Partagez | 
 

 Wayne Leonard Taggart ■ Lazy Bones

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


PRETTY FACE

▌Age : 26 ans
▌Occupation : agent d'entretien à l'aquarium de Sydney
▌Statut : Célibataire
▌Date d'arrivée : 20/11/2012
▌Messages : 341
▌Points : 361
▌Célébrité : Vinnie Woolston
▌Crédits : rokku

MessageSujet: Wayne Leonard Taggart ■ Lazy Bones   Mar 20 Nov 2012 - 9:23

wayne taggart


■■ nom complet: Wayne Leonard Taggart ■■ âge: 26 ans ■■ nationalité : australien ■■ date de naissance: 16 juillet 1991 ■■ statut social: célibataire ■■ métier/études: agent d'entretien à l'aquarium ■■ classe sociale: pauvre ■■ orientation sexuelle: hétéro ■■ avatar: Vinnie Woolston

❧ ❧ ❧

tell me more about you

■ on le dit lent, il dit qu’il sait prendre son temps ■ on le dit feignant, il dit qu’il va à son rythme ■ on le dit cynique, il dit que son humour est trop subtile ■ on le dit menteur, il dit qu’il exploite une autre facette de la vérité ■ on le dit dépressif, il dit qu’il est juste pas d’humeur à être heureux ■ on le dit porté sur la boisson, il dit qu’il faut bien s’hydrater ■ on le dit trop possessif, il dit que c’est mieux qu’être indifférent ■ on le dit peu soigneux, il dit rien du tout, il s’en fiche ■ on le dit mauvais garçon, il dit qu’il en faut bien ■ on le dit tatoué, il dit rien là non plus, il se met à poil pour vous le prouver ■ on le dit allergique aux hyménoptères, il dithyménoquoi ? Nah moi j’suis allergique aux piqures d’abeilles… ■ on le dit pas très intelligent, il dit qu’il en sait bien assez pour savoir que ce monde est pourri jusqu’à la moelle ■ on le dit amoureux de sa sœur, il dit que c’est vraiment dégueulasse comme remarque et puis vous met son poing dans la tronche ■ on le dit débrouillard, il dit qu’il est le neveu au 2e degré de MacGyver ■ on le dit fumeur, il dit qu’il faut bien mourir de quelque chose ■ on le dit débraillé, il dit qu’il s’en tamponne ■ on le dit peu soucieux de l’image qu’il renvoie de manière générale : il confirme.


