Partagez | 
 

 La débâcle des sentiments Ҩ with Constance.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


PRETTY FACE

▌Love me or love me not :

▌Age : 23 y.o.
▌Occupation : Chef cuisinier.
▌Statut : Serial fucker
▌Date d'arrivée : 23/11/2012
▌Messages : 215
▌Points : 228
▌Célébrité : Harvey Newton Haydon
▌Double compte : none.
▌Crédits : love disaster.

MessageSujet: La débâcle des sentiments Ҩ with Constance.   Dim 9 Déc 2012 - 19:55


La débâcle des sentiments
Notre amour, faute de combattants de guerres lasses, a déserté le camp

La nuit australienne. J'ai besoin de me replonger dans le bain. Un besoin viscéral. Ca me pique la peau tellement ça me démange. Il fallait que je sorte, que je retrouve mon univers, là où j'avais grandi et m'étais endurci. Ca avait été le monde de mon enfance. Et j'y retournai ce soir. Depuis que j'avais débarqué à nouveau à Sydney, je n'en avais pas eu l'occasion. Juste des trucs mondains à me faire dégueuler. J'ai horreur de ça mais aujourd'hui comme avant, j'ai pas vraiment le choix. Et c'est pas mon monde. C'est celui de mon père. Mais faut croire que mon nouveau mode de vie m'a contraint à emprunter la même voie que celle que j'avais passé mon enfance à éviter.

Du coup, ce soir c'était mon soir. J'avais laissé mon adjoint fermer le restaurant pour pouvoir partir plus tôt. Ma petite Sugar était bien à l'abri dans la villa, aux bons soins de sa gouvernante. Elle ne risquait rien. Elle serait sans doute réveillée d'ici à ce que je rentre demain matin. Mais j'avais pas vraiment envie qu'elle me voit dans un sale état. Peut-être que j'allais me freiner sur les excès et rentrer un peu plus tôt que ce dont j'avais l'habitude quand j'étais qu'un ado en pleine révolte. Chuis toujours révolté mais chuis plus vraiment un môme, j'en ai plus vraiment le droit.

Cette boîte ça fait 5 ans que j'y ai pas mis les pieds mais les gens se souviennent de moi. C'est classe. J'aime ne pas passer inaperçu mais les gens s'aperçoient pas de l'essentiel. Ils sont tous là à me complimenter, à me dire que j'ai pas changé, à dire que je leur ai manqué. Bande de menteurs faux-culs. Vous pensez pas le quart de c'que je suis en train d'entendre mais vous savez quoi ? J'en ai rien à foutre. C'est que du vent, du blablabla, de l'air. Vous avez pas changé mais moi j'ai changé. Mais j'en ai rien à foutre de savoir qui a raison ou pas. Chuis à la place que j'ai toujours occupé, au sommet de la pyramide, enfoncé dans une banquette du coin VIP, une blondasse sur les genoux, un verre dans l'autre main, et une banane sur le visage. Parce que je me laisserai bouffer par rien. Je refuse de me soumettre à cette vie de chien. Mais ça, c'était juste avant que je pose les yeux sur elle. Elle ? Constance. Merde.

made by Union Jack.
# Gillian
CONSTANCE#

_________________
Ave Caesar morituri te salutant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


PRETTY FACE


MessageSujet: Re: La débâcle des sentiments Ҩ with Constance.   Dim 9 Déc 2012 - 20:54


    Ace et Constance.


Tu n’connais personne ici mais tu t’ fou, t’es pas venue pour te faire des amis. T’es venue pour eux. Pour Ace, pour Sugar. T’en peux plus de vivre dans le passé, c’est trop dur de te dire que ta petite fille grandit et qu’elle ne sait même pas qui t’es. Ca te torture, ca t’bouffe mais le problème c’est que tu ne saurais même pas quoi lui dire, à Ace. Alors tu repousses ce moment où tu devras aller lui parler et pour cela tu n’as trouvé qu’une seule solution. La fête. T’as changé, vraiment changé. La gentille Constance est morte, t’es devenue méprisante et mauvaise. T’as perdu toute joie de vivre, ton rire enfantin a laissé place à un sourire narquois, non t’es plus une gentille fille. T’es qu’une trainée qui s’met la tête à l’envers tout les soirs. et ce soir n’échappera pas à la règle.

