importait qu'il ne s'agisse pas d'un restaurant quatre étoiles, l'important était de le retrouver et de passer un agréable moment, sa robe passait partout de toute façon et elle remarqua très vite qu'elle était la première arrivée. Rien d'étonnant, avec son obsession de l'heure et du retard, elle avait encore vingt minutes d'avance. Très rapidement, elle prit place au comptoir en se rendant compte qu'il serait plus évident à son rendez-vous de la voir de ce point de vue que si elle se fondait dans la masse et s'asseyait à une table. Elle n'était déjà pas bien grande alors perchée sur un tabouret, elle dominait légèrement la salle. Elle était dans l'un des coins, scrutant les personnes présentes pour tenter de le retrouver et jetant un œil à sa montre, décida d'abandonner, les hommes étaient rarement en avance. Les minutes défilèrent rapidement et l'heure de son rendez-vous sonna, elle avait bien sûr commencé à boire, par politesse envers le personnel du bar, une simple bière trônait devant elle et elle avait repoussé deux invitations maladroite, toujours aucune nouvelle de son rendez-vous. Elle jeta un œil à son portable mais vit qu'elle n'avait aucun message et décida d'en envoyer un pour informer de sa présence dans le bar, histoire qu'ils ne se cherchent pas chacun de leur côté.

Vingt minutes, vingt longues minutes passèrent et elle ne faisait plus attention à ce qui se passait autour d'elle, si bien qu'elle prit la décision de changer d'air et de sortir. Mais lorsqu'elle tourna à l'angle du bar, elle reconnut le profil de quelqu'un. Pas son rendez-vous mais quelqu'un qui l'interpella immédiatement et elle eut un sourire aux lèvres de le retrouver là, en civil, sans sa blouse de médecin et sans avoir besoin de rester allongée sur un brancard à déguster son déjeuner. Elle le vit entrain de discuter avec une magnifique blonde plantureuse qui ne faisait absolument pas semblant de le draguer, elle semblait y aller franchement. De là où elle était et malgré le brouhaha ambiant, elle réussit à entendre quelques mots. « Non... même chose. Je ne veux... pas venant d’elle. » Alors comment ça, la jeune femme dénigrait la condition des blondes en se faisant lourde et insistante ? Ce n'étaient pas les hommes qui étaient censés se comporter ainsi habituellement ? Elle faisait honte à toute la gente féminine en créant le conflit avec un homme qui ne souhaitait visiblement pas se retrouver en sa présence. Quel était son problème ? Elle la vit insistante et lourde et Skye fronça légèrement les sourcils avant qu'un petit sourire en coin n'apparaisse sur ses lèvres en voyant le docteur Connolly observer la salle alentour. Elle était légèrement derrière lui et elle ne voulait pas lui laisser le temps de la voir, elle voulait le prendre par surprise et s'étonna elle-même de son audace. Il semblait sur le point de craquer et elle ne voulait pas le laisser dans cette situation. Comme la blonde n'avait d'yeux que pour le brave médecin qui tentait de s'en débarrasser, elle fit semblant de reprendre sa route jusqu'à la sortie avant de tourner la tête vers Caelan en passant près d'eux. Un immense sourire apparut sur ses lèvres en faisant semblant de le reconnaître et elle s'approcha immédiatement de lui, ne prenant pas le temps d'hésiter pour l'embrasser sur la joue. « Désolée mon chéri, j'ai été longue mais si tu voyais la queue aux toilettes, c'est une horreur, j'ai failli faire demi-tour mais c'était bien trop urgent ! J'ai même envisagé d'aller faire un tour chez les hommes mais l'endroit ne semblait pas très net !» S'il n'avait pas encore reconnu sa tête, il pourrait aisément reconnaître son bavardage et son talent pour dire tout et n'importe quoi en un temps record. Elle daigna enfin tourner la tête vers l'inconnue qui sembla se décomposer sur sa chaise. « Tu as rencontré une amie à toi ? Tu nous présentes ? » La jeune femme secoua immédiatement la tête, prise dans les histoires de Skye, elle ne devait pas être là depuis assez longtemps pour savoir qu'il était venu seul et l'excuse des toilettes bondés marchait toujours, ces endroits-là étaient toujours remplis chez les femmes, quel que soit l'endroit. L'inconnue se leva alors de son tabouret, visiblement prête à débarrasser le plancher. « Non, je ne voudrais pas vous déranger, il ne m'a pas dit qu'il était... enfin, bonne soirée ! » Une jeune femme intelligente finalement, elle savait qu'il était le moment idéal pour battre en retraite gentiment avant que Skye ne se rende compte qu'elle était entrain de vulgairement flirter avec son petit ami. Et Skye savait pourquoi elle abandonnait si vite la partie et un immense sourire vint se peindre sur son visage en la voyant décamper vers d'autres horizons. Une fois qu'elle fut hors de portée, sans la moindre gêne, Skye s'installa rapidement sur le siège que la blonde venait d'abandonner, non sans légèrement trébucher et manquer de s'étaler au sol en ratant le tabouret qui semblait trop grand pour elle. Une fois assurée dans son équilibre, elle remit la bague qu'elle avait glissé au doigt de sa main gauche au bon endroit. Les alliances faisaient toujours leur petit effet dans ce genre de moment et bien sûr, Skye avait tendu la main à l'inconnu en faisant semblant de se présenter, et comme Skye était gauchère, rien de choquant là-dedans. Elle se tourna enfin vers Caelan avant de plonger son verre dans le nez de sa précédente cavalière. « Martini, intéressant, une femme qui laisse son verre est une femme qui a fui plus vite que son ombre ! » Elle lui adressa un magnifique sourire avant de poursuivre. « Je suis vraiment désolée si j'ai interrompu quelque chose, vous n'aviez pas l'air ravi et quelque chose me dit que vous m'en devez une ! Ou plutôt que du coup, comme vous m'avez sauvé la mise et que je viens de faire de même,  nous sommes à peu près quittes ! Et je vous dois toujours un verre, sauf si vous avez l'intention de me rejeter comme cette pauvre créature ? Je vous promets de ne pas insister si c'est le cas ! » Elle leva les deux mains en l'air avant de sourire d'un air malicieux, tout à fait sincère ceci dit. Elle était beaucoup plus joyeuse que la dernière fois que Caelan l'avait vu, il fallait bien dire que cette fois, elle tenait sur ses deux pieds et n'était pas pâle comme la mort. Elle ressemblait davantage à la Skye qu'elle se connaissait, avec la maladresse et tout le reste.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


PRETTY FACE

▌Love me or love me not :
▌Age : Vingt-neuf ans
▌Occupation : Pédiatre
▌Statut : Célibataire endurci
▌Date d'arrivée : 18/11/2012
▌Messages : 155
▌Points : 266
▌Célébrité : Joseph Morgan
▌Double compte : Nope
▌Crédits : Babine (avatar), tumblr (gifs), pepperland (sign)

MessageSujet: Re: Will you help me this time ? ▲ Skye & Caelan   Sam 9 Fév 2013 - 13:07

    Il allait bientôt exploser. Plus que quelques secondes, et la bonne femme allait comprendre qu’elle avait mal choisi sa cible, ce soir. S’il n’avait jamais de scrupules à dire leurs quatre vérités à ceux qu’il ne portait pas dans son cœur, Caelan détestait faire des scènes en public. Accoudé à ce bar bondé, sous le regard vorace du barman qui semblait dévoré par le désir malsain de savoir comment les choses allaient se finir, au milieu de gens qui discutaient paisiblement et qu’il ne connaissait pas, il n’avait pas envie de faire d’esclandre. Mais il n’allait pas se gêner, finalement, car s’il y avait quelque chose qu’il détestait encore plus qu’une scène en public, c’était bien qu’on envahisse son espace vital en venant lui forcer la main. Il n’avait trouvé aucune excuse pour s’en aller en toute discrétion sans qu’elle ne lui file au train, il ne lui restait donc plus qu’une seule solution. Mais alors qu’il ouvrait la bouche, totalement furieux et désireux d’en finir au plus vite, une jeune femme fit son apparition dans son champ de vision et vint lui plaquer un baiser sur la joue. « Désolée mon chéri, j'ai été longue mais si tu voyais la queue aux toilettes, c'est une horreur, j'ai failli faire demi-tour mais c'était bien trop urgent ! J'ai même envisagé d'aller faire un tour chez les hommes mais l'endroit ne semblait pas très net !» Il aurait pu en rester comme deux ronds de flan s’il n’avait pas eu des années d’expérience pour contrôler les émotions qu’il laissait exprimer sur son visage. Au lieu de fixer la nouvelle venue avec stupéfaction, il lui offrit un sourire tendre, et passa son bras autour de sa taille, comme s’il était parfaitement naturel qu’elle vienne l’appeler chéri et qu’elle l’embrasse en public. « Skye, enfin ! Encore une minute et j’appelais les secours. » Ce n’était pas brillant, et c’était bien loin de sa prestation à elle, mais c’était tout ce que son cerveau lui concéda sous le coup de la stupeur. Skye Warren venait de l’embrasser, il l’enlaçait en retour avec la familiarité d’un véritable couple, et, cerise sur le gâteau, cela tombait à pic pour le sauver de sa sangsue peroxydée. Il ne savait pas encore s’il devait être heureux qu’elle soit apparue de nulle part ou complètement effaré de la situation qui était en train de se dérouler, mais il s’estimait satisfait d’avoir pu lui répondre sans bafouiller des mots sans queue ni tête … « Tu as rencontré une amie à toi ? Tu nous présentes ? » Cette nouvelle question, posée avec un naturel époustouflant, le ramena vers des considérations plus terre à terre, et il détourna les yeux de Skye pour regarder la femme qui l’avait tant agacé quelques secondes plus tôt. Mais il n’eut même pas à dire quoi que ce soit : elle avait très bien comprit toute seule, et elle s’excusa rapidement avant de filer sans demander son reste. La voir disparaître de son champ de vision fut un réel soulagement pour Caelan, et il se sentit brusquement reconnaissant envers Skye de lui avoir sauvé la mise aussi efficacement. Un sentiment qu’il étouffa aussitôt qu’il apparut, et il fronça imperceptiblement les sourcils, agacé envers lui-même – et un peu envers elle également. Il n’aimait pas ça.