untouched by the fate


tell me your story





I’m too tired to be bored
I’m too bored to be tired

« Mais putain Wayne ! Bouge toi ! » L’intéressé tourne un regard morne en direction de sa jumelle qui fulmine, comme à son habitude. Il est le calme, elle est la tempête, il est le Yin, elle est son Yang, ils s’aiment et se déchirent. Il la regarde, elle le regarde, il plisse les yeux, elle l’imite, il prend une longue inspiration, elle soupir avec agacement entre ses mâchoires crispées. Elle craque la première, l’impatiente. « Wayne ! » Il expire tout l’air emmagasiné, gonflant ses joues pour lui montrer qu’elle le gonfle lui. L’adolescent daigne enfin se lever du canapé sur lequel il est vautré depuis un bon moment maintenant, occupé à ne rien faire. Il lui emboite le pas vers l’entrée, l’écoutant d’une oreille distraite lui répéter leur planning chargé tout en enfilant ses tongs. « …Wayne, tu ne peux pas faire de vélo avec ça. » Bah si, il peut. Elle le fixe, il soutient on regard, il plisse les yeux ave défi, elle en fait autant. Cette fois c’est lui qui craque. Il retire ses claquettes et va farfouiller dans le bas du placard pour dénicher une paire de baskets qu’il enfile pieds nus. Judith lui fait une remarque au sujet d’ampoule mais ça lui passe au-dessus. Loin, loin au-dessus. Ils sortent enfin de la maison. Elle dépose une casquette sur sa tête et il la laisse faire, gardant ses mains enfoncées dans les poches de son bermuda délavé. Ils s’approchent des vélos, grimpent dessus et se mettent en route, sa jumelle en tête évidemment. Elle salue leurs voisins, caresse des sourires faussement timide aux garçons, relève le menton devant les nanas, assure à la mère des gosses qu’elle baby sit qu’elle sera bien là demain à 19h tapantes. Wayne, lui, suit sans un mot, pas vraiment dans ses pensées, juste là. Il regarde sa sœur, il regarde le paysage, il regarde ses chaussures, il regarde les gens et toutes les informations qu’il capte glissent sur lui. Il manque de se tuer au moins trois fois sur le trajet mais ils finissent par arriver à bon port. « C’est moi qui dit au coiffeur ce qu’il doit faire. » Ouais, si ça te fait plaisir, pourrait-il répondre, mais il se contente de la regarder quelques secondes et d’hausser une épaule. Judith rentre et tout le monde se tourne vers elle et lui adresse des sourires. Sa sœur, c’est le genre de fille que tout le monde aime, pétillante et intelligente, jolie mais juste ce qu’il faut de timidité dans l’attitude pour qu’on ne la jalouse pas. Elle donne ses instructions au coiffeur, sans se soucier de lui tirer les cheveux au passage ou d’épargner son égo. Wayne s’en fiche de toute façon, il sait qui il est et à quoi il ressemble. Le coiffeur l’invite à s’installer et sa sœur disparaît après lui avoir collé un bécot sur la joue et l’avoir menacé de le scalper s’il ne se laisse pas faire. Evidemment : il se laisse faire. Ses cheveux coupés, il fouille dans ses poches pour trouver quelques dollars australiens. Y a pas le compte mais il promet que Judith règlera le reste et le type accepte parce qu’il connaît bien Judith et qu’à elle, il fait confiance. Bien entendu, Wayne n’attend pas le retour de sa sœur qui doit être au pressing ou en train de faire quelques courses. Il remonte sur son vélo et se met à pédaler sans vraiment savoir où il va. Quand il retrouve enfin le chemin de la baraque qu’il partage avec sa sœur et sa mère, il fait déjà presque nuit. Il voit jamais le temps passer. Sa sœur lui passe un savon, sa mère s’en fout tant qu’elle a sa bouteille et ses clopes à portée de main. Dona lui adresse un clin d’œil, l’air de dire qu’elle ça la gêne pas qu’il ait ses petits secrets, sa vie d’adolescent et que tant qu’il rentre un seul morceau ça lui va bien. Elle aime bien Dona s’imaginer qu’ils ont tous les deux des vies géniales, qu’ils grandissent bien même si elle est pas là et que leur père s’est suicidé pour une raison encore obscure. C’est pas vrai mais ils font semblant pour lui faire plaisir. « Bon à table maintenant ! J’te préviens, y a des légumes Wayne et t’as pas intérêt de râler ! » Il râle jamais, mais il se garde bien de le lui dire. Judith ce qu’elle aime bien, c’est avoir toujours l’air débordée. Ca lui donne l’impression d’être utile, quelqu’un d’important qui n’a pas une seconde à elle. Il traine des pieds jusque dans le canapé, se laisse tomber dedans et est rejoint par sa mère qui passe ses mains puants le tabac dans ses cheveux avec un air émerveillé. « T’es beau comme ça mon ange. Ne brise pas trop de cœur, d’accord ? » « Ouais, ok. » Judith arrive avec les plateaux, se plaint que personne ne l’aide puis s’installe une fois que tout est prêt. Elle aussi elle passe une main dans sa tignasse fraichement coupée mais elle dit rien. Elle lui adresse un sourire. Un de ces sourires qu’il aime bien et qui le fait se sentir important lui aussi. C’est ça son utilité : être le frère de Judith.