T’entres dans la boite de nuit que t’a conseillé un pauvre type rencontré dans un bar. Tes talons claquent sur le sol tandis que tu te déhanches dans ta robe bien trop courte. Tu repères le bar. « une tequila ! » tu l’avales cul sec. La première d’une longue lignée. Lentement tu pivotes sur toi-même, dos contre le bar t’observes la scène qui se déroule devant tes yeux. La déchéance totale, c’est ça ton nouveau monde. Tu n’sais même pas comment t’as pu t’laisser entrainer là-dedans mais en y réfléchissant bien tu te dis que ce n’était que la suite logique de ta pauvre petite vie. La petite catho qui tombe éperdument amoureuse de son sauveur se retrouve enceinte de celui-ci et fuit comme une lâche pour finalement finir mal. Fin de l’histoire. « je t’offre un verre ? » cette voix qui t’es totalement inconnu t’arrache à tes pensés. Sans même te tourner vers l’émetteur de ces mots tu rétorques un « pourquoi pas » d’une voix blasé et morte. Il n’y fait même pas attention, après tout c’est ton cul qu’il veut le reste n’a aucune importance.

Tu ne sais pas depuis combien de temps tu danses, ni combien de verre t’as déjà pu descendre mais tu sais que les mains baladeuses de ce mec te répugnent. Tu baises facilement certes, mais pas n’importe qui. « j’vais nous chercher à boire. » il te sourit comme un abruti pensant réellement qu’il finira par te sauter. Pauvre type. Tu te diriges vers le coin vip, c’mec ne pourra très certainement pas rentrer là haut. T’es ivre mais tu ne titubes pas, t’as assez d’expérience en matière de cuite pour savoir te tenir même après plusieurs verres. Tu ne le vois pas tout de suite, non tes yeux divaguent tout d’abord quelques instants avant de se poser finalement sur cette banquette, au fond de la pièce. Putain. Tu t’sens partir, tu vas perdre pied. Pas maintenant, pas ce soir. Ace. T’es tellement surprise que tu ne remarques pas tout de suite la blondasse qui se trémousse sur lui mais lorsque tu reprends tes esprits et que tu prends enfin conscience d’la scène qui se déroule devant tes yeux t’as juste envie d’hurler. Mais tu n’bronches pas. T’as rien à dire de toute façon. A l’époque tu serais partie en chialant mais il est finit c’temps là. T’hésites, t’as envie de rebrousser chemin, tu commences même à faire demi-tour. Oh et puis merde. Tu t’arrêtes net, serait peut être temps d’assumer un peu. Alors t’avances finalement vers ton premier amour, vers Gillian, vers Gillian et cette pute. Tu dégages une certaine assurance alors que dans ta tête c’est bagdad, tu tremblerais presque si tu ne souhaitais pas faire bonne figure. « Ace ? »
Revenir en haut Aller en bas


PRETTY FACE

▌Love me or love me not :

▌Age : 23 y.o.
▌Occupation : Chef cuisinier.
▌Statut : Serial fucker
▌Date d'arrivée : 23/11/2012
▌Messages : 215
▌Points : 228
▌Célébrité : Harvey Newton Haydon
▌Double compte : none.
▌Crédits : love disaster.

MessageSujet: Re: La débâcle des sentiments Ҩ with Constance.   Dim 9 Déc 2012 - 21:32


La débâcle des sentiments
Notre amour, faute de combattants de guerres lasses, a déserté le camp

J'ai salement la gerbe d'un coup. J'ai la tête qui tourne et je me demande ce que je fous là. Ce que j'ai fais pour mériter ça. Je la regarde. C'est pas possible. Mais ça peut pas être un hasard. Alors quoi ? Qu'est-ce qu'elle fout là ? C'est elle qui s'est tirée non ? Alors pourquoi elle est ici, chez moi ? Je crois pas au destin. Et maintenant moins que jamais. Puis y'a cette fille pendue à mon cou. Elle me gêne, cette poufiasse. Je la dégage. On se regarde, Constance et moi. Elle a l'air surprise, réellement surprise. Et quoi d'autre ? Qu'est-ce que ses beaux yeux cachent ? Mais j'en ai rien à foutre, je veux pas savoir. Y'a longtemps que je veux plus rien savoir et j'ai pas voulu qu'elle revienne dans ma vie. Quelle chienne de vie.

Elle a l'air d'hésiter. Est-ce qu'elle va encore fuir ? Elle ferait mieux, je sens que je vais pas être tendre si elle continue. Mais finalement elle se tire pas. Merde. Chuis pas d'humeur à subir ça. Pourquoi ici ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi elors que mon envie est juste d'oublier ? De passer à autre chose ? De vivre ma vie ? Elle rouvre une blessure béante et j'ai l'impression qu'elle fait ça de bon coeur.

« Ace ? »

Et elle fait celle qui n'est pas sûre d'elle avec ça. Elle se fout de ma gueule ou quoi ? J'ai eu envie de gueuler mais j'ai pas bougé, j'ai même pas ouvert la bouche. A quoi bon ? Pourquoi faire ? J'allais balancer des saloperies si je laissais ma langue prendre le contrôle de cette conversation. Et pourquoi est-ce que je ne le ferais pas d'ailleurs ? J'en avais tous les droits non ? Ouais, parfaitement. Ma fureur était légitime.