    Mais il ne pouvait pas montrer la moindre trace d’agacement envers elle, alors qu’elle venait de lui être d’un grand secours, et qu’elle lui offrait sur un plateau d’argent une nouvelle occasion de l’approcher. S’il avait du choisir, il aurait préféré que cela se fasse dans d’autres conditions, et surtout qu’il ne lui soit pas redevable. Il était le chevalier servant dans l’histoire, c’était à lui d’apparaître dans les situations où elle était en difficultés, afin qu’il prenne dans son imaginaire l’apparence d’un homme de confiance, en qui elle pourrait se confier. Il avait eu l’intention de mettre en place une rencontre « fortuite », mais il n’en avait pas eu le temps … Et il n’aurait pas pu imaginer que cela se produirait aussi vite – et que ce serait elle qui le sauverait d’une situation désagréable ! Mais maintenant qu’il était devant le fait accompli, il n’était pas question de se défiler, et il devait saisir cette opportunité avant qu’elle ne file, aussi pénible soit-elle. Il retira son bras de sa taille, et la regarda s’installer sur le tabouret tout juste libéré par sa précédente occupante. Il s’avança vivement en voyant qu’elle trébuchait, et agrippa son bras pour lui éviter de se retrouver par terre, mais il la lâcha immédiatement quand elle fut à nouveau stable sur ses jambes. Quand elle changea sa bague de doigt, il réalisa qu’elle avait même prétendu qu’ils étaient mariés, et il sentit sa gorge se serrer douloureusement. Il détourna le regard une seconde. Il n’aimait vraiment, vraiment pas ça. Il savait qu’il aurait du dire quelque chose, lancer la conversation, mais il en était pour l’instant incapable. Cette situation, bien qu’étonnement bien tombée pour lui, le mettait mal à l’aise, et il s’en voulait presque de ne pas réussir à reprendre son rôle de médecin charmeur avec autant de facilité qu’à l’hôpital. Heureusement pour lui, Skye était loin d’avoir besoin qu’on la pousse pour entamer une discussion. « Martini, intéressant, une femme qui laisse son verre est une femme qui a fui plus vite que son ombre ! » Un sourire narquois naquit sur les lèvres de Caelan. « Vous avez eu de la chance, elle avait l’air tellement accrochée qu’elle aurait pu vouloir d’un plan à trois. » Lâcha-t-il avec un petit rire. La femme avait eu le bon sens de ne pas insister, mais il en connaissait certaines qui auraient été prêtes à argumenter, quitte à mettre le couple en péril, rien que pour ne pas perdre la face. Il ne doutait pas que Skye aurait fait preuve de sa verve habituelle pour renvoyer l’importune sur les roses, et il regrettait presque que cela se soit passé aussi facilement. Presque. « Je suis vraiment désolée si j'ai interrompu quelque chose, vous n'aviez pas l'air ravi et quelque chose me dit que vous m'en devez une ! Ou plutôt que du coup, comme vous m'avez sauvé la mise et que je viens de faire de même, nous sommes à peu près quittes ! Et je vous dois toujours un verre, sauf si vous avez l'intention de me rejeter comme cette pauvre créature ? Je vous promets de ne pas insister si c'est le cas ! » C’était exactement ce qu’il aurait voulu éviter : qu’elle mette les compteurs à zéro. Il avait été très content de la façon dont leur dernière entrevue s’était terminée, mais elle venait de se remettre à niveau en lui sauvant la mise, et c’était bien dommage. Il n’avait pas envie de le reconnaître, mais elle était tombée à pic. « Vous avez seulement évité à cette demoiselle une sortie un peu plus désagréable que celle que vous lui avez offerte. Je vous en remercie, d’ailleurs. Je ne savais plus comment faire pour me débarrasser d’elle ! » Il secoua la tête et leva les yeux au ciel devant sa proposition de lui offrir un verre. « Ma parole, c’est ma soirée ! Je vais repartir sans avoir payé un seul verre … Ce n’est pas aux hommes de se faire offrir la boisson, et je vous le répète, vous ne me devez absolument rien ! C’est à moi de vous remercier pour ce soir. Je m’en voudrais de vous congédier aussi rapidement, alors que vous m’avez sorti d’une situation … délicate, disons. » Il grimaça d’un air ostentatoire, et appela le barman pour qu’il vienne les servir, avant de retourner vers Skye. « Qu’est-ce que vous voulez boire ? Je vous demande juste de ne pas commander de Martini. Et peut-être que vous avez faim ? Ils font de délicieux burgers, très nourrissants. » Ajouta-t-il avec un très grand sourire moqueur. Il n’avait pas fallut longtemps, finalement, pour qu’il retrouve le comportement factice qu’il avait eut lors de leurs deux premières rencontres.

_________________
    ❝STORM THE SORROW❞
    Along the way I find myself to be confined within me. No place for any other's mind to interfere, to grasp the meaning of it all, to overcome my limits, and dance away from any void and empty tones. Just tell me why, just tell me how I can survive this time. I’ve tried to peer into the core, but could not storm the sorrow. My hollow heart has bled me dry, left me to stray. Another time without a trace, condemn me now, send me to hell, for I'm already failing.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
votre administratrice
PRETTY FACE

▌Love me or love me not :

▌Age : vingt-six ans
▌Occupation : en réinsertion dans la vie active
▌Statut : célibataire
▌Date d'arrivée : 12/04/2012
▌Messages : 192
▌Points : 324
▌Célébrité : candice accola
▌Double compte : Dwight Northwood

MessageSujet: Re: Will you help me this time ? ▲ Skye & Caelan   Lun 1 Avr 2013 - 12:15

Skye se rendit compte, à l'instant précis où elle croisa le regard de Caelan, que tout reposait finalement sur sa réaction à lui. Elle savait parfaitement qu'elle venait de le prendre par surprise et elle pouvait également comprendre le choc que cela avait dû lui faire de la voir débarquer de nulle part, de se voir embrassé sur la joue par une quasi-inconnue sans qu'il ne s'y attende mais elle espérait simplement qu'il parviendrait à se reprendre de sa surprise rapidement pour ne pas éveiller les soupçons de la blonde qui leur faisait face. Et il fallait bien avouer qu'il réagit beaucoup mieux qu'elle ne l'avait espéré et qu'elle n'aurait pu le prévoir. Elle-même en serait restée estomaquée suffisamment longtemps pour que la personne ait de sacrés doutes sur leur véritable lien mais il ne manifesta presque pas sa surprise et réussit à se contenir bien mieux qu'elle n'en aurait été capable, aussi expressive qu'elle était. D'ailleurs, se fut presque à elle d'être surprise face à son sourire et à son geste évocateur. Il lui passa un bras autour de la taille et si elle n'était pas déjà entièrement dans son rôle, elle aurait pu amorcer un geste de recul devant la familiarité de ce geste. Elle ne se laissait pas approcher ni toucher aussi aisément et aussi intimement d'habitude mais c'est elle qui avait initié la situation, il serait gonflé de sa part de s'en offusquer maintenant alors que Caelan jouait naturellement le jeu et préférait ainsi sa compagnie à celle qu'il avait déjà. Elle ne s'était donc pas trompé, il était bien ennuyé par la blonde et avait cherché à s'en débarrasser poliment sans succès. Elle était soulagée dans un sens de ne pas avoir fait fausse route. « Skye, enfin ! Encore une minute et j’appelais les secours. » Elle lui adressa un magnifique sourire avant de secouer la tête, riant de l'humour de celui qui devait être son petit-ami. Elle était toujours surprise qu'il se soit adapté aussi vite à la situation mais ne pouvait absolument pas le lui reprocher mais l'en féliciter plutôt. Elle concentra son attention sur celle qui draguait avec autant de facilité son médecin et réussit même à la faire fuir. Elle fut au fond assez soulagée que la jeune femme n'insiste pas, elle savait très bien que certaines personnes ne pouvaient pas s'empêcher de s'imposer là où ils n'étaient pas désirés et la présence d'une concurrente ne faisait pas peur à certaines. Skye trouvait toujours ce genre de femmes absolument agaçantes et pathétiques et elle était heureuse que la bataille soit gagnée aussi facilement, même si elle aurait très bien pu défendre ce qu'elle avait prétendu être sien contre la poitrine refaite et les ongles manucurés d'une fausse blonde. Mais se battre pour un homme qui n'était en réalité pas à elle pouvait paraître ridicule et c'est avec plaisir qu'elle vit la femme battre en retraite et fendre la foule, probablement à la recherche d'une autre victime.

Elle profita de ce moment de calme pour se défaire de l'étreinte de Caelan et monter, non sans son aide, sur la tabouret trop grand pour elle. Elle ne savait pas vraiment ce qu'elle devait ressentir en sa présence alors qu'il avait été son médecin à deux reprises mais ce soir, pas question d'avoir l'air d'une petite fille malade et pâle, elle se sentait beaucoup mieux depuis quelques jours, elle mangeait presque à sa faim même si cela restait difficile à mesure qu'elle apprenait ce qu'avait été sa vie par le passé et recommençait même à sortir. Elle était bien décidée à avoir l'air en pleine forme et à ne pas s'écrouler devant lui cette fois, même si c'était ce qu'elle avait failli faire à l'instant. C'est pourquoi elle reprit tout de suite la parole, pour se donner plus de contenance et pour engager la conversation avec le jeune homme, sans savoir à l'avance comment il pourrait prendre son intervention et comment il allait réagir à ses paroles. Ils étaient loin de l'hôpital et rien ne les empêchait de se comporter normalement l'un avec l'autre, sans qu'une certaine éthique se mette entre eux. De plus, elle n'avait pas l'intention de remettre un jour les pieds à l'hôpital pour autre chose que pour ses rendez-vous avec son psychiatre. « Vous avez eu de la chance, elle avait l’air tellement accrochée qu’elle aurait pu vouloir d’un plan à trois. » La jeune femme tourna vers lui un regard intrigué, suivi d'un petit sourire malicieux. Elle détourna rapidement le regard comme pour chercher à travers la foule et chuchota en se penchant vers lui, sur le ton de la confidence. « Et vous croyez qu'on peut la retrouver ? » Lâcha-t-elle avec humour, sans cacher une seule seconde qu'elle n'était pas sérieuse du tout. Elle ne faisait que plaisanter avec lui, parce qu'il s'agissait là d'une réponse bien trop facile. Une attitude qui pouvait s'avérer dangereuse avec quelqu'un qu'elle connaissait aussi peu que le docteur Connolly mais elle se sentait à l'aise ce soir-là, elle avait envie de rire un peu.

Elle s'empressa d'ailleurs, et à juste titre, de remettre leurs compteurs à zéro, parce qu'elle détestait plus que tout se sentir redevable envers quelqu'un et c'était tout à fait ce qu'elle ressentait pour lui. Elle ne voulait pas être gênée à chaque fois qu'elle serait amenée à le croiser et d'avoir pu lui sauver la mise la réconciliait avec ce sentiment désagréable. « Vous avez seulement évité à cette demoiselle une sortie un peu plus désagréable que celle que vous lui avez offerte. Je vous en remercie, d’ailleurs. Je ne savais plus comment faire pour me débarrasser d’elle ! » Elle lui adressa un nouveau sourire, parfaitement consciente qu'à bout de nerf, il aurait pu se montrer bien plus désagréable qu'elle ne l'avait été. Elle savait comment faire comprendre à un homme qu'elle n'était pas intéressée, le problème était toujours que la personne insistante ne voyait pas les signes évidents que l'autre pouvait lui envoyer. Et c'était visiblement ce qu'il s'était passé avec cette jeune femme. « En général moi, je leur envoie mon verre à la figure ! » Lança-t-elle gaiement, comme si elle était vraiment sérieuse. Ce genre de chose ne lui était arrivé qu'une seule fois en réalité mais uniquement parce que l'homme commençait à devenir franchement grossier et il fallait bien avouer que cet événement s'était produit cinq ans auparavant, puisqu'elle avait passé les quatre dernières années en prison, entourée de femmes. « Mais vous seriez sûrement passé pour un rustre. » Une femme qui envoie son verre à la figure d'un homme est une femme agacée, un homme qui fait la même chose est un type de la pire espèce, la vie est injuste mais elle agit ainsi, les représentants de la gente masculine ne peuvent pas se permettre les mêmes choses que les femmes pour éconduite une prétendante trop collante, ils se devaient d'être polis et de ne pas heurter leurs malheureux sentiments sous peine de passer pour des monstres, la vie était ainsi faite. Skye lui lança un petit hochement de tête, comme pour répondre à ses remerciements, même si ce n'était pas ce qu'elle cherchait, elle avait agi naturellement, sans rien demander en retour. Et d'ailleurs, elle ne tarda pas à lui proposer un verre pour qu'ils soient définitivement quittes mais il sembla horrifié par l'idée. « Ma parole, c’est ma soirée ! Je vais repartir sans avoir payé un seul verre … Ce n’est pas aux hommes de se faire offrir la boisson, et je vous le répète, vous ne me devez absolument rien ! C’est à moi de vous remercier pour ce soir. Je m’en voudrais de vous congédier aussi rapidement, alors que vous m’avez sorti d’une situation … délicate, disons. » Elle arqua un sourcil au terme « délicat » mais ne commenta pas puisqu'il appelait déjà le barman pour qu'il les serve et il se tourna à nouveau vers elle. « Qu’est-ce que vous voulez boire ? Je vous demande juste de ne pas commander de Martini. Et peut-être que vous avez faim ? Ils font de délicieux burgers, très nourrissants. » Elle sourit largement à sa drôle de demande et secoua doucement la tête. « Non, pas de martini, un gin tonic pour moi s'il vous plaît... » Demanda-t-elle à l'attention du serveur pour finalement ajouter. « Le burger, c'est un sous-entendu à notre dernière rencontre ? Mais pourquoi pas après tout, seulement si vous en prenez un vous aussi ! » Ajouta-t-elle en se tournant vers Caelan, lui offrant un magnifique sourire, sous entendant qu'elle ne mangerait qu'à condition qu'il l'accompagne, une façon pour elle de ne pas être la seule à engouffrer un certain nombre de calories. Et vu son passé concernant ses repas réguliers, elle était presque sûre de le piéger de cette façon. Mais il n'y avait rien de mieux qu'un délicieux burger pour tisser des liens. « Et vous avez le droit de me remercier mais je n'ai pas le droit pour ma part, je trouve ça un peu injuste. » Précisa-t-elle en affichant une moue légèrement plus boudeuse, même si un léger sourire en coin restait coincé sur le bout de ses lèvres. Elle était heureuse ce soir, bien plus que d'habitude, on lui avait posé un lapin mais finalement, elle allait passer une bonne soirée, Caelan semblait être un jeune homme charmant et plein d'humour, elle n'avait aucune raison de se priver de sa compagnie et elle allait en profiter pour oublier ses soucis.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