And the silence is so deafening
it’s like picking at a sore

« T’es qu’un con Wayne. » L’intéressé hausse les épaules, porte sa bière à ses lèvres et se laisse enlacer par sa jumelle. « Merci… » Pas besoin de le remercier, il adore cogner sur les gens. Surtout les sales types à tête de fouine qui osent briser le cœur de sa frangine. Il aime bine les voir pleurer, se trainer, compter leurs dents, pleurer encore. Y a même un type une fois qui s’est évanoui… Enfin sur le coup, il s’est sentit un peu stupide avec son poing levé mais avec du recule, c’était plutôt flatteur. Judith renifle et attrape son bras ballant pour le placer elle-même autour sur son épaule et l’inciter à l’étreindre à son tour. Ah ouais, il est censé faire ça, c’est comme ça que ça marche un câlin. Il lui fait donc le plaisir de participer un minimum et attend qu’elle se lasse et s’écarte pour plonger son regard encore un peu mouillé dans le sien. « Tu risques de te faire virer pour ça… » « Ouais. C’pas grave. » « Je pourrais peut-être aller parler au pro… » « Laisse-moi gérer ma vie, p’tite mère. » Il lui pince le nez et regrette aussitôt son geste. Quand les gens pleurent, leur nez coule… Il grimace et essuie sa main sur l’arrière de son jean, faisant pouffer Judith qui renifle à nouveau. « Ca va être quoi ta vie si tu arrêtes tes études avant d’avoir ton diplôme ? » Nouveau haussement d’épaules. Il en sait rien ce que ça va être mais il sait que suivre des cours c’est pas son truc. La preuve, sa sœur a obtenu son diplôme avec les honneurs y a deux ans et lui il est encore en terminal sans grand espoir de faire des merveilles cette année encore. « Wayne, je sais que…je sais que tu crois que ton rôle c’est de tout raté pour que j’ai l’air brillante, mais j’ai vraiment pas besoin de toi pour ça… je SUIS brillante ! » elle tente de lui sourire mais la plaisanterie n’amuse aucun d’eux « Wayne, il faut que tu te prennes en main, c’est du sérieux. T’as trop déconné. » « Et si j’ai pas envie qu’ma vie soit sérieuse ? » « Fais-le pour moi si tu l’fais pas pour toi ! Fais le pour m’man ! T’es pas stupide, je sais que tu l’es pas. » « J’veux pas d’une vie d’con. » « Une vie de con comme celle que papa croyait avoir ? Il avait pas une vie de con, Wayne, c’est juste l’excuse qu’il a trouvée pour expliquer sa lâcheté. Toutes ces histoires sur la société qui l’a détruit, c’est des conneries ! La société lui a pas mis la corde au cou, il a fait ça tout seul. » Wayne n’aime pas qu’elle parle de lui et qu’elle parle de ça, mais y a jamais moyen de la faire taire. Si il dit qu’il veut pas entendre, elle lui dit qu’il se défile et qu’il est lâche aussi. « Je te laisserai pas gâcher ta vie et je te laisserai pas me rendre responsable de tes échecs. Alors on va aller voir le proviseur tous les deux et tu vas t’excuser d’avoir cassé la gueule de son fils. » « J’aime mieux mourir. » « C’est ce qui va t’arriver si tu ne fais pas exactement ce que je dis ! Tu vas l’avoir ce diplôme, tu iras à la fac, tu auras un job qui te plaira, une femme, des gamins aussi moches que toi et tu mourras vieux le même jour que moi. C’est ce qui est prévu. En tant que future présidente du monde, je ne peux pas me permettre d’avoir un boulot pour frangin, tu piges ? » Elle lui assène un petit coup d’épaule dans l’épaule, renifle encore et essuie les dernières traces de larmes dans ses yeux. « Je mentirai si il faut, je vais lui dire que son crétin de fils m’a mise enceinte et a refusé d’assumer. Il te gardera et il me filera surement du fric pour me faire avorter. Mais avant d’aller faire tes excuses, tu vas me faire le plaisir de passer chez le coiffeur… » décrète-t-elle après avoir tiré sur une de ses longues mèches brunes.