« Constance. Quelle... surprise. »

Ma voix était froide, glaciale. J'ai fais partir le goût amer que j'avais dans la bouche avec un shot de vodka. J'avais besoin de me foueter le sang, de me débarrasser de cette saloperie de sentiment. J'avais enfoui toute cette histoire au plus profond de moi et qu'est-ce qu'elle faisait elle ? Elle se pointait comme une fleur ? La vie c'est pas un coloriage, c'est pas si facile.

« Tu comptes fuir dans la seconde ou alors tu vas nous honorer de ta présence encore longtemps ? »

made by Union Jack.
# Gillian
CONSTANCE#

_________________
Ave Caesar morituri te salutant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


PRETTY FACE


MessageSujet: Re: La débâcle des sentiments Ҩ with Constance.   Dim 9 Déc 2012 - 22:29


    Ace et Constance.


T’as peur. Peur de sa réaction, de ce qu’il va te dire. Tu le connais tu sais qu’il peut te détruire avec ses mots, Gillian est redoutable lorsqu’il s’agit d’faire du mal. Tu restes plantée là tandis qu’il se débarrasse de la pouf assise sur ses genoux, en d’autre circonstances ca t’aurait arraché un sourire mauvais mais là t’en a aucunement envie. Tu te sens mal, tu ne supportes pas ses yeux qui te dévisagent. T’y lis de la haine, t’as juste envie de prendre tes jambes à ton cou et de te tirer, vite très vite. Mais tu ne bouges pas. « Constance. Quelle... surprise. » sa voix est glacial, une boule se crée dans ton ventre tandis que tu ne peux t’empêcher de le détailler un peu plus. Il t’a manqué, tellement manqué. T’aimerais te laisser tomber dans ses bras mais tu sais que ça n’arrivera plus, parce que t’as tout détruit. T’es qu’une conne.

Tu ne réponds rien. Après tout tu n’as rien à dire à cela oui c’est une surprise autant pour toi que pour lui. Certes t’as déménagé ici pour le retrouver lui et Sugar mais tu ne t’attendais très certainement pas à ce que ces retrouvailles se déroulent ici, dans une boite de nuit toi à moitié ivre. Il avale un shoot et reprend la parole. « Tu comptes fuir dans la seconde ou alors tu vas nous honorer de ta présence encore longtemps ? » tu déglutis. Pourquoi fait-il ça ? Parce que tu le mérites et tu le sais. Ca t’fais tellement de mal de l’entendre te parler ainsi, tu n’supportes pas d’le voir te détester pourtant tu fais un effort pour articuler quelques mots. « Non je ne compte pas m’enfuir une nouvelle fois. » ni ce soir, ni dans les semaines / mois à venir. T’as fait un choix, peut être irréfléchi certes mais tu ne comptes pas revenir dessus. T’as besoin d’eux. Ca t’a bousillé de les quitter et tu sais que les choses n’iront pas en s’améliorant si tu ne peux les voir.

T’hésites puis t’assois finalement à ses coter, plusieurs fois tu t’étais imaginée comment se passerait le jour où t’irais affronter Ace mais jamais tu ne t’étais dis que cela serait aussi dur. T’attrapes un des shoots poser sur la table et le descend d’un trait, t’espères que ca te suffira à te forcer à desserrer les dents. « Est-ce.. qu’elle …va bien ? » tu baisses les yeux « s’il te plait ne me répond pas que de toute façon ça ne m’intéresse pas, parce que c’est faux. » ton cœur bat vite, bien trop vite. Tu te sens mal, t’as chaud et une douleur atroce te martèle le crane. Tu te sens tellement stupide à parler de ta fille dans une boite de nuit, l’haleine empestant l’alcool et les yeux rougis. T’aimes pas ce que t’es devenue.
Revenir en haut Aller en bas


PRETTY FACE

▌Love me or love me not :

▌Age : 23 y.o.
▌Occupation : Chef cuisinier.
▌Statut : Serial fucker
▌Date d'arrivée : 23/11/2012
▌Messages : 215
▌Points : 228
▌Célébrité : Harvey Newton Haydon
▌Double compte : none.
▌Crédits : love disaster.

MessageSujet: Re: La débâcle des sentiments Ҩ with Constance.   Mer 12 Déc 2012 - 19:11


La débâcle des sentiments
Notre amour, faute de combattants de guerres lasses, a déserté le camp

Elle réagit. Elle est pas de marbre finalement. Peut-être qu'elle va partir. Peut-être que je pourrais tout reprendre comme si rien ne s'était passé, comme si elle n'était jamais réapparue. Ce serait tellement plus simple. Ne plus y penser, ne plus avoir à y penser, se dire que ce n'était qu'un mirage. Mais elle a marché sur ma naïveté, encore une fois.