PRETTY FACE

▌Love me or love me not :
▌Age : Vingt-neuf ans
▌Occupation : Pédiatre
▌Statut : Célibataire endurci
▌Date d'arrivée : 18/11/2012
▌Messages : 155
▌Points : 266
▌Célébrité : Joseph Morgan
▌Double compte : Nope
▌Crédits : Babine (avatar), tumblr (gifs), pepperland (sign)

MessageSujet: Re: Will you help me this time ? ▲ Skye & Caelan   Jeu 4 Avr 2013 - 15:44

Caelan venait de passer, en une fraction de seconde, d'une colère capable de lui faire dire les pires atrocités à une inconnue, à une prétendue affabilité devant quelqu’un qu’il ne connaissait finalement pas beaucoup plus … Mais qui méritait sa colère tellement davantage que l’inconnue peroxydée. Et pourtant, il passa son bras autour de sa taille, lui sourit avec douceur, acceptant sans sourciller qu’elle l’appelle « chéri » et qu’elle l’ait embrassé. Autant dire que son cœur battait comme un fou dans sa cage thoracique et qu’il se sentait légèrement perdu. Incapable de réfléchir correctement, encore sous le choc de la scène qui était en train de se réaliser. Skye Warren était l’objet de ses cauchemars, et de ses fantasmes les plus sanglants. Quand il pensait à elle, c’était dans le secret dessein de la faire tomber plus bas que terre, la traîner dans la boue et la voir détruite. Mais il avait entamé une toute autre approche avec elle, à des lieues de ce qu’il pensait en son for intérieur. Et par le plus grand des hasards, elle venait, de son plein gré, de mettre en place le décor pour leur nouvelle rencontre, dans la continuité parfaite de ce qu’il avait entamé avec elle. Même s’il aurait préféré choisir de lui-même le lieu, le contexte, et être le seul maître du jeu dans leurs entrevues, il ne pouvait pas nier que cela tombait à merveille. Et il fallait qu’il joue le jeu, il n’était pas question qu’il soit celui qui ferait tout capoter ce soir, uniquement parce qu’elle le prenait par surprise. Même s’il devait revoir cette scène, plus tard, avec le plus grand des dégoûts, il devait se servir de tout cela tant qu’il le pouvait. Il continua donc de sourire, se replongeant avec un peu de difficultés dans son costume de médecin prévenant, ou simplement de connaissance amicale, pour ce soir. Ce qui était sans doute encore plus difficile, car s’il savait comment se comporter au travail avec des patients, il n’avait plus une très grande expérience de la vie sociale, la vraie qui se déroulait là où il n’avait pas de règles auxquelles se référer … Mais il devait essayer de faire de son mieux, au moins. « Et vous croyez qu'on peut la retrouver ? » Caelan se mit à rire en entendant la question de la jeune femme, et jeta un coup d’œil dans la salle. « Ah non, pas avec elle. Elle n’est pas du tout mon type ! Mais si ça vous intéresse, elle a du me laisser son numéro quelque part … » Il souleva son verre, feignant de chercher un numéro, et eut l’air réellement surpris en mettant la main sur une serviette en papier … Où un numéro de téléphone était inscrit. Il la montra à Skye d’un air incrédule. « Oh. Je ne pensais pas qu’elle l’avait réellement fait ! » Il froissa la serviette et la laissa dans un coin, échangeant avec Skye un rire moqueur, presque naturellement. Il devait forcer ses réactions, mais cet échange de plaisanteries lui faisait du bien, s’il ne s’arrêtait pas sur la personne avec qui il les partageait. Il ne savait pas depuis combien de temps il n’avait pas eu un moment de détente sincère – sans doute depuis la disparition d’Emily. Elle lui manquait énormément … Et ce genre de soirée, où il pouvait rire et plaisanter, lui manquait également. Dommage que ce soit avec Skye qu’il doive renouer avec ce genre de divertissements.

Malheureusement, elle n’était pas n’importe qui, et toutes les plaisanteries qu’il pouvait faire avec elle, tous ses sourires et ses rires ne pourraient pas effacer qui elle était et la façon dont il la voyait. Elle ne serait jamais qui que ce soit d’autre pour lui, que la responsable de ses dernières années de dépression. Sans elle, il n’aurait besoin de personne pour passer la soirée – il aurait sa femme, et son enfant. Mais comme Skye Warren existait, il n’avait ni l’un, ni l’autre, et il devait sourire et inventer des plaisanteries. « En général moi, je leur envoie mon verre à la figure ! » Il releva les yeux de son verre, peinant à reprendre le fil de la conversation après s’être plongé un instant dans ses sombres pensées. « Mais vous seriez sûrement passé pour un rustre. » Il eut un sourire, imaginant très bien Skye en train de jeter son verre au visage d’un homme un peu trop insistant. Il espérait avoir plus de subtilité et qu’ils n’en arrivent pas à là … Il préférait ne pas imaginer la façon dont il réagirait si elle faisait une chose pareille. « Sans aucun doute ! C’est injuste, on attend toujours de nous qu’on se conduise en gentleman … Mais il y a des femmes qui ne se conduisent pas en lady, et qui mériteraient de recevoir des verres à la figure ! Je n’ai jamais été aussi insistant qu’elle, et pourtant j’en ai déjà reçu … Où est la justice là-dedans ? » En prononçant ces derniers mots, il cru entendre en écho la question qu’il avait posé des centaines, des milliers de fois depuis la mort de Roxanne, et surtout, depuis la libération de la femme qui se tenait en face de lui. La justice, un terme en lequel il ne croyait absolument plus. Son sourire vacilla, et il détourna les yeux, plus que mal à l’aise. Il profita d’appeler le serveur pour cacher sa soudaine gêne. Il valait mieux se concentrer sur le présent, et en profita pour rappeler à Skye leur dernière rencontre. « Non, pas de martini, un gin tonic pour moi s'il vous plaît... » Il en profita pour commander un autre whisky au serveur, puis se retourna vers la jeune femme. « Le burger, c'est un sous-entendu à notre dernière rencontre ? Mais pourquoi pas après tout, seulement si vous en prenez un vous aussi ! » Il leva les mains devant lui, un air d’innocence sur le visage. « Je suis démasqué … Deux burgers alors, et une double portion de frites, la demoiselle et moi sommes affamés. » Ajouta-t-il à l’attention du serveur, avant de se retourner vers Skye pour la regarder avec un air moqueur. « Satisfaite ? Je ne saute jamais mes repas en dehors du travail, et surtout pas quand je peux manger un burger en bonne compagnie. Mais ... Vous étiez peut-être venue ici pour voir quelqu’un ? Je vous accapare comme si nous avions rendez-vous, je ne vous ai même pas demandé votre avis … » Cela lui venait à l’esprit seulement maintenant, mais elle ne devait pas être venue ici pour être seule. Et si son rendez-vous se montrait, il devrait écourter sa soirée au plus vite : le moins de gens possible devaient être au courant de son lien avec elle. Parce que tout le monde n’aurait pas sa naïveté, et ils pourraient finir par comprendre qui il était … Mais si elle avait accepté de manger avec lui, peut-être avait-il assez de temps devant lui. « Et vous avez le droit de me remercier mais je n'ai pas le droit pour ma part, je trouve ça un peu injuste. » Il haussa les épaules, trouvant cette remarque délicieusement ironique de sa part. « La vie est injuste, mademoiselle Warren ! Et ce n’est qu’une petite injustice, il n’y a pas mort d’homme. Si vous y tenez, vous avez le droit de m’offrir le dessert. » Ajouta-t-il d’un ton affable, pour rattraper le début de sa phrase qui lui semblait soudain beaucoup trop ambigüe. « Qu’est-ce que vous diriez qu’on aille s’installer à une table plutôt que de rester au comptoir ? Ce sera plus calme. » Lança-t-il soudain pour cacher son léger malaise, avant de se lever sans attendre une réponse de sa part. Il la conduisit jusqu’à une petite table, et s’y installa en faisant signe au serveur pour qu’il ne les cherche pas éternellement pour les servir. « Vous avez l’air d’aller mieux, depuis la dernière fois … » Il eut un sourire contrit et se dépêcha de continuer : « Désolé, déformation professionnelle. Je ne suis pas votre médecin ce soir, et vous n’avez pas à répondre à ça. »

_________________
    ❝STORM THE SORROW❞
    Along the way I find myself to be confined within me. No place for any other's mind to interfere, to grasp the meaning of it all, to overcome my limits, and dance away from any void and empty tones. Just tell me why, just tell me how I can survive this time. I’ve tried to peer into the core, but could not storm the sorrow. My hollow heart has bled me dry, left me to stray. Another time without a trace, condemn me now, send me to hell, for I'm already failing.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
votre administratrice
PRETTY FACE

▌Love me or love me not :

▌Age : vingt-six ans
▌Occupation : en réinsertion dans la vie active
▌Statut : célibataire
▌Date d'arrivée : 12/04/2012
▌Messages : 192
▌Points : 324
▌Célébrité : candice accola
▌Double compte : Dwight Northwood

MessageSujet: Re: Will you help me this time ? ▲ Skye & Caelan   Ven 5 Avr 2013 - 15:13