I’m too mental to go crazy
I’m too drunk too be pure

« Il pourrait nous distribuer à boire quand même. » « Ils donnent de l’eau m’man. » Il sait que c’est d’alcool qu’elle a envie. Gin. C’est le gin qu’elle préfère. Dona lui jette un regard accusateur. Un de ces regards qui signifie clairement qu’elle vendrait ses deux enfants contre un verre à cette seconde. Il soutient son regard et remporte leur petit duel silencieux. Dona finit par se lever pour retourner se plaindre du mauvais traitement qu’on lui inflige dans ce foutu opéra. C’est pas parce qu’elle vit dans une maison sans sous-sol qu’on peut la traiter n’importe comment, nom de Dieu ! Elle a des droits, blablabla. « Wayne ? » Le jeune homme s’arrache à ses pensées coléreuses pour donner toute son attention à sa sœur qui somnole entre ses bras depuis une heure maintenant. Elle est en état de choc, comme beaucoup d’habitant. Elle a voulu récupérer ses cours. Elle les a mis en retard parce qu’elle tenait absolument à emporter ses cours et ils ont vu le cyclone. Ils ont failli mourir parce qu’elle ne voulait pas perdre ses cours… Il ne lui en veut pas le moins du monde bien entendu. Il savait parfaitement qu’elle déraillait et n’arrivait simplement plus à réfléchir correctement mais il a décidé d’entrer dans son délire. Tout plutôt que de la contrarier. « Quelle heure il est ? » « J’sais pas. » « Tu vas rater ton service au bar, non ? Wayne, tu peux pas te permettre de perdre ce travail, c’est important. Tu sais qu’on a besoin de cet argent. Je peux pas me permettre de mettre mes études de côté pour subvenir à nos besoins. » « Je sais, t’inquiète. J’ai pris ma soirée, c’est bon. » « Ah… C’est bien… » répond-t-elle distraitement, le regard fuyant. Il la serre un peu plus contre lui, par peur qu’elle lui échappe. Il dépose un baiser sur le sommet de son crâne. Habituellement, ce genre de marque d’affection lui aurait mis la puce à l’oreille mais Judith est trop à l’est. « Tu veux pas dormir un peu ? » « Quelle heure il est ? » demande-t-elle encore, plongeant ses yeux de biche perdus dans les siens. « Il est tard. T’as un exam de bio demain. Vaudrait mieux qu’tu sois en forme. Dors. » « Oh…OK. Tu vas rester avec moi ? » « Toujours. Ta gueule et dors maintenant. » Elle acquiesce, ferme les yeux et se cale plus confortablement dans ses bras, sa tête appuyée contre son torse. Il la regarde plonger dans le sommeil et frotte ses yeux brûlants de sa main libre, l’autre soutenant sa sœur à présent assoupie. Wayne se laisserait bien aller à dormir lui aussi mais il sait qu’il n’y parviendra pas. Il a aucune idée de ce qui les attend mais il ne veut prendre aucun risque. Il se sent l’obligation de monter la garde le temps que sa jumelle se repose et retrouve totalement ses esprits. Elle a beau faire la maline et jouer les durs, il sait qu’elle est fragile émotionnellement. C’est comme avec leur paternel. Elle fait comme si elle avait surmonté son chagrin sans difficulté, l’accuse continuellement de ne pas faire son deuil et de vivre dans le passé, mais c’est elle qui a besoin de le rejoindre dans son lit certains soirs après un cauchemar et pas l’inverse. « Quels crétins ! Tu l’crois ça, ils… » « Chht ! Jude dort. » « Oh suis-je bête, la Princesse de Moncul dort » s’agace sa mère qui tremble déjà comme une feuille, privée de sa dose quotidienne d’alcool « arrêtons tous de vivre, mettons nos petites vie insignifiante entre parenthèses ! » « Commence pas… » « Tu es ridicule, tu le sais ça ? Toujours à accourir pour combler le moindre de ses petits désirs ! Elle aurait pu te faire tuer aujourd’hui, tu te rends compte ? Qu’est-ce que je serai devenu moi, hein ? Qui va s’occuper de moi si tu disparais ? Qui va m’aimer ? » « M’man… Arrête. » « Qui va m’aimer moi si tu disparais ? » Et la voilà qui commence à chialer. Elle se laisse tomber par terre, à ses pieds et elle chiale sous le regard tantôt médusé tantôt agacé des autres habitants coincés ici avec eux à défaut de pouvoir se mettre à l’abri chez eux. Wayne leur adresse un regard de défi, bien décidé à en découdre si n’importe lequel d’entre eux se permet une remarque. Il soupire, lève les yeux au ciel. « Tu sais bien qu’on t’aime et il me serait rien arrivé. Viens là. » Elle se traine lamentablement jusqu’à lui et s’accroche à sa jambe comme le ferait un putain de clébard. Elle pose sa tête contre son genou et il appose sa main libre sur son crâne. « Ca va aller, c’est bon. » « Je mourrai s’il arrivait quelque chose à mes p’tits anges… » « Ouais, ça c’est sur… Bon chiale plus, ok ? » Elle continue de sangloter lamentablement quelques instants puis essuie son nez sur le revers de sa main et reprend la parole d’une voix coléreuse. « N’empêche qu’ils pourraient nous servir autre chose de la foutue eau si ils veulent qu'on arrive à oublier ce qui se trame dehors. » Nouveau soupir dépité de la part de Wayne qui ferme les yeux et rejette un peu plus sa tête en arrière, contre le mur de l’opéra de Sydney où il s’est réfugié pour échapper au cyclone.