« Non je ne compte pas m’enfuir une nouvelle fois. »

J'ai rien dis, j'ai accusé le coup. J'allais certainement pas l'inviter à rester, j'en avais pas envie. J'avais mal rien que de la regarder. Je détourne les yeux. Je préfère regarder n'importe quoi plutôt qu'elle. Ca me rappelle trop de souvenirs et les souvenirs c'est la souffrance. Et elle pousse le vice jusqu'à savoir à côté de moi et descendre un de mes shots. C'est une putain de blague ? J'me passe une main sur la figure, pour essayer de chasser ses conneries mais on se débarasse pas de la réalité aussi facilement. Je le sais mais fallait que j'essaie quand même.

Faut croire que j'ai pas le choix, va falloir que je gère ça. Je me serais bien grillé une clope mais y'a pas plus intolérant en matière de tabagisme que l'Australie. Rien que pour ça, NYC me manque putain. J'aurais besoin de nicoter. C'est tout ce que j'avais pour me calmer les nerfs. Ca fait un bail que j'ai arrêté de me retourner le cerveau avec des drogues dures. Parce que me niquer à petit feu, c'était une connerie, parce que j'avais cette petite chose à aimer et protéger et que je pouvais pas laisser derrière moi. Pas après ce que Constance nous avait fais. J'étais pas un lâche, enfin j'étais plus un lâche. J'avais changé mais ma rancoeur pour elle demeurait immuable par contre. Je ne pourrais jamais lui pardonner. Ca, j'en étais incapable. Elle avait trouvé la faille en moi pour mieux l'exploiter. Elle m'avait laissé avec un trou béant en travers de la poitrine. Et le fait qu'elle soit là, c'était juste comme balancer de l'acide en plein dedans.

« Est-ce.. qu’elle …va bien ? S’il te plait ne me répond pas que de toute façon ça ne m’intéresse pas, parce que c’est faux. »

J'ai grondé, j'ai pas pu m'en empêcher. Un truc d'animal, un truc de bête furieuse. Comment est-ce qu'elle osait putain ? Comment est-ce qu'elle osait parler d'elle, penser à elle et l'évoquer à haute voix ? Comment est-ce qu'elle pouvait exiger d'avoir des nouvelles d'elle alors qu'elle était partie ? Elle l'avait mise au monde et elle s'était tirée comme une voleuse, pour retourner chez ses parents chéris, la queue entre les jambes ! J'ai posé mes yeux sur elle, un regard ampli de froideur et de dégoût. Je crois que j'aurais pu l'étrangler là tout de suite, malgré tout l'amour que je voulais plus ressentir pour elle mais que j'arrivais pas à ignorer, j'avais la rage à un point pas possible. J'ai déserré les mâchoires à grand peine mais c'était pas pour lui répondre pour le coup. C'était pour virer sèchement les branleurs qui nous regardaient avec des yeux gros comme des billes. Après ça, j'ai fini par lui répondre.

« Que ça t'intéresse ou pas j'en ai strictement rien à foutre, mais alors que dalle ! T'imagines que tu peux te pointer comme ça et demander de ses nouvelles comme tu demanderais le temps qu'il fait ? T'as pas le droit ! T'as plus aucun droit sur elle. Et je te répondrais pas. Tu as perdu cette possibilité quand tu t'es tirée comme la lâche que tu es. Un conseil, oublie la. Tu la reverras jamais. »

made by Union Jack.
# Gillian
CONSTANCE#

_________________
Ave Caesar morituri te salutant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


PRETTY FACE


MessageSujet: Re: La débâcle des sentiments Ҩ with Constance.   Mer 12 Déc 2012 - 19:57


    Ace et Constance.


Tu sursautes de frayeur face au grondement qui émane de sa gorge et lorsqu’il tourne la tête vers toi les yeux pleins de rage et de dégoût tu ne peux t’empêcher de reculer légèrement, t’enfonçant un peu plus contre le dossier du canapé. Il te fait presque peur pourtant tu le connais et tu ne le penses pas capable de te mettre la gifle que tu mériterais, tu sais qu’il a certaines valeurs et pourtant tes mains tremblent tout de même.