La jeune femme ne pouvait pas se douter, même dans ses pires cauchemars, qu'elle plaisantait et qu'elle pensait être en bonne compagnie lorsqu'elle était avec Caelan. Elle ne pouvait pas imaginer que ce dernier ne souhaitait qu'une seule chose : qu'elle retourne pourrir en prison, il n'était même pas censé savoir qu'elle y avait fait un séjour, elle était restée évasive à ce sujet, jugeant que pour une première rencontre, dire qu'on voit un psy parce qu'on sort d'un séjour de quatre ans en détention n'était pas la meilleure chose à faire, pas à ses yeux en tout cas. Malgré son statut d'innocente, elle savait que les gens la regarderaient différemment et si elle avait fait la une des journaux télévisés ces derniers jours à sa sortie, elle osait espérer que certains ne la reconnaîtraient pas ou ne regardaient pas les informations. Des blondes aux yeux bleus, il y en avait assez à Sydney pour qu'elle soit un peu tranquille et elle avait très peu montré son visage au second procès, les autorités avaient respecté son désir d'anonymat, surtout qu'elle sortait enfin et qu'elle voulait reprendre sa vie en main. Caelan n'avait pas montré le moindre signe qui laissait à penser qu'il était au courant, s'il n'avait fait que son devoir à l’hôpital, il n'était à présent pas obligé de faire semblant de préférer sa compagnie à elle plutôt que celle de la magnifique et fausse blonde qui venait de les quitter, ce qui permit à Skye de faire un léger trait d'humour, même si elle ne pensait pas un mot de ce qu'elle venait de dire. « Ah non, pas avec elle. Elle n’est pas du tout mon type ! Mais si ça vous intéresse, elle a du me laisser son numéro quelque part … » Elle le regarda faire semblant de chercher et partit dans un rire incontrôlable en le voyant réellement trouver le fameux numéro de téléphone et surtout devant son air totalement abasourdi devant sa trouvaille. « Oh. Je ne pensais pas qu’elle l’avait réellement fait ! » Elle lui adressa un grand sourire après avoir légèrement calmé sa crise de rire et le regarda d'un air faussement compatissant. « Vous l'avez dit vous-même, certaines femmes n'ont pas froid aux yeux. » Et elle savait qu'elle était bien loin de la réalité parce que certaines étaient bien pires que ça en réalité. Elles étaient insistantes et elles finissaient toujours pas laisser leur numéro, au cas où, comme elles pouvaient le dire. « Alors comme ça, vous n'aimez pas les blondes ? » Lança-t-elle sur le ton de la plaisanterie en secouant légèrement la tête, mettant en avant ses propres boucles, non sans un rire ironique. Elle n'avait pas la prétention de croire qu'elle était son type, elle ne faisait que remarquer qu'il semblait avoir des préférences en matière de femme et visiblement, elle n'en faisait pas partie. Le but était plus de continuer à plaisanter que réellement le coincer, même si elle avait hâte de savoir ce qu'il allait pouvoir dire pour ça défense. Il n'avait pas été tendre avec la pauvre femme qui venait de déserter les lieux après tout.

Elle s'empressa d'ailleurs de lui faire remarquer qu'il aurait pu la faire fuir de manière radicale mais qu'il aurait été fortement mal vu par l'assistance et la femme en question aurait eu vite fait de trouver de l'aide parmi un chevalier servant autour d'eux. Quoique la plupart des hommes au bar n'étaient pas de ceux en qui Skye aurait particulièrement confiance. « Sans aucun doute ! C’est injuste, on attend toujours de nous qu’on se conduise en gentleman … Mais il y a des femmes qui ne se conduisent pas en lady, et qui mériteraient de recevoir des verres à la figure ! Je n’ai jamais été aussi insistant qu’elle, et pourtant j’en ai déjà reçu … Où est la justice là-dedans ? » Elle arqua un sourcil, plus amusé par son anecdote qu'elle n'aurait dû être frappé par le double sens de sa question. « Vous en avez déjà reçu ? Certaines femmes ont le don de dramatiser très vite une situation ! » Elle ne s'imaginait absolument pas le jeune homme insistant et lourd, comme ceux qu'on voyait au bar, mais après tout, elle ne le connaissait uniquement dans l'environnement professionnel, elle ne l'avait jamais vu en dehors et ils n'avaient échangé que de banales anecdotes, elle n'était pas sûre de pouvoir affirmer qu'il était tel style ou tel autre d'homme, elle ne pouvait pas le juger après tout. Mais elle finit par répondre. « Il n'y a aucune justice, c'est ainsi, les femmes ont le pouvoir et les hommes sont nés pour assouvir leurs désirs ! » Déclara-t-elle d'une voix chantante, comme si elle prononçait une célèbre citation alors que bien sûr, personne à part elle n'avait dit ce genre de stupidité avant. Il était évident que ce n'était pas le cas mais elle n'avait pas envie de débattre sérieusement sur la justice, pas plus que Caelan à son humble avis, si elle commençait sur le sujet, elle risquait de ne plus s'arrêter. Comment avait-elle pu passer quatre ans en prison pour un crime qu'elle n'avait même pas commis ? Où était la justice là-dedans ? Non, elle n'allait pas se lancer dans un débat philosophique stérile et qui n'intéresserait personne d'autre.

Elle finit par accepter qu'il lui paye un verre et se laissa même tenter par un burger, sous les conseils avisés du jeune homme. Elle le laissa prendre sa commande de boisson et lui adressa un sourire resplendissant lorsqu'il lui répondit. « Je suis démasqué … Deux burgers alors, et une double portion de frites, la demoiselle et moi sommes affamés. » Elle hocha la tête d'un air parfaitement entendu. Affamée, elle l'était assurément, elle avait passé trop de temps à attendre un homme qui ne s'était pas pointé et cela lui avait creusé l'appétit, il fallait bien dire que se faire poser un lapin ouvrait l'estomac. « Satisfaite ? Je ne saute jamais mes repas en dehors du travail, et surtout pas quand je peux manger un burger en bonne compagnie. Mais ... Vous étiez peut-être venue ici pour voir quelqu’un ? Je vous accapare comme si nous avions rendez-vous, je ne vous ai même pas demandé votre avis … » Elle secoua rapidement la tête en riant doucement. C'est vrai qu'ils avaient commencé la soirée comme s'ils avaient rendez-vous alors que ce n'était absolument pas le cas. Elle finit pas hausser les épaules pour répondre. « Vous savez, j'ai débarqué de nulle part pour me mettre entre une délicieuse créature et vous et je ne vous ai pas plus demandé votre avis ! » Elle savait qu'elle n'avait pas tout à fait tort, elle l'avait fait sans être tout à fait sûre du résultat en réalité, même s'il semblait qu'elle ait eu parfaitement raison de le faire, il n'en restait pas moins qu'elle n'avait pas demandé l'autorisation au jeune homme pour gâcher sa petite séance drague. Elle jeta un œil à sa montre avant de demander, faussement sérieuse. « Après combien de temps croyez-vous qu'on puisse considérer qu'on s'est définitivement fait poser un lapin ? » Elle arqua un sourcil avant de finalement sourire, visiblement pas affectée par cet état de fait, elle n'était pas sûre que cela soit franchement étonnant, les rendez-vous arrangés, ce n'était définitivement pas son truc. Elle finit donc par hausser les épaules, lui adressant tout de même un sourire. « Entre nous et en ce qui me concerne, je suis parfaitement disponible. » Et elle entendait bien sûr: pour manger un burger, même si elle dut se mordre la lèvre pour ne pas faire une gaffe comme celle qu'elle avait eu l'occasion de faire la dernière fois, lors de leur rencontre à l'hôpital. Histoire de ne pas mettre l'accent sur le double sens de sa phrase et de ne pas s'enfoncer sous une montagne d'explications ininterrompues, elle essayait le contrôle et s'en sortait à cet instant plutôt bien. Mais elle n'en oubliait pas leur entrevue à l'hôpital et le fait qu'il l'ait ramassé après qu'elle se soit sentie mal dans le couloir. Et n'en oubliait pas plus sa promesse de lui être redevable autour d'un verre, ce qu'il semblait ne pas vouloir entendre. « La vie est injuste, mademoiselle Warren ! Et ce n’est qu’une petite injustice, il n’y a pas mort d’homme. Si vous y tenez, vous avez le droit de m’offrir le dessert. » Elle lui adressa un grand sourire à nouveau pour hocher la tête. « Avec grand plaisir dans ce cas ! » Voilà qui lui convenait bien mieux et qui l'empêcherait de se triturer le cerveau durant des heures pour chercher comment se rattraper sans avoir l'air de le faire puisqu'il ne semblait pas vouloir accepter quoi que ce soit. Et il lui offrait la solution sur un plateau, l'occasion rêvée pour elle de mettre fin à cette dette qu'elle avait l'impression d'avoir. « Qu’est-ce que vous diriez qu’on aille s’installer à une table plutôt que de rester au comptoir ? Ce sera plus calme. » Elle acquiesça rapidement pour se dépêcher de se lever et le suivre jusqu'à une table non loin de là. Elle finit par s'asseoir en face du jeune homme et releva les yeux vers lui lorsqu'il reprit la parole. « Vous avez l’air d’aller mieux, depuis la dernière fois … » Elle pencha la tête sur le côté avant de le voir sourire et se reprendre rapidement. « Désolé, déformation professionnelle. Je ne suis pas votre médecin ce soir, et vous n’avez pas à répondre à ça. » Elle eut un petit rire à sa remarque et secoua doucement la tête. « Non, mais vous savez, vous pouvez me demander comment je vais, ça se fait beaucoup entre personnes normales et généralement on attend une réponse positive mais c'est l'intention qui compte ! » Répondit-elle avec humour, pour se moquer de lui et ses tendances de médecin. Ce n'était pas un rôle qu'on abandonnait facilement apparemment et elle pouvait le comprendre. Elle-même avait l'habitude, quand elle faisait ses études, d’analyser les vêtements qu'elle voyait pour en deviner la provenance et le tissu, probablement des réflexes qui ne quittaient jamais les professionnels passionnés par ce qu'ils faisaient.

Elle finit par lui adresser un nouveau sourire pour finalement enchaîner. « Alors, je vais bien merci, mieux si cela peut vous rassurer. » Elle plaisantait à nouveau, le taquinait tout simplement, comme si cela était tout à fait naturel, comme s'ils se connaissaient depuis des semaines, quand ce n'était absolument pas le cas. Mais le contact pouvait être facile, elle avait toujours eu tendance à s'ouvrir aux gens et elle ne savait ce qui l'avait conduit en prison quatre ans plus tôt, sa nature méfiante n'arrivait pas à se réveiller et elle ne craignait rien avec Caelan, dans un bar bondé, ils allaient simplement manger un burger et des frites, rien de bien dramatique. Elle ne voyait pas le mal là-dedans et c'était peut-être ça, sa plus grosse erreur. Elle attendit que le serveur, revenant vers eux après quelques minutes, dépose leurs verres puis leurs burgers et la grande assiette de frites entre eux deux pour reprendre la parole. « Et vous ? » Demanda-t-elle, pour savoir à son tour comme il allait avant d'ajouter, jetant un œil au bar. « Vous n'aviez pas l'air d'attendre quelqu'un, même si visiblement, vous n'en avez pas besoin, vous avez une blonde qui vous tombe dessus toutes les trois minutes, je devrais peut-être me méfier. » C'était une façon de lui demander pourquoi il était, s'il fréquentait souvent les yeux, pour un peu qu'il soit bavard. Un moyen d'en savoir un peu plus sur lui. Elle attrapa une frite qu'elle mâcha et avala rapidement avant de baisser les yeux vers son burger et froncer les sourcils pour relever la tête vers Caelan. Elle reproduisit l'action deux fois de suite avant de constater l'absence de couvert. « Un être humain peut vraiment mettre ça dans sa bouche ? » Demanda-t-elle, stupéfaite par la taille de ce qu'on lui avait mis dans l'assiette. Elle l'attrapa avant de le reposer, incertaine. « Certaines diraient que ce n'est pas l'idéal pour garder une certaine crédibilité, adieux le glamour ! » Assura-t-elle dans un nouveau sourire avant de se décider à prendre le burger à nouveau et croquer dedans, non sans se munir d'une serviette au passage pour éviter de s'en mettre partout. Il y avait certainement mieux pour avoir l'air féminine, heureusement, elle n'était pas en rendez-vous galant.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