And my mind is playing tricks on me
And I can’t sleep tonight ’cause I’m so tired

Il pousse un soupir et porte le bidon de jus d’orange à ses lèvres, en avalant de longues gorgées. Une fois rasassié, il le repose dans le réfrigérateur et essuie ses lèvres humide dans la manche de sa chemise. Il fait volte face et sursaute en apercevant tout à coup Judith. « La vache, tu m’as foutu les jetons » la sermonne-t-il avant de terminer de décharger le restant des courses. Il lui faut un petit moment pour réaliser que sa sœur n’a pas bougé d’un poil et est encore dans l’embrasure de la porte, figée, les yeux exorbités et braqués sur lui. Il fronce ses sourcils bruns et finit par s’immobiliser aussi. « Bah quoi ? …J’te jure que si tu fais une remarque sur mes ch’veux… » « Wayne ? » Il soupir, s’appuie au plan de travail dans son dos et pince l’arrête de son nez entre deux doigts. Il sait qu’elle va encore le faire chier avec ses cons de cheveux… « Qu’est-ce qui se passe ? » « Quoi qu’est-ce qui s’passe ? J’ai fait les courses ! Ca m’arrive j’te signale ! Une fois j’me souviens même que j’ai fait le ménage, alors arrête tes conneries » se vexe-t-il, lassé de l’entendre faire des réflexions sur son inactivité. Tout le monde ne peut pas être un biologiste marin ! Il est quand même dans le milieu puisqu’il nettoie les aquariums… « Je…je comprends pas ce qui se passe… Tu… Ca ne va pas du tout. Ca n’est pas… Ca n’est pas logique. » « Qu’est-ce qu’est pas logique ? De quoi tu causes, Jude ? » « Tu ne peux pas être mon frère tu… Tu lui ressembles mais ça ne va pas, c’est incorrect. » « …T’as bu combien de verre de vin avec ta pote hier soir ? » « De vin ? Qu’est-ce que tu raconte ? je ne bois pas de vin, je déteste ça ! » « Tu détestais ça avant mais maintenant… Putain est-ce que c’est moi qui ai trop bu ? » se demande tout à coup Wayne en se redressant, fouillant dans sa mémoire. Mais il ne lui semble pas qu’il ait bu plus de bières que d’habitude au bar du coin. Il a même été plutôt raisonnable en fait… « Quand est-ce qu’on est rentrés ? » « Hein ? Ah ! Hem… J’en sais rien, tu étais déjà couchée quand je suis rentré. Tu t’es endormie devant un film de merde sur le canapé. » « Sur le canapé ? Non, non je me suis endormi… On était dans l'opéra. Je…je me souviens plus bien… » « La vache t’en tiens une bonne » sourit Wayne avec soulagement. C’est qu’il commençait à trouver cette scène vraiment étrange ! « Va prendre une douche, j’vais t’préparer un de mes remèdes miracles contre la gueule de bois, t’inquiète ! » Il se dirige déjà vers le frigo lorsque Judith reprend la parole. « Le cyclone… Est-ce qu’il a fait des dégâts ? » « Le cyclone ? De quoi tu causes ? » « Celui qui se dirigeait droit sur nous, Wayne ! » « Bah…Tu sais bien quels dégâts il a fait. » « On est où là ? » « » « Elle est où maman ? » « …Judith… T’sais bien que maman a eu son attaque l’année dernière… » « Son… Quoi ? » s’étrangle-t-elle, portant ses mains à sa bouche. Wayne fronce les sourcils et s’approche d’elle, soucieux. « Qu’est-ce qui s’passe ? Tu commences à me faire peur, Jude. » « C’est pas possible… C’est pas logique… » Il veut la toucher mais elle s’écarte tout à coup et pose sur lui un regard qu’il n’avait jamais vu auparavant. Elle a l’air terrifiée… Il la terrifie. « Hey… Qu’est-ce qui se passe ? Tu…Tu as pris quelque chose hier ? Cette connasse t’as filé une saloperie, c’est ça ? » « Je comprends rien. » « Putain, elle t’as filé un truc ! J’vais la buter ! J’vais la buter cette petite salope suffisante ! C’est terminé, tu m’entends ? T’arrête de fréquenter cette pute à partir de maintenant ! » s’emporte Wayne, furieux. Il fait encore mine de s’approcher de sa sœur mais voyant qu’elle est inquiète, renonce et pousse un lourd soupir pour laisser échapper un peu de sa frustration et se montrer moins virulent. « Bon, pour le moment, on s’en tient au plan. Va prendre un bon bain, moi je te prépare un truc à manger, ok ? Ca va aller, tu fais juste un mauvais trip à cause de je ne sais quoi. J’t’attends ici, t’inquiète. » Judith le fixe avec un air ahuri et après ce qui lui semble être une éternité, elle se recule de quelques pas et finit par faire demi-tour pour se diriger vers l’escalier menant à l’étage. Elle lui jette un dernier regard perdu avant de l’emprunter et Wayne se jure qu’il fera payer ce sale coup à la collègue malade de jalousie de sa sœur…
Il est évidemment loin de se douter que le problème est tout autre en réalité et que sa jumelle vient simplement de se réveiller d’un sommeil qui pour elle, a duré cinq longues années…