« Que ça t'intéresse ou pas j'en ai strictement rien à foutre, mais alors que dalle ! T'imagines que tu peux te pointer comme ça et demander de ses nouvelles comme tu demanderais le temps qu'il fait ? T'as pas le droit ! T'as plus aucun droit sur elle. Et je te répondrais pas. Tu as perdu cette possibilité quand tu t'es tirée comme la lâche que tu es. Un conseil, oublie la. Tu la reverras jamais. »

Finalement t’aurais peut être préféré la gifle parce que ce qu’il vient de te dire t’achève littéralement. T’aimerais le frapper parce que tu ne supportes pas de l’entendre te balancer tes quatre vérités mais tu sais qu’il a tout les droits parce que t’as juste fait le pire choix de ta vie en te tirant il y a de cela plusieurs années maintenant. Tu ne bronches pas. Tes yeux te piquent et ton nez ce fronce, t’as envie de chialer mais tu t'retiens parce que tu sais que ça le ferait sortir de ses gonds de te voir pleurer alors que t’es loin d’être la victime. T’as l’impression de crever de l’intérieur, tu te maudis de ne pas avoir fait demi tour. Il ne te pardonnera pas, jamais. C’est dur à avaler mais c’est ainsi. Et pourtant tu ne peux t’empêcher de l’aimer, tu ne peux t’empêcher d’espérer revoir un jour la petite bouille de ta fille. Tu te demandes si elle te ressemble ou non, tu te surprends à espérer que oui, au moins un peu. Tu te rends compte que tu n’as toujours pas répondu et qu’il serait peut être temps de le faire même si tu préférerais te lever et partir. Mais tu ne peux pas, tu l’as dit toi-même, prendre la fuite une nouvelle fois n’est pas envisageable.

« Non ne me dis.. » finalement ça t’parais plus compliqué que prévu, t’as l’impression de t’étouffer à chaque mots prononçaient. T’inspires un bon coup et reprends. « Ne me dis pas ça Ace. Je sais que ce que j’ai fais c’est impardonnable, que j’suis rien qu’une putain de trouillarde égoïste mais j’avais seize ans, j’étais qu’une gamine. J’m’en suis voulu, y’a pas un jour où je n’ai pas regretté d’être partie, je sais que ca n’excuse rien et que t’as totalement le droit de m’interdire de la revoir mais je t’en supplie ne le fait pas. »

Ta voix est tremblotante, t’as même pas réussi à garder ton sang froid y’a fallut que tu redeviennes la gamine d’il y a quatre ans. Tu te hais, vraiment. Il te hait d’autant plus et à c’te heure-ci et avec ton taux d’alcoolémie t’es persuadée que toute la terre te hait. T’irais bien te shooter pour oublier toute cette conversation, cette prise de conscience, te faisant percuter que tu ne reverras plus jamais ta petite fille mais tu sais pertinemment que ce n’est pas une très bonne idée. Alors tu restes assise bien sagement, guettant sa réaction du coin de l’œil, la tête baissée.

Revenir en haut Aller en bas


PRETTY FACE

▌Love me or love me not :

▌Age : 23 y.o.
▌Occupation : Chef cuisinier.
▌Statut : Serial fucker
▌Date d'arrivée : 23/11/2012
▌Messages : 215
▌Points : 228
▌Célébrité : Harvey Newton Haydon
▌Double compte : none.
▌Crédits : love disaster.

MessageSujet: Re: La débâcle des sentiments Ҩ with Constance.   Jeu 13 Déc 2012 - 9:19


La débâcle des sentiments
Notre amour, faute de combattants de guerres lasses, a déserté le camp

J'ai l'impression de distinguer le méandre de ses émotions à travers ses yeux; Ces grands yeux qui avaient été si purs, si innocents quand on s'était connu. Pourquoi alors étaient-ils si ternes à présent ? Comme délavés par des flots de larmes. Je me sentirais presque coupable de te faire du mal comme ça si j'avais pas revu en mémoire le visage de Sugar, sa petite gueule d'ange avec ton sourire ancré dessus. Non, je peux pas. Tu peux me faire c'que tu veux mais je peux pas te laisser lui faire du mal. Je te laisserais jamais faire un truc pareil. Plus jamais.

« Non ne me dis.. Ne me dis pas ça Ace. Je sais que ce que j’ai fais c’est impardonnable, que j’suis rien qu’une putain de trouillarde égoïste mais j’avais seize ans, j’étais qu’une gamine. J’m’en suis voulu, y’a pas un jour où je n’ai pas regretté d’être partie, je sais que ça n’excuse rien et que t’as totalement le droit de m’interdire de la revoir mais je t’en supplie ne le fait pas. »

J'éprouve un plaisir presque jouissif à me demander si tu vas pleurer. Je reste sur le cul. J'pensais pas pouvoir te détester un jour, encore moins à ce point. Mais dans un sens, j'ai ruiné la vie de gens pour bien moins que ça. Et toi t'es réapparue comme une fleur alors que j'aurais voulu que tu disparaisses. Mais je peux pas te nuire à ce point. Je peux pas te détruire. Je veux juste que tu te tires en fait, que tu nous laisses tranquille, que t'aies pas changé d'avis. Parce que là je le vois. T'essaies de te battre. Mais toute résistance est inutile, ma douce. On a coupé les amarres quand tu t'es tirée y'a 4 ans de ça. Arrêtes de te débattre et accepte dignement ton sort car rien ne saurait plus te sauver. L'ancien Ace t'aurait peut-être repris sur un coup de tête, avec l'égo en berne. Mais le père que je suis, que tu m'as poussée à être, se doit de protéger le fruit de sa chair coûte que coûte.