PRETTY FACE

▌Love me or love me not :
▌Age : Vingt-neuf ans
▌Occupation : Pédiatre
▌Statut : Célibataire endurci
▌Date d'arrivée : 18/11/2012
▌Messages : 155
▌Points : 266
▌Célébrité : Joseph Morgan
▌Double compte : Nope
▌Crédits : Babine (avatar), tumblr (gifs), pepperland (sign)

MessageSujet: Re: Will you help me this time ? ▲ Skye & Caelan   Mar 9 Avr 2013 - 11:35

La trouvaille de Caelan avait déclenché un sacré fou rire chez Skye, et une nouvelle fois, il se prit à regretter le temps où il pouvait rire ainsi avec une amie sans devoir se forcer, ou sans regarder sa montre toutes les deux minutes. Mais il n’avait plus personne avec qui partager ce genre de moment, et surtout aucune envie de faire l’effort de trouver de nouvelles personnes. Ce n’était qu’une passade, sitôt qu’il serait retourné chez lui, tout redeviendrait normal. Skye avait une drôle d’influence sur lui, et il n’appréciait pas franchement cela. « Vous l'avez dit vous-même, certaines femmes n'ont pas froid aux yeux. » Et certaines étaient tout à fait inconscientes de là où elles mettaient les pieds, avait-il envie de lui rétorquer. « Alors comme ça, vous n'aimez pas les blondes ? » Elle secoua sa chevelure et il eut envie de détourner le regard, mais au lieu de cela, il se pencha vers elle en souriant. « Au contraire, mais je préfère le naturel à une bimbo en plastique. Blonde ou brune, je préfère une femme qui privilégie autre chose que son tour de poitrine ou le volume de ses lèvres. » Et à dire vrai, il avait appris le bouche-à-bouche sur des mannequins en plastique qui devaient être plus agréables à embrasser que la blonde qui venait de les quitter ! Mais si c’était le genre de réflexion qu’il aurait ajoutée en temps normal, s’il s’était adressé à une personne lambda dont les états d’âme ne l’intéressaient pas. Mais il n’avait pas envie de passer pour une brute de base aux yeux de Skye, ainsi il se retint d’ajouter ces mots, sans doute offensants pour une femme – elles étaient toutes si promptes à crier au machisme ! Pour ce qui était de la couleur de sa chevelure, cela n’avait que peu d’importance. Roxanne était rousse, et il ne pouvait plus toucher une seule femme présentant le moindre reflet roux. Il préférait, effectivement, se tourner vers les blondes à présent … Mais ce n’était pas encore le moment pour l’annoncer à Skye, il était un peu tôt pour qu’elle s’imagine qu’il lui faisait du rentre dedans, et il préférait rester sur une conversation plus neutre … Il attendait qu’elle aborde le sujet par elle-même, comme elle l’avait fait à l’hôpital avec son petit lapsus. « Vous en avez déjà reçu ? Certaines femmes ont le don de dramatiser très vite une situation ! » Caelan eut l’air légèrement coupable, amusé de voir qu’elle ne pensait pas qu’il puisse le mériter. « J’étais étudiant, j’avais besoin de penser à autre chose qu’à mes devoirs qui me privaient de toute vie sociale … Ne leur cherchez pas d’excuse, je devais bien le mériter, à cette époque ! Mais je préfère oublier ces moments pas très glorieux … » Ajouta-t-il avec une grimace éloquente, tout en se passant une main devant les yeux, comme encore empli de honte à ces souvenirs, bien que son sourire démente en partie ce geste : ça avait sans doute été les moments les plus intéressants de sa vie étudiante, malgré tout … Il n’avait pas eu tant d’occasions de vivre très intensément. « Il n'y a aucune justice, c'est ainsi, les femmes ont le pouvoir et les hommes sont nés pour assouvir leurs désirs ! » Caelan se mit à rire devant cette maxime improvisée. « C’est ce qu’on vous fait croire depuis la nuit des temps pour avoir la paix, surtout ! » Rétorqua-t-il d’un ton narquois. « Je préfère qu’on ne se lance pas là-dedans, la soirée a bien commencé et je ne voudrais pas qu’elle se termine en pugilat. » Ajouta-t-il sur le ton de la plaisanterie, mais en pensant très sincèrement chacun de ses mots. Les disparités homme-femme étaient un sujet de débat sans fin, et il espérait que Skye n’avait pas l’intention de partir là-dessus avec trop d’enthousiasme, parce qu’il n’aurait pas plus de patience pour ça qu’il n’en avait eu pour la fausse blonde peroxydée … Bien qu’il soit plus enclin à faire des efforts pour Skye, que pour la première.

La preuve en était qu’il l’invitait à présent à manger avec lui, ce qu’il n’avait pas fait avec une femme depuis … Bien longtemps. Il s’inquiéta tout de même de savoir s’il n’y avait pas un rendez-vous qui risquait d’apparaître, ce qu’elle démentit en souriant. « Vous savez, j'ai débarqué de nulle part pour me mettre entre une délicieuse créature et vous et je ne vous ai pas plus demandé votre avis ! » Effectivement, elle marquait un point. Les choses étaient bien faites, tout de même : cette rencontre tombait à pic pour lui, et visiblement personne ne viendrait les déranger … « Après combien de temps croyez-vous qu'on puisse considérer qu'on s'est définitivement fait poser un lapin ? » Caelan se garda bien de prononcer la remarque acide qui lui était venue en tête, et se contenta de prendre une mine désolée. Il n’allait pas se plaindre qu’elle se soit fait poser un lapin, loin de là ! Mais il était de bon goût de paraître compatissant face à ce genre de mauvaises surprises … « Entre nous et en ce qui me concerne, je suis parfaitement disponible. » Quelle bonne nouvelle ! Il arqua un sourcil moqueur, hésitant à prendre cette dernière remarque au pied de la lettre, tout en sachant qu’elle n’avait sans doute pas voulu être aussi littérale. Encore une fois, il préféra ne pas dire ce qui lui brûlait les lèvres, restant sagement dans la conversation, sans aucun sous-entendu. « Je suis désolé pour votre rendez-vous … Je ne vous promets pas d’être une meilleure compagnie que la personne que vous deviez voir, mais je ne vous ferais pas faux bond. » Promit-il, avant qu’elle ne s’indigne une nouvelle fois de l’équité de leur relation. Il dut lui accorder qu’elle paye son dessert, ce qui était une petite concession par rapport à ce qu’il craignait, pour qu’elle accepte enfin et trouve la transaction équitable. Il souffla intérieurement, soulagé : il ne risquait plus qu’elle débarque à l’hôpital pour lui payer à manger, ce qui aurait signé la destruction de tous ses efforts, et de tous ses mensonges. Mais en partageant ce repas ce soir, il avait bon espoir de faire un grand pas en avant … Sans trop risquer quoi que ce soit.

Il la conduisit jusqu’à une table, et s’enquit de son état de santé, ce qui n’était pas franchement le meilleur moyen de commencer une discussion … Mais le seul qu’il avait en sa possession : après tout, ils étaient censés ne pas se connaître en dehors du cadre de l’hôpital. « Non, mais vous savez, vous pouvez me demander comment je vais, ça se fait beaucoup entre personnes normales et généralement on attend une réponse positive mais c'est l'intention qui compte ! » Il n’était pas sûr d’être une personne normale, ni même de savoir comment se comporter pour paraître en être une, mais il hocha la tête en souriant. « Très bien, alors je recommence. Comment allez-vous ? Et vous avez le droit d’être sincère, c’est la réponse qui compte et pas seulement l’intention. » Il savait pourtant que malgré ça, elle ne se confierait pas à lui, pas encore. Mais cela ne coûtait rien d’essayer ! « Alors, je vais bien merci, mieux si cela peut vous rassurer. » Elle avait l’air d’aller mieux : elle avait repris des couleurs – ce qui n’était pas bien difficile par rapport au teint livide qu’elle avait eu à l’hôpital – et elle semblait pleine d’énergie. Cela ne voulait rien dire, bien entendu, mais physiquement, elle était plus en forme, et il ne pouvait pas en demander plus sans paraître trop intrusif. « C’est une bonne chose. Et comme vous avez l’air de vouloir manger, je prends également ça pour un bon signe. » Il agissait encore comme le médecin qu’il n’était pas censé être ce soir, mais il avait du mal à sortir de ce rôle, même en temps normal. Et c’était encore plus difficile en face d’elle, il avait l’impression d’être faux s’il essayait d’être simplement un homme attentionné ou amical, alors qu’il était plus à l’aise s’il agissait sous couvert de sa profession … « Et vous ? » Il releva la tête, prêt à répondre par la phrase automatique que tout le monde fournissait face à une telle question, mais elle ajouta : « Vous n'aviez pas l'air d'attendre quelqu'un, même si visiblement, vous n'en avez pas besoin, vous avez une blonde qui vous tombe dessus toutes les trois minutes, je devrais peut-être me méfier. » Il eut un petit rire, avant de hausser les épaules. Ce n’était pas ainsi tous les soirs, et heureusement ! Il ne sortirait plus jamais de chez lui, si c’était le cas … « C’est moi qui devrait me méfier ! Je ne sais pas ce que j’ai fait ce soir pour mériter ça … Mais je ne me plains pas, en tout cas pas pour la seconde blonde qui m’est tombée dessus, et qui m’a sauvé la mise. » Il écarta les mains, englobant la table devant lui. « J’étais ici pour boire un verre avec un collègue, mais il m’a abandonné pour une urgence, et je comptais rentrer avant d’être alpagué par la demoiselle que vous avez chassée … En comparaison avec le repas qui m’attendait chez moi, en tête à tête avec moi-même, j’ai gagné ma soirée ! Donc tout va bien. » Il ne savait même pas pourquoi il avait menti à Skye pour la raison de sa présence ici. Qu’est-ce que cela pouvait bien lui faire, qu’elle le juge comme asocial pur et dur ? C’était ce qu’il était et il ne s’en cachait généralement pas … Mais il préférait inventer une histoire de toute pièce pour elle, plutôt que de lui révéler une part de son caractère qui n’était pas la plus glorieuse.