❧ ❧ ❧

cha


■■ âge: 23 ans ■■ comment avez-vous connu le forum : topsite ■■ que pensez-vous du forum: contexte intéressant, superbe design ■■ présence par semaine: 4j/semaine ■■ personnage inventé ou scénario: inventé ■■ code du règlement: Ok by Kal





_________________
    Wherever you go you know I’ll be there × if you go far you know I’ll be there × I’ll go anywhere so I’ll see you there × you place the name you know I’ll be there × you name the time you know I’ll be there × I’ll go anywhere so I’ll see you there × I don’t care if you don’t mind I’ll be there not far behind... ■ GREEN DAY


Dernière édition par Wayne Taggart le Mar 20 Nov 2012 - 14:22, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
votre designeuse
PRETTY FACE

▌Love me or love me not :
« citation »

▌Age : 28 ans
▌Occupation : ambulancière
▌Statut : « Ça se voit dans tes yeux que tu l’aimes, je le sais parce qu’avant tu me regardais comme lui... »
▌Date d'arrivée : 06/11/2012
▌Messages : 326
▌Points : 403
▌Célébrité : Teresa Palmer
▌Double compte : Nathan A. Porter & Henry J. Collins
▌Crédits : dreamy

MessageSujet: Re: Wayne Leonard Taggart ■ Lazy Bones   Mar 20 Nov 2012 - 9:28

bienvenue sur le forum
bon courage pour ta fiche et merci pour ton inscription Wink

_________________

J'te mentirais si je te disais que je n'y pense plus et que ça ne me fait plus rien. J'te mentirais si j'te disais que ton absence m'importe peu, et qu'à tes silences je ne pleure jamais. J'te mentirais si j'te disais que je ne souffre pas, que j'pense à autre chose qu'à toi parfois. Et si j'te disais que j'ris beaucoup, que j'me sens libérée... Alors là aussi j'te mentirais. Surtout j'te mentirais si j'te disais que j'm'en fous, que de toute façon je ne t'aime plus, et que t'es plus rien du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
votre administratrice
PRETTY FACE