Mais dans le fond malgré le temps, c'est toujours la même gamine que je vois. T'as pas grandi non, t'en as juste bavé, je dois bien l'admettre. Pourquoi, je veux pas le savoir. Chacun son fardeau. Mais je vois toujours cette petite chose fragile en toi, cette petite naïve attachante que j'ai dû arracher des bras d'un gros dégueulasse et qui m'a pris pour son prince charmant. Elle était là l'erreur initiale dans cette histoire. Chuis pas un prince, même si je sais être charmante. J'te l'ai dis pourtant et t'as rien voulu écouter. Au final c'est toi qui t'es tirée. Voilà le résultat, un tableau à faire gerber. J'ai secoué la tête. J'étais moins froid mais toujours aussi résolu.

« Moi aussi j'étais qu'un gamin mais tu m'as pas laissé d'autre choix que de devenir un homme, tout seul. T'as regretté mais t'es pas revenu. T'aurais pas dû revenir maintenant non plus. Pourquoi t'as fais ça d'ailleurs ? Parce que je le lis dans tes yeux t'es revenue. T'as toujours été mauvaise menteuse. »

made by Union Jack.
# Gillian
CONSTANCE#

_________________
Ave Caesar morituri te salutant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


PRETTY FACE


MessageSujet: Re: La débâcle des sentiments Ҩ with Constance.   Jeu 13 Déc 2012 - 17:33


    Ace et Constance.


Tu te mords violement les lèvres pour ne pas pleurer. Tu ne veux pas qu’il te réponde, tu ne veux pas entendre le son de sa voix te remballer en moins de deux. Et pourtant tu sais qu’il va le faire, t’as peur qu’il s’énerve aussi, tout ton corps est contracté tellement tu es tendue. Il desserre enfin les dents et toi tu te décides à relever la tête.

« Moi aussi j'étais qu'un gamin mais tu m'as pas laissé d'autre choix que de devenir un homme, tout seul. T'as regretté mais t'es pas revenu. T'aurais pas dû revenir maintenant non plus. Pourquoi t'as fais ça d'ailleurs ? Parce que je le lis dans tes yeux t'es revenue. T'as toujours été mauvaise menteuse. »

C’est vrai que tu l’as abandonné, qu’il a dû tout assumer seul, c’est vrai aussi que t’es pas revenue, enfin pas avant ce soir. Tout ça tu l’sais déjà parce que ça t’a hanté chaque jour de ces quatre dernières années. T’es jamais passé à autre chose pour la simple et bonne raison que tu n’en as jamais eu envie, tes parents ont essayés de te faire oublier mais c’était perdue d’avance. Ils t’ont conseillés d’aller te confesser mais toi t’as trouvé réconfort ailleurs, dans un autre monde. Celui de la nuit. Au final t’es franchement partie en vrille et eux ils n’ont fait que te mépriser un peu plus. T’as récupéré ton petit confort mais t’as perdue ta joie de vivre en même temps que tu laissais Ace et Sugar... Tout ce qu’il vient de te dire se répète dans ta tête et t’as de plus en plus de mal à te retenir de pleurer. Le visage tourné vers le sol tu fais l’erreur de cligné des yeux laissant tomber quelques goûtes d’eau salé au passage, tu ne fais comme si de rien était et tu prends soin de ne pas le regarder dans les yeux lorsque tu lui réponds, tu continus de fixer le sol, te racle la gorge histoire de pouvoir parler distinctement et d’une voix mal assurée, tu lui dis,

« J’suis pas revenue parce que j’avais honte de t’avoir justement laisser tout assumé seul, de vous avoir abandonné.. et j'avais peur aussi de ta réaction.. Pourquoi revenir maintenant?.. j’ai entendu dire que tu quittais NY, ça m’a rendu dingue je savais que je ne pourrais plus avoir de vos nouvelles.. alors je suis partie pour vous retrouvez. »

T’avais encore jamais mentionné ça à haute voix et tu te rends compte que ça parait un peu irréfléchis comme décision mais peut importe, tu n’allais pas inventer une excuse bidon puisqu’il n’y aurait pas cru. Tu captes aussi qu’il va peut être pas apprécié que tu les aies « suivis » de loin pendant plusieurs années, mais trop tard. Tu te sens mal à l’aise, tu sais qu’il aimerait que tu te lèves et que tu partes, que tu les laisses vivre leur vie tranquille comme ils l’ont fait jusqu’à maintenant mais tu ne peux pas faire ça, pas une nouvelle fois et pourtant t’es à deux doigts de craqués, tu ne leurs apporteras rien de bon de toute façon ils n’ont pas besoin de toi.