Il imita finalement la jeune femme et piocha une frite dans la grande assiette, mais s’arrêta avant d’en reprendre une deuxième en voyant qu’elle fixait son burger comme si elle n’en avait jamais vu auparavant. « Un être humain peut vraiment mettre ça dans sa bouche ? » Interdit, il mit un instant avant de se mettre à rire. La mine qu’elle faisait en fixant son assiette était tout bonnement délicieuse, elle semblait si perdue face à cet énorme hamburger ! « Certaines diraient que ce n'est pas l'idéal pour garder une certaine crédibilité, adieux le glamour ! » Le sourire de Caelan s’élargit en voyant qu’elle prenait son courage – et son burger – à deux mains. « Et d'autres diraient que le glamour peut bien être sacrifié sur la table des plaisirs culinaires ! Je vous promets que je garderais pour moi tout ce qui va se passer à partir du moment où vous croquerez là-dedans … Mais vous devrez faire pareil ! » Il la regarda porter le burger à sa bouche, goguenard, avant de l’imiter et de croquer dans son propre plat. Il ne prétendait pas avoir la technique infaillible dans cet art non plus … Immédiatement, la sauce coula d’un côté, un morceau de tomate essaya de s’échapper d’un autre, mais il tenait fermement le pain entre ses doigts et garda plus ou moins le contrôle, même si ses mains se retrouvèrent bientôt couvertes de sauces et de jus de viande. Mais il s’en contrefichait : c’était délicieux, et c’était tout ce qui comptait à ses yeux. Il reposa la moitié de son hamburger pour regarder comment Skye s’en sortait, et en profita pour s’essuyer les doigts, la bouche, et reprendre figure humaine. « Vous vous en sortez très bien, Skye. Ce n’était … Attention à votre ... !! » Alors qu’il parlait, le hamburger de la jeune femme s’était complètement délité entre ses doigts, mais il n’eut pas le temps de la prévenir, et il fut prit d’un nouveau fou rire en voyant le désastre dans son assiette. « J’ai parlé trop vite. » Lâcha-t-il entre deux rires. « Je ne dirais rien à personne, mais je peux aller vous chercher des couverts si vous voulez. » Il essaya d’arrêter de rire, se mordant l’intérieur des joues pour reprendre son sérieux, mais ne parvint pas tout à fait à effacer son sourire. « Je suis désolé, c’était une mauvaise idée de vous proposer ce repas finalement. » S’excusa-t-il de son mieux.

_________________
    ❝STORM THE SORROW❞
    Along the way I find myself to be confined within me. No place for any other's mind to interfere, to grasp the meaning of it all, to overcome my limits, and dance away from any void and empty tones. Just tell me why, just tell me how I can survive this time. I’ve tried to peer into the core, but could not storm the sorrow. My hollow heart has bled me dry, left me to stray. Another time without a trace, condemn me now, send me to hell, for I'm already failing.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
votre administratrice
PRETTY FACE

▌Love me or love me not :

▌Age : vingt-six ans
▌Occupation : en réinsertion dans la vie active
▌Statut : célibataire
▌Date d'arrivée : 12/04/2012
▌Messages : 192
▌Points : 324
▌Célébrité : candice accola
▌Double compte : Dwight Northwood

MessageSujet: Re: Will you help me this time ? ▲ Skye & Caelan   Mer 17 Avr 2013 - 21:43

« Au contraire, mais je préfère le naturel à une bimbo en plastique. Blonde ou brune, je préfère une femme qui privilégie autre chose que son tour de poitrine ou le volume de ses lèvres. » Skye hocha légèrement la tête en pensant à la blonde qui venait de partir et à elle. Elle ne s'était jamais considérée comme un canon de beauté, elle avait toujours été modeste envers elle-même, malgré les hommes qui la regardaient ou la jalousie de certaines femmes. Elle savait qu'elle plaisait à certains et moins à d'autre, c'était la fatalité de chaque individu sur cette terre, et elle n'y échappait pas. Mais de là à se refaire faire tout le corps pour pouvoir plaire, pour pouvoir trouver de l'assurance où il n'y en avait pas, elle trouvait ça aussi grotesque que Caelan. Elle aurait rêvé avoir une poitrine plus généreuse et pourtant, elle se contentait de la sienne et si quelqu'un trouvait à y redire, elle n'y prêtait pas plus d'attention, elle n'avait jamais pensé à la chirurgie esthétique pour se faire gonfler la poitrine ou ses lèvres loin d'être pulpeuses, plutôt fines en réalité. Le naturel, comme le disait si bien le médecin en face de lui, valait certainement mieux que ce que la blonde était devenue. Elle préférait son corps que le sien et n'avait pas grand chose à lui envier, même si elle n'avait pas une très haute opinion d'elle-même, il fallait bien le dire, surtout depuis qu'elle avait maigri en prison et que ses cheveux étaient plus courts qu'à l'époque dont elle se souvenait. Elle finit par sourire malicieusement à Caelan, comme si sa réponse lui plaisait réellement. « Bonne réponse ! Les hommes qui prétendent préférer l’intellectuel au physique ont toujours plus de chance ! » Évidement, elle plaisantait et ne remettait pas une seule seconde sa parole en question. Elle se moquait simplement de cette réponse un peu trop parfaite que tout femme rêve d'entendre sortir de la bouche d'un homme après tout, surtout celles qui s'estimaient le moins. Il avait donc des goûts parfaits ou un parlé parfaitement maîtrisé, comme elle ne le connaissait pas assez pour savoir s'il était franc ou beau parleur, elle préférait en plaisanter plutôt que d'entrer réellement dans une polémique sans fin. Elle n'était pas là pour débattre ce soir, simplement pour s'amuser un peu et profiter de ce moment inattendu avec le jeune homme. Mais il avait une certaine influence sur ce qu'elle pensait de lui puisque de toute évidence, elle ne pouvait pas le voir lourd et agressif envers une femme, au point qu'elle souhaite lui jeter son verre à la figure. Elle ne l'imaginait pas faire partie de cette catégorie d'homme, la raison pour laquelle elle sembla surprise qu'une telle chose ait pu lui arriver et après réflexion, ce genre de jugement était quelque peu déplacé puisqu'elle ne le connaissait pas réellement. Mais comme il était celui qu'on avait embêté ce soir, elle avait du mal à imaginer que si on ne l'avait pas abordé, il aurait arpenté la pièce, un verre à la main, l'oeil hagard et les remarques lourdes. « J’étais étudiant, j’avais besoin de penser à autre chose qu’à mes devoirs qui me privaient de toute vie sociale … Ne leur cherchez pas d’excuse, je devais bien le mériter, à cette époque ! Mais je préfère oublier ces moments pas très glorieux … » Elle lui adressa un sourire, compatissante puisqu'elle ne pouvait pas imaginer le stress que pouvaient engendrer les études de médecine. Beaucoup d'étudiants renonçaient à avoir une vie sociale en s'engageant dans le cursus et visiblement, cela pouvait occasionner des stress inutiles. Penser qu'elle-même n'avait pas terminé les siennes lui faisait honte, surtout face à quelqu'un qui en avait encaissé autant que Caelan. Elle ne se départit pourtant pas de son sourire avant de répliquer. « Ah, les fameuses fêtes des infirmières ? » Demanda-t-elle, plus pour le taquiner que pour réellement le savoir. Ce genre de fêtes étaient assez connues pour être fréquentées par les futurs médecins. « Je crois qu'on s'est tous amusés dans notre jeunesse et on a tous fait des choses honteuses qu'on voudrait enterrer mais qui finissent toujours par ressortir ! » Et elle-même ne s'était pas privée, avec sa sœur, de faire la fête, ce qu'elle sous-entendait tout en le clamant de façon très claire. Personne ne devrait oublier sa jeunesse et ce qu'il y avait fait, cela faisait partie de leur vie d'aujourd'hui et peut-être que Caelan ne serait pas devenu ce qu'il était sans ces quelques verres qu'il avait reçu en pleine figure. Mais le dire serait poussé un peu loin une complicité qu'ils ne possédaient pas encore. Tout comme certains sujets devaient rester une plaisanterie plutôt qu'un vrai débat, ils n'étaient pas là pour s'ennuyer mutuellement avec des idées et des principes déplacés. « C’est ce qu’on vous fait croire depuis la nuit des temps pour avoir la paix, surtout ! » Elle eut un rire incontrôlable avant de secouer la tête, pas le moins du monde offusquée par sa façon de pensée, il y avait bien plus féministe qu'elle sur le sujet, il fallait bien le dire. « Je préfère qu’on ne se lance pas là-dedans, la soirée a bien commencé et je ne voudrais pas qu’elle se termine en pugilat. » Elle le regarda en souriant avant de demander. « Vous avez peur que je me lance dans un discours prônant l'intérêt de la femme dans la société, ce qu'elle apporte et pourquoi l'homme lui est en tous points inférieur? » Malicieuse, elle finit par secouer pourtant la tête en riant légèrement. « Vous n'avez rien à craindre de ce côté-là ! » Lui assura-t-elle, comme si elle comprenait quand même sa réaction mais aussi comme si elle se rappelait les nombreuses fois où elle avait débattu avec ses amies sur ce genre de sujets et où elle avait découvert qu'elle n'était guère d'accord avec elle sur bien des points.

Mais maintenant, aussi étrange que cela puisse paraître, ils parlaient, riaient et plaisantaient comme s'ils avaient prévu cette rencontre, ce qui était loin d'être le cas. Si Skye n'avait pas croisé Caelan, elle aurait certainement fini la soirée seule chez elle à ressasser encore son passé, à chercher des réponses sans pour autant en trouver, à se tourner et se retourner dans son lit sans trouver le sommeil. Parce que si son appétit était quelque peu revenu, elle était toujours victime des ses insomnies, ce qu'elle cachait à merveille derrière un sourire radieux et du maquillage bien positionné. « Je suis désolé pour votre rendez-vous … Je ne vous promets pas d’être une meilleure compagnie que la personne que vous deviez voir, mais je ne vous ferais pas faux bond. » Visiblement, il avait été plus qu'avisé de ne pas faire remarquer le rentre dedans un peu maladroit qu'elle avait failli lui faire et l'esquiver était une bien meilleure tactique que celle qu'elle avait déjà adopté et lui avait valu de se couvrir de honte devant le jeune homme. Et elle était fière d'avoir gardé la langue dans sa bouche, pour une fois qu'elle ne faisait pas de gaffe plus grosse qu'elle, elle pouvait s'estimer heureuse. Même si elle se demandait, au sourire moqueur du médecin, s'il n'avait pas eu envie, l'espace d'un instant, de rentrer lui-même dans le vif du sujet, ce qu'il ne fit heureusement pas. Elle prit quelques secondes, faisant mine de réfléchir. « Vous n'avez pas à être désolé, ce n'était pas vous après tout ! » Elle lui adressa un sourire, elle ne voulait surtout pas qu'il soit désolé pour elle, la pitié ne l'intéressait pas vraiment, elle n'avait pas voulu de ce rendez-vous et y échappait finalement pour se retrouver avec Caelan, elle n'allait pas se plaindre. C'est pourquoi elle lui adressa de nouveau un sourire. « C'est bien aimable de votre part mais attendez la fin de la soirée avant d'affirmer de telles choses ! » Se moqua-t-elle gentiment d'elle-même en haussant les épaules, plaisantant toujours, parce qu'elle n'imaginait pas être sérieuse en sa présence, ce n'était pas vraiment l'idéal pour une première approche « civile », elle n'avait pas envie de se prendre la tête avec quelque détail que ce soit.