▌Love me or love me not :


« Voilà peut-être la question la plus difficile de toute l'aventure humaine : est-il réellement possible de toujours regarder en avant, comme on nous encourage sans cesse à le faire, ou bien devons-nous garder certains vestiges essentiels de notre passé, si douloureux soient-ils, comme un rappel que certains aspects de la vie nous transforment si profondément qu'ils nous habitent à jamais ? Pouvons-nous vraiment refermer la porte sur ce qui continue à nous hanter ? »

▌Age : 24 ans
▌Occupation : Agent de voyagee
▌Statut : Fiancée
▌Date d'arrivée : 11/04/2012
▌Messages : 1519
▌Points : 1553
▌Célébrité : Nina Dobrev

MessageSujet: Re: Wayne Leonard Taggart ■ Lazy Bones   Mar 20 Nov 2012 - 9:32

Bienvenue toi, mon dieu hot l'avatar . Bonne chance pour ta fiche, si tu as des questions n'hésites pas :).

_________________
what doesn't kill you makes you stronger. « J'avais fais un choix, et cette fois je me sentais capable de le réaliser. Il fallait avancer, et pour ce faire j'étais aidée par la certitude que mon ancienne vie appartenait à un passé que j'étais en train d'abolir. » - .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


PRETTY FACE

▌Age : 26 ans
▌Occupation : agent d'entretien à l'aquarium de Sydney
▌Statut : Célibataire
▌Date d'arrivée : 20/11/2012
▌Messages : 341
▌Points : 361
▌Célébrité : Vinnie Woolston
▌Crédits : rokku

MessageSujet: Re: Wayne Leonard Taggart ■ Lazy Bones   Mar 20 Nov 2012 - 9:51

Merci les filles ! J'vais tenter d'auto-répondre à mes éventuelles interrogations en consultant quelques fichettes validées, puis sinon je viendrai vous embêter
Au plaisir !

_________________
    Wherever you go you know I’ll be there × if you go far you know I’ll be there × I’ll go anywhere so I’ll see you there × you place the name you know I’ll be there × you name the time you know I’ll be there × I’ll go anywhere so I’ll see you there × I don’t care if you don’t mind I’ll be there not far behind... ■ GREEN DAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


PRETTY FACE

▌Love me or love me not :

« Put me on your magical boat man, sail me down your chocolatey river of meth »


▌Age : 23 ans
▌Occupation : Arrêt maladie
▌Statut : Célibataire
▌Date d'arrivée : 18/11/2012
▌Messages : 164
▌Points : 182
▌Célébrité : Sam Beeton
▌Crédits : [K]

MessageSujet: Re: Wayne Leonard Taggart ■ Lazy Bones   Mar 20 Nov 2012 - 9:55

VINNNNNNNNNNNNIIIIIIIIIE

J'adore trop ce mec, jamais eu l'occasion de le jouer cependant :3

Bienvenue! J'te choperai un lien!

_________________
I don't feel like this accurately portrays the person that I truly am, bitch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


PRETTY FACE

▌Age : 26 ans
▌Occupation : agent d'entretien à l'aquarium de Sydney
▌Statut : Célibataire
▌Date d'arrivée : 20/11/2012
▌Messages : 341
▌Points : 361
▌Célébrité : Vinnie Woolston
▌Crédits : rokku

MessageSujet: Re: Wayne Leonard Taggart ■ Lazy Bones   Mar 20 Nov 2012 - 10:41

Sam est particulièrement sexy aussi Avec plaisir pour un lien !

_________________
    Wherever you go you know I’ll be there × if you go far you know I’ll be there × I’ll go anywhere so I’ll see you there × you place the name you know I’ll be there × you name the time you know I’ll be there × I’ll go anywhere so I’ll see you there × I don’t care if you don’t mind I’ll be there not far behind... ■ GREEN DAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


PRETTY FACE

▌Age : 26 ans
▌Occupation : agent d'entretien à l'aquarium de Sydney
▌Statut : Célibataire
▌Date d'arrivée : 20/11/2012
▌Messages : 341
▌Points : 361
▌Célébrité : Vinnie Woolston
▌Crédits : rokku