« Tu veux vraiment que je vous oublis ? Que je ne revienne pas ? Parce que moi je n’aurais jamais la force de prendre une nouvelle fois cette décision. »

Cette fois, tu le regardes droit dans les yeux.


Revenir en haut Aller en bas


PRETTY FACE

▌Love me or love me not :

▌Age : 23 y.o.
▌Occupation : Chef cuisinier.
▌Statut : Serial fucker
▌Date d'arrivée : 23/11/2012
▌Messages : 215
▌Points : 228
▌Célébrité : Harvey Newton Haydon
▌Double compte : none.
▌Crédits : love disaster.

MessageSujet: Re: La débâcle des sentiments Ҩ with Constance.   Lun 24 Déc 2012 - 17:36


La débâcle des sentiments
Notre amour, faute de combattants de guerres lasses, a déserté le camp

« J’suis pas revenue parce que j’avais honte de t’avoir justement laisser tout assumé seul, de vous avoir abandonné.. et j'avais peur aussi de ta réaction.. Pourquoi revenir maintenant?.. j’ai entendu dire que tu quittais NY, ça m’a rendu dingue je savais que je ne pourrais plus avoir de vos nouvelles.. alors je suis partie pour vous retrouvez. »

Je me suis mis à rire. Je vous jure ! J'ai rigolé. Un rire de con, un rire de dément. J'ai rigolé parce que tout ça c'était absurde, parce que c'était que des conneries pour moi. J'en avais rien à foutre de ses excuses, ça n'avait plus d'importance tout ça. Elle s'était tirée de New York pour les suivre, parce qu'elle tenait à nous ? C'était que des paroles, que du vent. J'en avais rien à foutre de ses excuses, de ses justifications. Je sers les poings à m'en faire péter les jointures. Si je pouvais j'exploserai tout. Comme d'hab. J'ai toujours eu un problème pour gérer ma colère. Mais j'étais plus ce mec qui réfléchit pas avant de démolir n'importe qui ou n'importe quoi.
J'ai préféré pas répondre, ça valait mieux. Pas m'énerver, pas balancer des trucs qui vont plus loin que ma pensée et digérer surtout. Digérer ce qu'elle vient de balancer. Elle nous a suivi jusqu'ici. Et elle a pas lâché notre trace à NYC non plus. En même temps c'était pas très dur, notre départ avait fais la une des journaux. J'imagine qu'elle l'a appris comme ça.

« Tu veux vraiment que je vous oublis ? Que je ne revienne pas ? Parce que moi je n’aurais jamais la force de prendre une nouvelle fois cette décision. »

Je me suis passé une main sur la figure avant de répondre, histoire de bien peser les mots.

« En ce qui me concerne, tu peux bien faire ce que tu veux de ta vie. Mais t'as aucun droit d'interférer dans la notre. Je refuse que tu viennes jouer les fouteuses de merde dans l'existence de Sugar. Va falloir grandir et grandir un bon coup parce qu'il suffit pas de le dire pour être une mère. Rien ne dit que tu aurais changer. J'ai pas de preuves alors rêve pas. »

made by Union Jack.
# Gillian
CONSTANCE#

_________________
Ave Caesar morituri te salutant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


PRETTY FACE


MessageSujet: Re: La débâcle des sentiments Ҩ with Constance.   Mar 25 Déc 2012 - 4:01


    Ace et Constance.


T’as une soudaine envie de meurtre, ce rire tu n’le supportes pas. Et t’es plus celle qui se laisse marcher sur les pieds, t’es plus celle qui baisse la tête lorsqu’on s’fout de ta gueule. T’as envie de le frapper, de l’insulter de lui montrer ce que t’es devenue mais tu te retiens violemment parce que tu l’connais et tu sais qu’il ne réagirait vraiment pas bien. Tes yeux rougis sont remplis de colère, putain qu’il arrête de rire.

« En ce qui me concerne, tu peux bien faire ce que tu veux de ta vie. Mais t'as aucun droit d'interférer dans la notre. Je refuse que tu viennes jouer les fouteuses de merde dans l'existence de Sugar. Va falloir grandir et grandir un bon coup parce qu'il suffit pas de le dire pour être une mère. Rien ne dit que tu aurais changer. J'ai pas de preuves alors rêve pas. »

Tu bouillonnes de l’intérieur, tes coudes sont posés sur tes genoux et ta tête vient s’écraser sur tes mains. T’as un mal de crane infernal et tu te doutes que l’alcool y est pour quelque chose. Tes doigts se crispent à t’en arracher la tignasse et tu relèves finalement brutalement la tête. T’exploses et déjà tu sens une larme couler le long de ta joue.