Et une fois installée à la table choisie par Caelan et son verre devant elle, il lui apparut que la soirée pourrait être meilleure que celle annoncée par la venue de l'homme qu'elle attendait. Même si ses réflexes de médecin reprenaient le dessus à peine assis sur sa chaise. « Très bien, alors je recommence. Comment allez-vous ? Et vous avez le droit d’être sincère, c’est la réponse qui compte et pas seulement l’intention. » Elle eut envie de rire à sa réponse, évidemment qu'elle avait le droit d'être sincère mais qui l'était réellement en présence d'une personne qu'on connaissait si peu ? Si elle avait voulu être sincère, elle lui aurait immédiatement dit qu'elle était terrifiée par sa vie, ce qu'elle avait oublié, elle était inquiète de ce qu'elle découvrait jour après jour et elle était peinée, abattue de voir que sa famille l'avait lâchement abandonné durant le temps qu'elle avait passé en prison. Mais qui s'y intéressait réellement ? Qui avait envie d'entendre cette histoire si ce n'était un psychologue ou une meilleure amie ? Non, elle ne pouvait pas se permettre d'être sincère avec cet homme, c'était une question de principe et de logique après tout. C'est pourquoi elle se contenta de la réponse évasive que chacun fournissait pour être tranquille. « C’est une bonne chose. Et comme vous avez l’air de vouloir manger, je prends également ça pour un bon signe. » Elle arqua un sourcil avant de faire remarquer. « Vous recommencez vous savez ! » Mais elle était plus amusée qu'offusquée qu'il s'intéresse à sa santé, elle en aurait été bien bête d'ailleurs, elle trouvait ça adorable au contraire, le médecin qui ne se départie pas de son rôle, elle ne pouvait pas réellement le réprimander pour ça mais elle finit par hocher la tête pour tomber d'accord avec lui, pourtant peu désireuse de s'étaler sur le sujet de sa santé physique, ce que lui permettait sa petite diversion. Mais elle se plut à lui retourner la question, puisqu'il en savait pas mal sur elle à présent et sur les raisons de sa venue ici, c'était naturel qu'elle en sache autant elle aussi. « C’est moi qui devrait me méfier ! Je ne sais pas ce que j’ai fait ce soir pour mériter ça … Mais je ne me plains pas, en tout cas pas pour la seconde blonde qui m’est tombée dessus, et qui m’a sauvé la mise. » Elle lui adressa un léger sourire avant qu'il ne poursuive. « J’étais ici pour boire un verre avec un collègue, mais il m’a abandonné pour une urgence, et je comptais rentrer avant d’être alpagué par la demoiselle que vous avez chassée … En comparaison avec le repas qui m’attendait chez moi, en tête à tête avec moi-même, j’ai gagné ma soirée ! Donc tout va bien. » Cette fois, elle sourit plus franchement et presque immédiatement, elle leva son verre en sa direction, comme pour trinquer avec lui. « Dans ce cas, buvons à nos soirées désastreuses qui ne se terminent pas si mal, bien au contraire ! » Déclara-t-elle en souriant de toutes ses dents, parfaitement convaincue par son mensonge. Rien n'indiquait qu'il était là pour passer la soirée seul de toute manière et elle n'avait aucune raison de se méfier de sa sincérité de toute manière. Elle se sentait, comme les deux fois précédentes, parfaitement en sécurité et à l'aise avec le médecin. Elle ne saurait dire pourquoi, d'habitude, elle piochait ses docteurs dans la gente féminine parce qu'elle était plus à l'aise avec elles mais Caelan lui insufflait un tout nouveau sentiment qu'elle détectait comme dangereux, malgré l'aisance avec laquelle elle lui parlait et lui répondait, comme deux vieux amis autour d'un verre. Le regard vert de Caelan était rassurant, elle ne savait pas dire pourquoi et il était incontestablement un homme avec qui elle partagerait d'autres soirées de ce genre sans se poser trop de questions. Mais elle n'était pas aussi naïve qu'elle en avait l'air et restait parfois sur la défensive selon ce qu'il se passait.

Pourtant, elle continua à plaisanter en voyant la taille de son burger et en analysant celle de sa bouche. Un petit calcul lui apprit que quoi qu'elle fasse, quelqu'un allait souffrir dans les secondes qui allaient suivre. « Et d'autres diraient que le glamour peut bien être sacrifié sur la table des plaisirs culinaires ! Je vous promets que je garderais pour moi tout ce qui va se passer à partir du moment où vous croquerez là-dedans … Mais vous devrez faire pareil ! » Elle releva la tête vers lui et la pencha sur le côté, comme si elle cherchait à analyser la véracité de ses paroles. « Ceux qui le disent sont assurément des hommes ! Et vous avez une plus grande bouche, c'est injuste... pas que j'ai regardé votre bouche évidemment, c'est juste que c'est la nature, les hommes ont des bouches plus grandes que les femmes... » Elle n'avait pas tenu plus longtemps sans faire de gaffe monumentale et se mordit instantanément l'intérieur des joues pour se taire et arrêter de dire les choses qui lui passaient par la tête. Elle avait réussi à passer tout à l'heure sans en ajouter mais c'était définitivement plus fort qu'elle. Et pour oublier ce moment d'égarement humiliant, elle prit son burger à deux mains pour essayer de s'en sortir avec. La première bouchée, elle finit par oublier la présence de Caelan mais se rendit compte qu'elle n'avait attrapé que du pain du bout des lèvres, soucieuse de ne pas en mettre partout. Elle allait renouveler l'expérience quand elle entendit la voix du médecin. « Vous vous en sortez très bien, Skye. Ce n’était … Attention à votre ... !! » Elle avait déjà mordu et malheureusement, n'avait pas su tenir l'objet dans ses mains en même temps et elle le sentit exploser entre ses doigts pour se répandre en morceaux dans l’assiette, laissant des traînées de sauce sur ses doigts. Elle resta un instant figé avant qu'un rire ne la sorte de sa torpeur. « Je ne dirais rien à personne, mais je peux aller vous chercher des couverts si vous voulez. » Elle releva les yeux pour voir un homme hilare en face d'elle et immédiatement, le feu lui monta aux joues comme elle l'avait elle-même prédit, elle pouvait dire adieux à toute forme de crédibilité. Elle lâcha ce qui restait de pain dans ses mains et attrapa très vite une serviette, sans quitter des yeux le jeune homme qui se forçait à recouvrer son sérieux. « Je suis désolé, c’était une mauvaise idée de vous proposer ce repas finalement. » Elle releva les yeux avant de les baisser à nouveau vers le désastre dans son assiette. On aurait dit qu'une bombe avait explosé au sein même de son hamburger et elle leva la tête, avant de soupirer. « Bon, maintenant, je vais être obligée de vous tuer, ça m'embête quand même. » Elle pinça les lèvres, l'air faussement sérieuse même si elle parvenait à en garder l'illusion. Pour toute personne au courant de son passé, cette remarque pouvait être flippante mais elle misait beaucoup sur le fait que Caelan ignorait qui elle était. Elle leva la tête vers lui et lui adressa pourtant finalement un sourire avant de se mettre à rire légèrement. « Vous savez, vous venez de me voir atomiser un burger inoffensif dans son assiette et si je n'en ai pas l'air, je suis mortifiée, on pourrait peut-être arrêter de se vouvoyer ? » Proposa-t-elle, même si elle ne dégageait plus autant qu'assurance qu'au départ. Les formalités, c'était bien peu pour elle, elle préférait largement être plus détendue et moins avoir l'impression de dîner avec son médecin traitant. Mais s'il ne voulait pas, elle se plierait à la bienséance sans faire d'histoire. Mais elle finit par regarder son désastre personnel pour déclarer. « Remarquez, ce sera peut-être plus pratique à manger de cette façon, je ne serais pas contre des couverts par contre ! » Par chance, le serveur passait dans le coin et elle put faire sa demande sans avoir trop l'air de le déranger. Elle s'empara de sa serviette et s'employa à nettoyer sa bouche pour être sûre que rien ne persistait à rester collé sur son visage. Elle plongea ensuite la main dans les frites pour en prendre une et la mâcher avidement. « Merci en tout cas d'avoir retenu votre fou rire, je savais que j'étais en compagnie d'un parfait gentleman ! » Ne put-elle s'empêcher de l’asticoter puisqu'à aucun moment il ne s'était retenu de rire d'elle, ce qu'elle ne se gêna pas pour faire remarquer, non sans sourire et plaisanter. Le serveur revint avec deux jeux de couverts et elle lui tendit les siens avant de les ramener près d'elle. « A la réflexion, je crois que je préfère vous regarder le finir comme ça. » Elle se vengeait de choisir la facilité pour lui laisser la part difficile de la chose, et il fallait bien le reconnaître, il s'en sortait mieux qu'elle.  

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


PRETTY FACE

▌Love me or love me not :
▌Age : Vingt-neuf ans
▌Occupation : Pédiatre
▌Statut : Célibataire endurci
▌Date d'arrivée : 18/11/2012
▌Messages : 155
▌Points : 266
▌Célébrité : Joseph Morgan
▌Double compte : Nope
▌Crédits : Babine (avatar), tumblr (gifs), pepperland (sign)

MessageSujet: Re: Will you help me this time ? ▲ Skye & Caelan   Mar 23 Avr 2013 - 15:31

« Bonne réponse ! Les hommes qui prétendent préférer l’intellectuel au physique ont toujours plus de chance ! » Evidemment, c’était le genre de réponse que tous les hommes devaient fournir quand ils ne voulaient pas passer pour ce qu’ils étaient réellement : des hommes. Caelan n’allait pas nier que le physique jouait toujours énormément dans ce genre de relations, lui-même ne jetait pas le moindre regard aux femmes qu’il ne trouvait pas attirantes, et n’avait pas envie d’apprendre à les connaître si elles n’avaient pas un petit quelque chose de plus. Mais il n’avait pas menti : les femmes visiblement refaites ne l’attiraient pas du tout. Mais la phrase de Skye sous-entendait également quelque chose d’autre … Pourtant il se garda bien de lui demander s’il avait donc ses chances avec elle : ça aurait été la meilleure façon pour qu’elle se referme comme une huître. Il ne voulait pas qu’elle imagine qu’il la draguait, même s’il avait bien l’intention d’en venir là un jour ou l’autre … Mais aujourd’hui était encore trop tôt, il était simplement son médecin, pas même un ami. Même si elle lui avait inconsciemment tendu une perche qu’il aurait saisie avec une autre femme, il ne prendrait pas ce risque. Il se contenta donc de lever les yeux au ciel, comme s’il trouvait cette réplique d’une injustice criante, mais sans avoir assez d’arguments pour la réfuter. Il valait mieux lui laisser le dernier mot, et éviter ainsi les complications … Mais il n’avait pas l’intention de paraître trop parfait à ses yeux – cela n’aurait pas été plus crédible. Faute avouée, à demi pardonnée … Il pouvait donc bien laisser sous-entendre qu’il avait fait des erreurs quand il était plus jeune, ce genre d’erreur là étant plus facilement pardonnable que celle qu’il était en train de faire actuellement. Et qui n’avait pas profité de ses études pour enchaîner les fêtes et se comporter comme s’il n’y avait pas de lendemain ? « Ah, les fameuses fêtes des infirmières ? » Caelan hocha la tête en souriant. Exactement, il n’avait pas fait énormément de fêtes durant ses études, mais celles-ci avaient été les plus mémorables. Il avait bu jusqu’à en oublier son propre nom, il avait été malade comme un chien, il avait dragué toutes celles qui passaient devant lui … Et il s’en souvenait sans aucun remord. « Les plus grandes beuveries de l’université sont celles des études médicales, cherchez l’erreur ! » Fit-il en riant. C’était la bonne époque, en comparaison avec ce qu’il vivait depuis quelques années … Il ne revivrait ses études en elles-mêmes pour rien au monde, mais à cette époque, il était jeune, avec un avenir brillant, beaucoup d’amis et des espoirs plein la tête. Aujourd’hui, il était toujours jeune, il avait encore un avenir brillant, mais c’était tout : il n’avait plus que son travail sur lequel compter … Il n’avait pas vraiment imaginé finir comme ça. « Je crois qu'on s'est tous amusés dans notre jeunesse et on a tous fait des choses honteuses qu'on voudrait enterrer mais qui finissent toujours par ressortir ! » Il échangea avec elle un sourire complice, comme s’il comprenait très bien qu’elle parlait pour elle-même également … Il n’avait aucun mal à l’imaginer bonne vivante, en train de faire la fête et de profiter de chaque instant. Mais cette vision d’elle était tachée par une autre image : celle qu’il imaginait d’elle en prison, avec au lieu de son sourire enjoué, la mine grisâtre d’une vraie tueuse. Les deux images ne collaient pas, comme si elles étaient deux personnes différentes, mais cela ne signifiait rien : malgré son apparence de gentille fille, il devait garder en tête qu’elle était également la responsable de sa propre déchéance. Et elle avait sans doute bien plus envie d’enterrer ce genre de souvenirs, que ceux de sa vie étudiante. « Tant qu’elles évitent de ressortir trop tôt … Il faut se laisser le temps de prendre du recul pour se rendre compte que ça n’avait pas d’importance. On a souvent tendance à faire des montagnes de pas grand-chose ! » Il ne parlait sans doute déjà plus des erreurs de jeunesse, mais il y avait également certaines choses qui ne s’estomperaient jamais avec le temps. Elle pouvait espérer oublier, mais il serait là pour lui rappeler, toute sa vie, qu’elle avait du sang sur les mains. Pour l’instant cependant, il était des plus aimables avec elle, plaisantant et riant comme avec une véritable amie. « Vous avez peur que je me lance dans un discours prônant l'intérêt de la femme dans la société, ce qu'elle apporte et pourquoi l'homme lui est en tous points inférieur? » Il grimaça : oui, c’était exactement ce qu’il craignait, et il n’en avait aucune envie. Il aurait déjà pu la reprendre sur ces paroles sexistes, les arguments étaient aussi faciles à trouver que clichés, mais ce genre de discussion ne l’amusait pas du tout. « Vous n'avez rien à craindre de ce côté-là ! » Il eut un sourire soulagé. « Et je vous en remercie ! Je préfère qu’on laisse ça de côté, et que je garde une bonne impression de cette soirée. » Plaisanta-t-il, à moitié sérieux toutefois.