MessageSujet: Re: Wayne Leonard Taggart ■ Lazy Bones   Mar 20 Nov 2012 - 14:23

DP. J'ai terminé ma fiche

_________________
    Wherever you go you know I’ll be there × if you go far you know I’ll be there × I’ll go anywhere so I’ll see you there × you place the name you know I’ll be there × you name the time you know I’ll be there × I’ll go anywhere so I’ll see you there × I don’t care if you don’t mind I’ll be there not far behind... ■ GREEN DAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
votre designeuse
PRETTY FACE

▌Love me or love me not :
« citation »

▌Age : 28 ans
▌Occupation : ambulancière
▌Statut : « Ça se voit dans tes yeux que tu l’aimes, je le sais parce qu’avant tu me regardais comme lui... »
▌Date d'arrivée : 06/11/2012
▌Messages : 326
▌Points : 403
▌Célébrité : Teresa Palmer
▌Double compte : Nathan A. Porter & Henry J. Collins
▌Crédits : dreamy

MessageSujet: Re: Wayne Leonard Taggart ■ Lazy Bones   Mar 20 Nov 2012 - 15:24


toutes nos félicitations !!

tu es validé !

❧ ❧ ❧

toute l'équipe te souhaite la bienvenue...

■■ Ta première partie est géniale, j'adore et ton histoire est bien écrite, j'aime beaucoup la personnalité de ton personnage. Alors que dire de plus...

■■ Maintenant que tu es validé, tu vas pouvoir recenser ton avatar, afin que personne ne puisse te le prendre. Pour les twisted, n'oubliez pas de venir recenser votre idée, pour les mêmes raisons.

■■ Tu vas également pouvoir te rendre dans la partie gestion de votre personnage pour y recenser ton métier ou demander un toit au dessus de la tête. Dans cette même partie, tu peux créer un sujet pour recenser tes liens et un autre pour tes sujets.

■■ Bien évidemment, tu peux dès à présent flooder et jouer à volonté Wink

■■ Pour développer ton personnage et son entourage, tu vas avoir la chance de créer un scénario pour lui. N'oublie pas évidemment de recenser immédiatement son avatar une fois qu'il est terminé.

■■ La communication, c'est important, c'est pourquoi sont mis à ta disposition une section téléphone ou encore le fameux formspring pour affronter les questions et le regard des autres.

■■ Et maintenant que tu as fait tout ça, tu peux t'amuser à volonté et surtout, rp sans limite Wink


et un bon jeu parmi nous!

❧ ❧ ❧



_________________

J'te mentirais si je te disais que je n'y pense plus et que ça ne me fait plus rien. J'te mentirais si j'te disais que ton absence m'importe peu, et qu'à tes silences je ne pleure jamais. J'te mentirais si j'te disais que je ne souffre pas, que j'pense à autre chose qu'à toi parfois. Et si j'te disais que j'ris beaucoup, que j'me sens libérée... Alors là aussi j'te mentirais. Surtout j'te mentirais si j'te disais que j'm'en fous, que de toute façon je ne t'aime plus, et que t'es plus rien du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
votre administrateur
PRETTY FACE

▌Love me or love me not :

Le malheur ne distingue pas et, dans sa course errante, il se pose aujourd'hui sur l'un et demain sur l'autre. [Eschyle]

▌Age : 27 ans
▌Occupation : Adjoint du PDG de Perfume's Spencer
▌Statut : Célibataire
▌Date d'arrivée : 11/11/2012
▌Messages : 673
▌Points : 718
▌Célébrité : Ian Somerhalder

MessageSujet: Re: Wayne Leonard Taggart ■ Lazy Bones   Mer 21 Nov 2012 - 17:51

Désolé pour le retard, mais BIENVENUEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE !!! cheers

Amuse toi bien parmi nous ! Very Happy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


PRETTY FACE


MessageSujet: Re: Wayne Leonard Taggart ■ Lazy Bones   

Revenir en haut Aller en bas
 

Wayne Leonard Taggart ■ Lazy Bones

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
twist of fate :: In the eye of the cyclone :: Warning 2: Passports :: Bienvenue à Sydney !-