« Ce que j’veux de ma vie ? Alors laisse moi voir ma fille ! Tu veux que je grandisse ? Laisse moi s’en l’occasion. Putain ! Et tu lui diras quoi à Sugar quand elle te demandera si je n’ai jamais essayé de reprendre contact ? Tu lui mentiras ? Une belle preuve de maturité dis-donc ! Venir jouer les fouteuses de merde.. Mais bordel Ace réfléchis tu crois franchement que j’suis revenue pour ça ?! Que je m’ennuyais alors j’me suis dis ‘tiens et si j’allais faire chier l’amour de ma vie et ma petite fille’ merde j’vais.. »

Tu t’arrêtes nette. Les choses dégénèrent là, tu ne te contrôles plus, tu ne maîtrises plus tes mots. T’es limites essoufflée tellement tes paroles se sont déversées à une rapidité impressionnantes. Tu t’en veux aussi, parce que tu n’as jamais pu t’énerver contre Ace avant ce soir. T’es perdue. Il ne veut plus de toi. Tout est fini. Doucement t’essuies les quelques goûtes d’eau salés qui se sont échappées.

« tu ne me pardonneras jamais hein ? je.. je veux la voir, montre moi une photo.. je m’en vais après. »
Revenir en haut Aller en bas


PRETTY FACE

▌Love me or love me not :

▌Age : 23 y.o.
▌Occupation : Chef cuisinier.
▌Statut : Serial fucker
▌Date d'arrivée : 23/11/2012
▌Messages : 215
▌Points : 228
▌Célébrité : Harvey Newton Haydon
▌Double compte : none.
▌Crédits : love disaster.

MessageSujet: Re: La débâcle des sentiments Ҩ with Constance.   Dim 20 Jan 2013 - 13:38


La débâcle des sentiments
Notre amour, faute de combattants de guerres lasses, a déserté le camp

« Ce que j’veux de ma vie ? Alors laisse moi voir ma fille ! Tu veux que je grandisse ? Laisse moi s’en l’occasion. Putain ! Et tu lui diras quoi à Sugar quand elle te demandera si je n’ai jamais essayé de reprendre contact ? Tu lui mentiras ? Une belle preuve de maturité dis-donc ! Venir jouer les fouteuses de merde.. Mais bordel Ace réfléchis tu crois franchement que j’suis revenue pour ça ?! Que je m’ennuyais alors j’me suis dis ‘tiens et si j’allais faire chier l’amour de ma vie et ma petite fille’ merde j’vais.. tu ne me pardonneras jamais hein ? je.. je veux la voir, montre moi une photo.. je m’en vais après. »

Je la dévisages un moment, je mis la colère et l'orgueil dans ses yeux. C'est nouveau. Elle m'avait jamais montré ça avant. Mais c'est sa l'arme qui a retenu mon attention. Cette putain de l'arme amère qui j'avais envie d'effacer à coup de pouce et à coup de baiser. Je me suis bouffé l'intérieur de la joue. Un con. Je suis qu'un con. Mais un con têtu qui refuse de se faire bouffer. Bouffer par moi-même parce que mon corps hurle de vouloir la réconforter. Mais c'est hors de question, ce serait trop facile. On efface pas des années en 3 coups de cuillère à pot. Je secoue la tête.

« C'est pas sur ma fille que tu vas faire ton expérience, ok ? Fais tes preuves et après on verra. J'ai aucune intention de lui mentir mais j'ai aucune intention de te laisser lui briser le cœur non plus. Être parent ça se mérite, alors peu importe que ce qu'il se passe dans ta tête, j'ai arrêté d'essayer de comprendre. Prouve que tu vois quelque chose, et pas en te droguant de préférence ni en donnant ton cul au premier venu.»

Je sers les poings: jalousie, rage.. Tout se mêle. Et j'ose même pas relever le fait qu'elle prétende que j'étais l'amour de sa vie. J'avais l'impression d'avoir la poitrine en sang et en lambeaux. J'me sens misérable et vulnérable putain. Mes yeux demandent pourquoi elle fait ça mais ma bouche s'y refuse. Je veux pas lui laisser une brèche. La dernière fois c'était la fois de trop et elle m'a laissé pour mort. Je supporterai pas une deuxième fois. Alors je me suis contentée de sortir mon iPhone et lui montrer le visage rond et souriant de notre petite fille de 4 ans. Ses fossettes, ses grands yeux bleus, son long cheveux noirs et des petites tâches de rousseurs: la prunelle de mes yeux.

made by Union Jack.
# Gillian
CONSTANCE#

_________________
Ave Caesar morituri te salutant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


PRETTY FACE


MessageSujet: Re: La débâcle des sentiments Ҩ with Constance.   

Revenir en haut Aller en bas
 

La débâcle des sentiments Ҩ with Constance.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
twist of fate :: The day after :: Black Box :: Rp terminés-