Elle finit par lui expliquer qu’elle serait seule ce soir, tout comme lui. Et même s’il fit mine d’être désolé, il ne l’était pas pour un sou. « Vous n'avez pas à être désolé, ce n'était pas vous après tout ! » Oh non, ce n’était pas lui. Lui ferait bien pire que lui poser un banal lapin, qu’elle se rassure sur ce point ! « C'est bien aimable de votre part mais attendez la fin de la soirée avant d'affirmer de telles choses ! » Il la regarda en souriant. Ce n’était qu’une expression, évidemment, mais il ne put s’empêcher de la discuter. « Pourquoi, vous avez l’intention de me harceler jusqu’à ce que je craque et que je vous laisse ? Vous n’aviez pourtant pas l’air d’être aussi désagréable que celle que vous venez de remplacer ! » Soupira-t-il en prenant un air fataliste, bien vite remplacé par son sourire habituel. A vrai dire, même s’il ne faisait tout ça que dans un but bien précis, et qu’il était censé haïr Skye de toutes ses forces, il se prenait à apprécier cette petite discussion, bien plus que s’il était resté seul au bar, ou avec une quelconque inconnue qu’il aurait ramenée chez lui pour combler sa nuit. Il valait mieux ne pas trop y réfléchir, et continuer de prétendre à l’amabilité … Mais prétendre était de plus en plus facile avec elle, cela lui venait presque naturellement à présent que l’effet de surprise était passé. Il se comportait toujours un peu comme le médecin, pourtant. Il était incapable de se défaire de son métier, mais c’était bien pratique pour engager les conversations, finalement … « Vous recommencez vous savez ! » Il eut un petit sourire d’excuse à l’attention de Skye. « Je suis désolé, mais je ne vous avais encore jamais croisée en dehors de l’hôpital, ce n’est pas si facile de se défaire des habitudes ! Mais je vais faire des efforts, je vous le promets. » Il promettait beaucoup de choses sans avoir vraiment l’intention de tenir la moindre parole, mais c’était toujours plus facile ainsi. Il était un menteur invétéré et cela ne lui posait plus de problèmes de consciences à présent … Et il mentit encore une fois en inventant une excuse justifiant sa présence ici, pour camoufler une partie de son caractère qu’il ne voulait pas qu’elle connaisse. « Dans ce cas, buvons à nos soirées désastreuses qui ne se terminent pas si mal, bien au contraire ! » Caelan imita Skye et entrechoqua son verre avec le sien. « A cette soirée, alors ! » Fit-il, en modifiant légèrement la propre phrase de Skye. Il trinquait au hasard qui les avait réunis ici, et qui faisait tourner les choses en sa faveur sans qu’il n’ait besoin de faire le moindre effort … Il y avait de quoi trinquer !

Une fois installé, leurs assiettes servies, Caelan regarda une nouvelle fois Skye. Il venait régulièrement manger ici, leurs burgers étaient vraiment savoureux et ça le changeait des plats qu’il se faisait livrer chez lui. En proposant à Skye de manger avec lui, il n’avait pas un instant pensé aux problèmes de logistique qu’elle pourrait rencontrer face au hamburger, et il était amusé de voir avec quelle suspicion elle fixait son assiette. « Ceux qui le disent sont assurément des hommes ! Et vous avez une plus grande bouche, c'est injuste... pas que j'ai regardé votre bouche évidemment, c'est juste que c'est la nature, les hommes ont des bouches plus grandes que les femmes... » Il haussa les sourcils quand elle évoqua la taille de sa bouche, et dut se retenir pour ne pas rire franchement quand elle tenta de se rattraper. Comme à l’hôpital, il semblait qu’elle avait parlé sans vraiment y réfléchir, et elle se rendait compte trop tard de l’ambigüité de ses paroles … Il s’était gardé de rebondir sur ses phrases qui prêtaient un peu à confusion jusqu’à maintenant, mais il ne pouvait pas passer à côté de celle-ci. « Je ne sais pas ce que je dois comprendre, vous avez l’air d’avoir beaucoup étudié ma bouche ! Mais c’est une question de savoir-faire, pas de taille … On ne vous l’avait jamais dit ? » Cette fois, il s’enfonçait sans doute tout seul, mais ce n’était pas cher payé pour être le témoin de la gêne que Skye affichait en cet instant. A tel point qu’elle s’attaqua sans plus tarder à son hamburger, en évitant soigneusement son regard moqueur. Et ce qui devait arriver arriva … Elle n’était vraiment pas douée, et il ne put pas s’empêcher d’éclater de rire en la voyant fixer son assiette, puis essayer d’essuyer les dégâts avec sa serviette. Il finit par se calmer, non sans se moquer encore un peu, et piocha dans l’assiette de frites sans quitter Skye des yeux. « Bon, maintenant, je vais être obligée de vous tuer, ça m'embête quand même. » Caelan s’étouffa avec les frites qu’il avait dans la bouche, soudain glacé d’horreur. Il se mit à tousser et se couvrit la bouche avec sa serviette, en rajoutant un peu pour se laisser le temps de reprendre le contrôle de lui-même. Quand il releva les yeux, il souriait à nouveau, et prit une gorgée de son verre avant de réussir à répondre. « Vous n’oseriez tout de même pas me tuer pour si peu ! » S’il s’était écouté, il aurait immédiatement repoussé son assiette et serait parti loin, bien loin d’elle. Qu’était-il en train de faire ici, bon sang ? A plaisanter et à partager un repas avec Skye Warren ? Sa petite phrase, sans doute innocente et lancée sur le ton de la plaisanterie, venait de lui rappeler brutalement qui elle était, et ce qu’elle avait fait. Il avait le cœur au bord des lèvres, et une envie de vomir lui serrait l’estomac. Mais il ne devait surtout pas laisser entrevoir son malaise, sans quoi elle devinerait immédiatement qu’il était au courant. Il devait continuer de prétendre, pour avoir le plaisir de la détruire … Il devait garder ça en tête, absolument. Elle n’était pas son amie. « Vous savez, vous venez de me voir atomiser un burger inoffensif dans son assiette et si je n'en ai pas l'air, je suis mortifiée, on pourrait peut-être arrêter de se vouvoyer ? » Il n’avait aucune envie de la tutoyer. Il ne voulait pas copiner avec elle, il voulait lui enfoncer la tête dans son assiette jusqu’à ce qu’elle s’étouffe avec ses restes. « Si vous … Si tu préfères, ça ne me dérange pas. Est-ce que ça va effacer ce que tu viens de faire, par contre, je n’en suis pas sûr ! » Railla-t-il, sans doute un peu trop mesquin par rapport à son comportement jusque là, mais il ne put pas s’en empêcher. Il allait devoir se forcer pour retrouver l’homme avenant qu’il avait été jusqu’à ce qu’elle prononce la phrase de trop … « Remarquez, ce sera peut-être plus pratique à manger de cette façon, je ne serais pas contre des couverts par contre ! » Il la regarda alpaguer le serveur pour obtenir deux paires de couverts, et piocha à son tour dans les frites pour avoir la bouche pleine et ne pas avoir à répondre immédiatement. Il n’avait plus faim, et les frites avaient un goût de cendre dans sa bouche, mais il se força à les avaler. « Merci en tout cas d'avoir retenu votre fou rire, je savais que j'étais en compagnie d'un parfait gentleman ! » Il eut un nouveau rire, et écarta les mains, l’air innocent. « Je n’ai jamais prétendu être un gentleman ! J’ai juste dis que ça resterait entre nous … » Il tendit la main pour attraper les couverts qu’elle lui tendait, mais elle les reprit au dernier moment, moqueuse. « A la réflexion, je crois que je préfère vous regarder le finir comme ça. » Il poussa un soupir mélodramatique, avant d’attraper à nouveau son hamburger avec précautions, pour le montrer à Skye. « Je n’ai pas mérité ça ! Mais je vais relever le défi … Mais ne te gêne pas si tu veux rire du spectacle, je pense que ça va tourner au massacre. » Il lui lança un regard amusé, avant d’attaquer à nouveau son hamburger. La bête se débattit entre ses doigts, mais il ne renonça pas avant de l’avoir engloutie en entier, non sans en avoir laissé tomber une bonne partie sur son assiette. « Tadaa ! » Fit-il d’un ton triomphal avant de s’essuyer la bouche et les doigts dans sa serviette. Il contempla ensuite son assiette, où gisaient les restes du hamburger, et eut l’air ennuyé. « Pas brillant, hein … C’est pour ça que je ne voulais pas être chirurgien, j’aurais tué tous mes patients, je ne suis pas doué avec mes mains. Recoudre un genou, ça va, mais transplanter un cœur, ça me poserait des problèmes … » Expliqua-t-il sur le ton de la plaisanterie, comme si le sort de son hamburger justifiait tout à fait son choix de carrière. Il fronça soudain les sourcils et regarda Skye, comme frappé par une révélation. « Et toi, qu’est-ce que tu fais dans la vie ? Je réalise juste maintenant que je ne te l’ai jamais demandé. »

_________________
    ❝STORM THE SORROW❞
    Along the way I find myself to be confined within me. No place for any other's mind to interfere, to grasp the meaning of it all, to overcome my limits, and dance away from any void and empty tones. Just tell me why, just tell me how I can survive this time. I’ve tried to peer into the core, but could not storm the sorrow. My hollow heart has bled me dry, left me to stray. Another time without a trace, condemn me now, send me to hell, for I'm already failing.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


PRETTY FACE


MessageSujet: Re: Will you help me this time ? ▲ Skye & Caelan   

Revenir en haut Aller en bas
 

Will you help me this time ? ▲ Skye & Caelan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
twist of fate :: The city :: CBD-